Rejoignez Cyberarchi : 

L'Archipel

© Cyberarchi 2021

Situées à l'extrémité de la presqu'île des Docks, les bulles de l'Archipel viennent compléter, tels des points de suspensions, l'ensemble urbain que constitue le projet Lyon-Confluence.

 
 
A+
 
a-
 

Les formes rondes et ludiques contrastent avec l'architecture 'terrestre', soulignent la force monumentale et le dynamisme des volumes parallélépipédiques des bureaux qui le surplombent. La matérialité de ces bulles se transforme selon les fonctions qu'elles contiennent. Détachées du quai, elles évoluent de l'opaque au transparent, du dense à l'évanescent... On s'attendrait presque à les voir lentement dériver pour rejoindre le Rhône.

A l'intérieur de cette bulle d'entrée, une sphère semble en suspension. Elle abrite un vestiaire et des sanitaires. La bulle noire joint deux bulles : la première en inox contient la cuisine, la seconde, enveloppée d'une résille, est la salle du restaurant. Cette dernière est elle-même connectée à la bulle café constituée de la même résille.

Les intersections des bulles constituent les seuils entre les différentes fonctions :

  • entre la bulle noire et la cuisine, c'est la porte de service ;
  • entre la bulle noire et la salle du restaurant, c'est un simple passage entrecoupé de structures ;
  • entre la cuisine et la salle, c'est un comptoir permettant d'entrevoir la magie qui se joue en cuisine ;
  • entre le restaurant et le café, c'est un bar.

Détaché de cet ensemble, le salon privé est lui aussi prolongé de sa propre terrasse. Il est raccordé à la bulle noire par un tunnel transparent. L'enveloppe du salon est animée d'une spirale, alternant l'opaque et le transparent, révélant ce point de contact entre la matière, l'air et l'eau tout en assurant une certaine intimité. L'Archipel est restaurant d'entreprise à midi ; le soir et le weekend, il s'ouvre au public. Il peut également recevoir des séminaires, des soirées privées, servir de lieu de conférences, etc.

Trois types d'embarcations viennent compléter l'Archipel. Noire mais transparente, leur bulle est profilée pour fendre l'eau. Elles évoquent les bateaux rapides remontant les fleuves de Lyon. La plus petite, profilée, est pour quatre personnes au maximum, c'est l'embarcation privée. La seconde est pour une douzaine de passagers, c'est le bateau taxi. La dernière, plus trapue, est à deux niveaux. Elle peut transporter 70 personnes, c'est un bus. Toutes trois sont constituées sur le même principe : une forme dense en verre noir posée sur les bases d'une coque existante.

L'Archipel est ainsi constitué d'une série d'îlots immobiles que sont les bulles du restaurant, du bar, du salon privé, mais aussi d'éléments animés et mobiles que sont les embarcations qui en font partie intégrante. La somme de ces bulles forme une unité : un bâtiment capable de se répandre, de se propager, de se disperser. C'est un corps unique dont les éléments détachés sont les navettes, les estafettes, les escortes.

Odile Decq Benoît Cornette Architectes Urbanistes

Consulter également les articles :
>> 'ODBC primés à Cannes pour un Pavillon aux "porte-à-faux courageux"' ;
>> 'Pavillon 8 : les docks et l'oeuvre de Felice Varini'.

Fiche technique
Pavillon 8 + restaurant archipel

Maitre de l'ouvrage : Rhône Saône Développement
Superficie : 6000m² + 700 m²
Coût des travaux : 35M€
Mission : concours lauréat, réalisation en cours
Site : docks quai Rambaud, Lyon
Programme : siège social d'entreprise avec lieu d'exposition + restaurant flottant sur les bords de la Saône
Dates : 2005 et 2007

L'Archipel
L'Archipel
L'Archipel
L'Archipel
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER