• Accueil
  •  > 
  • Des architectes s'opposent à la destruction de l'immeuble du tri postal à Nancy
Rejoignez Cyberarchi : 

Des architectes s'opposent à la destruction de l'immeuble du tri postal à Nancy

© Cyberarchi 2021

Le tri postal de Nancy, icône de l'architecture industrielle des années 1970 signée de l'architecte Claude Prouvé, est menacé de destruction dans le cadre du réaménagement du quartier autour de la future gare TGV. Des architectes s'insurgent et demandent au maire d'agir pour préserver cet édifice "remarquable qui contribue à l'identité moderne de sa ville". Pétition.

 
 
A+
 
a-
 

Situé à proximité de la gare, au milieu d'un vaste territoire constitué, d'un côté, par l'immense poche des voies ferrées, de l'autre, par le centre commercial Saint-Sébastien, le tri postal construit par Claude Prouvé à Nancy établit un subtil équilibre entre l'urbanité élégante d'un immeuble de bureaux et la puissance primitive d'un bâtiment industriel. Avec ses murs rideaux d'aluminium et de verre et ses tours de béton qui expriment, jusque dans leur texture striée, le mouvement des coffrages glissants, cet édifice est devenu, pour les spécialistes, une icône de l'architecture industrielle des années 1970. Il constitue aussi, pour les citadins, un point de repère solide dans le paysage urbain quotidien. Reconnu, dès 1998, par le Centre Pompidou et par le Musée Guggenheim de New York, le tri postal a fait l'objet de deux expositions locales, l'une à l'Unité d'habitation "Le Corbusier" à Briey-en-Forêt (1997), l'autre à l'École d'architecture de Nancy (1998).

L'édifice : Le tri postal comporte quatre plateaux libres (24 m x 72 m) avec une hauteur sous plafond de plus de six mètres. Portés par une ossature en béton à travées larges (9 m x 12 m), ces plateaux peuvent recevoir des charges de 1500 kg au m². Un mur rideau tendu sur des raidisseurs dérivés du profil "Tour Eiffel" de Jean Prouvé clôt ces vastes espaces. Contreventé par trois tours de béton (qui contiennent les escaliers, les ascenseurs, les gaines techniques et les sanitaires), le bâtiment est accessible, côté boulevard, par un parvis réservé aux camions, côté gare, par des voûtes légères ressemblant à des wagons géants. Quatre cylindres d'aluminium permettaient d'évacuer les sacs postaux vers les trains. L'édifice offre 11.000 m² de surfaces disponibles.

Depuis les expositions de 1998 à Briey et à Nancy, de nombreuses hypothèses de reconversion ont été imaginées. L'une d'elle propose de transformer le tri postal en un grand complexe culturel où pourraient coexister des activités publiques et privées : centre d'archives, musée d'histoire urbaine, galerie d'architecture, musée Jean Prouvé, forum d'art contemporain, salles de réunion, petits et moyens amphithéâtres, cafés, restauration rapide, etc.

L'architecte : Fils de Jean Prouvé, Claude Prouvé commence ses études d'architecture en 1948 à l'Ecole des Beaux-Arts de Nancy. Il participe, dès 1954, aux projets de son père (maison familiale à Nancy, maison de l'abbé Pierre, façades du CNIT, buvette d'Évian, Palais des expositions de Grenoble). Il travaille, à partir de 1963, à l'agence de Jacques et Michel André, dont il devient l'associé en 1969. Cette même année, il crée la Société industrielle de recherche et de réalisation de l'habitat (SIRH). Soutenue par le Plan Construction, cette expérience cesse brutalement en 1974. Il construit ensuite de nombreux équipements (école à Herserange, tri postal de Bar-le-Duc...). L'Encyclopoedia Universalis lui a consacré une notice biographique en 2001.

Si vous soutenez cette pétition, envoyez par e-mail vos nom, prénom, profession, suivis de la ville où vous travaillez, au Président de Docomomo France : claude.loupiac@wanadoo.fr

Maristella CASCIATO, architecte-historienne, Bologne-Paris, Présidente de Docomomo International ; Claude LOUPIAC, historien de l'architecture, Paris, Président de Docomomo France ; Joseph ABRAM, architecte-historien, Nancy ; Jean-Louis COHEN, architecte-historien, Paris, New York ; Bruno REICHLIN, architecte-historien, Genève ; Jacques LUCAN, architecte, critique, Paris, Lausanne ; Roger DIENER, architecte, Bâle, Berlin ; Frantz GRAF, architecte-historien, Lausanne, Genève ; Richard KLEIN, architecte-historien, Lille, Strasbourg ; Gérard MONNIER, historien de l'architecture, Paris ; Patrick DEVANTHÉRY, architecte, Genève ; Inès LAMUNIÈRE, architecte, Genève ; Jean-Yves ANDRIEUX, historien de l'architecture, Rennes ; Donald BATES, architecte, Londres, Melbourne ; Réjean LEGAULT, architecte-historien, Montréal ; Pierre-Alain CROSET, architecte-historien, Brescia, Turin ; Catherine DUMONT-D'AYOT, architecte-historienne, Zurich ; Roberta GRIGNOLO, architecte, Turin ; Sergio PACE, architecte-historien, Turin ; Yvan DELEMONTEY, architecte-historien, Genève ; Maria GOMIS, traductrice, Barcelone ; Alberto GRIMOLDI, architecte-historien, Milan ; Rahel HARTMANN-SCHWEIZER, historienne de l'architecture, Bern ; Richard LEMEITER, Direction maîtrise d'ouvrage, Ville de Lille ; Bernard MARREY, historien de l'architecture, éditeur, Paris ; Ezio GODOLI, Historien de l'architecture, Florence ; Frédéric PLEUTIN, architecte, Beauvais ; Raphaelle SAINT-PIERRE, historienne de l'architecture, Paris ; Claire ETIENNE-STEINER, conservateur du patrimoine, Rouen ; Thomas HUS, architecte, Paris ; Didier DEBARGE, architecte, Lille ; Philippe LOUGUET, architecte, Lille ; Jean-Jacques CLAUSS, architecte, Nancy ; Philippe GRANDVOINNET, architecte, Genève ; Riccardo FORTE, architecte-historien, Paris ; Kenneth RABIN, designer, Paris-Thionville ; Paul LANDAUER, architecte, Paris ; Serge KOVAL, architecte, Lille ; Christine OTT, architecte, Nancy ; Philippe COLLIN, architecte, Nancy ; Steven VITALE, plasticien, Briey ; Agnès CAILLIAU, architecte du patrimoine, Paris-Lille ; Christian DUPRAZ, architecte, Genève ; Yvan METTAUD, conservateur du patrimoine, Firminy ; Pascal TANARI, architecte, Genève ; Sylvie FEREY, attachée de conservation du patrimoine, Lille ; Marie-Céline MASSON, architecte, Lille ; Kyle C. NORMANDIN, architecte, New York ; Gilles MAURY, architecte, Lille ; Philippe DAUCOURT, Historien de l'architecture, Lausanne ; Denis Laurent BOUYER, critique d'art, La Madeleine ; Roger JOYCE, architecte, Folkstone ; Patrick BOUGELET, artiste, Lille ; Claudine PLANTIN, enseignante, Lille ; Bernard LAMARCHE, professeur, Lille ; Amandine DECROIX, doctorante, Lille ; Anne GOMEZ, professeur, Lille ; Anna GUISECZA, professeur, Lille ; Mathieu BERTHELOOT, architecte, Lille ; Florence ALLORENT, attachée de conservation, Paris ; Pascal TANARI, architecte, Genève ; Anne-Sophie GEORGE, architecte, Tourcoing ; Jérôme MARIN, architecte, Lille ; François GRUSON, architecte, Lille ; Nathalie SIMONNOT, historienne de l'architecture, Paris.

Des architectes s'opposent à la destruction de l'immeuble du tri postal à Nancy
Des architectes s'opposent à la destruction de l'immeuble du tri postal à Nancy
Des architectes s'opposent à la destruction de l'immeuble du tri postal à Nancy
Des architectes s'opposent à la destruction de l'immeuble du tri postal à Nancy
Des architectes s'opposent à la destruction de l'immeuble du tri postal à Nancy
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER