• Accueil
  •  > 
  • Yves Stump et Hans Schibli dédramatisent l'espace hospitalier
Rejoignez Cyberarchi : 

Yves Stump et Hans Schibli dédramatisent l'espace hospitalier

© Cyberarchi 2019

A quelques encablures du centre historique de Bâle, les architectes suisses viennent d'édifier l'UKBB, un hôpital pour enfants.

 
 
A+
 
a-
 

Comment concevoir les lieux d'hospitalisation pour les enfants ? Comment l'architecture peut-elle permettre aux plus jeunes et à leurs familles de mieux vivre l'éloignement forcé ? Les façades « caméléon » du nouvel hôpital de l'université des 2 Bâle donnent le ton. Ni vertes, ni jaunes, ni rouges, leurs allèges vitrées - sur lesquelles sont apposés des films laminés - changent de teinte selon le point de vue de l'observateur et l'angle d'incidence de la lumière. L'esprit est ludique et les couleurs sont gaies. Mais cette légèreté n'en occulte pas pour autant une certaine sévérité institutionnelle. L'UKBB reste un édifice technique, poli, bien campé dans son environnement avec ses grandes lignes droites et ses héberges taillées à la serpe. Seules quelques loggias urbaines creusées dans la masse rappellent qu'à l'intérieur, Yves Stump et Hans Schibli ont tout fait pour que, loin de leur milieu habituel, les enfants hospitalisés aient toujours la possibilité de se divertir et de s'échapper de leur monde clos.

 

Un grand U autour d'une cour plantée

Situé à une cinquantaine de mètres de l'institut für Spitalpharmazie, pour lequel Herzog & de Meuron ont conçu des façades uniformément recouvertes de verre extérieur attaché vert sombre, l'Universitäts-Kinderspital beider Basel est né de la volonté de rassembler en un seul bâtiment une structure hospitalière jusque-là répartie sur deux sites distincts. Les architectes bâlois ont imaginé un plan de masse très simple en construisant un grand U autour d'une cour plantée. Deux branches du U, particulièrement larges, sont desservies par plusieurs circulations longitudinales. L'éclairage naturel de la branche la plus épaisse, qui totalise environ 40m, est assuré sur ses trois derniers étages par un grand patio. Face à cette rigueur d'implantation, quelques subtiles articulations permettent d'inscrire le projet dans son espace urbain. La continuité bâtie du voisinage sur la rue arrière assure visuellement la clôture et l'intimité de la cour ouverte, alors qu'au rez-de-chaussée, Stump & Schibli brouillent les limites parcellaires en élargissant l'espace piéton sur l'avenue et en ménageant l'entrée principale sous un vaste porte-à-faux.

Ludique mais bien réglé

Dans les étages, les couloirs se contractent ou s'élargissent au gré des géométries pour offrir des espaces de jeux et de repos. Toutes les chambres sont tournées vers la cour arborée et disposent de larges baies vitrées. Les familles et le personnel médical y ont à leur disposition un petit ouvrant doublé par un claustra métallique qui leur permet d'aérer la pièce sans faire prendre de risques aux enfants. Les loggias urbaines reprennent ce principe de protection intégral contre les chutes grâce à un grillage toute hauteur, plus rassurant et spatialement plus convainquant qu'un garde-corps.

 
Dans la plus grande tradition suisse, tout est dessiné ou mûrement réfléchi dans le moindre détail. Les patios sont parfaitement à niveau avec l'intérieur, les luminaires suspendus sont soigneusement disposés et les murs ne souffrent d'aucune plinthe. Dans cet univers si bien réglé, quelques attentions à l'égard des petits rappellent l'esprit ludique des bandes colorées des façades comme l'aquarium de la salle d'attente, les ouvertures atypiques des salles de jeux ou le pointillisme des faux-plafonds. Emportés par l'art de construire, les architectes se sont eux-mêmes pris aux jeux des enfants en disposant avec amusement des systèmes circulaires d'occultation sous les fenêtres de toit de la salle de réunion afin d'y permettre la modulation de la lumière naturelle.

Tristan Cuisinier

Yves Stump et Hans Schibli dédramatisent l'espace hospitalier
Yves Stump et Hans Schibli dédramatisent l'espace hospitalier
Yves Stump et Hans Schibli dédramatisent l'espace hospitalier
Yves Stump et Hans Schibli dédramatisent l'espace hospitalier
Yves Stump et Hans Schibli dédramatisent l'espace hospitalier
Yves Stump et Hans Schibli dédramatisent l'espace hospitalier
Yves Stump et Hans Schibli dédramatisent l'espace hospitalier
Yves Stump et Hans Schibli dédramatisent l'espace hospitalier
Yves Stump et Hans Schibli dédramatisent l'espace hospitalier
Yves Stump et Hans Schibli dédramatisent l'espace hospitalier
Mot clefs
Catégories
CYBER