• Accueil
  •  > 
  • Une expo sur la première designer française
Rejoignez Cyberarchi : 

Une expo sur la première designer française

© Cyberarchi 2020

L'exposition "Charlotte Perriand et le Japon" au Musée d'art moderne de Saint-Etienne Métropole reflète la réciprocité des échanges entre la première femme designer française et le pays du soleil levant. Elle met en lumière la façon dont elle s'est nourrie des traditions ancestrales japonaises mais également comment, grâce notamment aux deux expositions qu'elle a organisées à Tokyo en 1941 et 1955, son travail a influencé le design japonais.

 
 
A+
 
a-
 

Elaboré en étroit partenariat avec les Archives Perriand, le parcours, à travers du mobilier (originaux et éditions), des objets, des documents d'archives, des photographies, des oeuvres d'époque, invite les visiteurs, spécialistes ou novices, à s'immerger dans un univers créatif innovant.

Invitée par le Ministère du commerce japonais en 1940 alors que le pays n'est pas encore entré en guerre, Charlotte Perriand découvre qu'au Japon « on n'énonce pas une idée, on la cerne ». Partant de ce principe, elle explore le pays à la découverte des techniques et des objets artisanaux. Elle réalise elle-même des photographies pendant ses pérégrinations dans le pays, collectionne celles de Tom Haar ou de photographes documentaires pour nourrir sa réflexion sur des points précis : traitement de l'espace, lumière et ombre...

Faisant face à l'occidentalisation du pays fortement imposée par le pouvoir politique et économique, elle sait faire comprendre que bois, bambou, tissage et laque ne doivent pas être écartés. Elle partage certaines connivences avec le mouvement Mingei (arts populaires). Créatrice au carrefour des mondes comme le sont les artistes européens de l'époque, elle remarque dessins d'enfants et graffitis de matelots. Ils sont transposés sur des supports réservés aux arts décoratifs, comme cette tapisserie redécouverte au Japon très récemment et présentée pour la première fois en France à Saint-Etienne.

Réflexions sur l'art d'habiter

Pendant son séjour, elle monte une exposition illustrant l'alliance de l'Occident à l'Orient, Sélection-création-tradition. De nombreux éléments et objets de cette exposition sont présentés à Saint-Etienne, certaines pièces disparues sont recrées (pièces uniques) pour l'occasion à la demande de Pernette Perriand, sa fille. L'esprit japonais demeure après son retour en France à travers certaines de ses créations comme les tiroirs modulables. En 1955, elle organise une seconde exposition à Tokyo, Proposition d'une synthèse des arts, afin de présenter ses recherches sur l'art d'habiter.

Intégralement reconstituée à Saint-Etienne avec ses pièces à vivre enchâssées dans un dispositif de poutres et de solives, elle montre une salle de réception et une salle à manger. On y retrouve la bibliothèque à plots incorporés, la table empilable, une table au plateau tronc d'arbre (rééditée pour la reconstitution), les banquettes Tokyo, les étagères Nuage, mais également des oeuvres de Fernand Léger ou Le Corbusier, des ouvrages de maîtres anciens.

Exposition réalisée par le Musée d'art moderne de Saint-étienne Métropole avec le soutien de la Région Rhône-Alpes et de l'état - Direction régionale des affaires culturelles Rhône-Alpes. En partenariat avec les archives perriand, the Japan Association of Art Museums, la Maison de la culture du Japon, Paris, cassina, la Comédie de Saint-étienne et le lycée horticole de montravel a villars.

Un événement biennale internationale design Saint-Étienne 2013.

Une expo sur la première designer française
Mot clefs
Catégories

Recevez la newsletter

CYBER