• Accueil
  •  > 
  • Un tableau du XVIIIème au secours de la Place Stanislas à Nancy
Rejoignez Cyberarchi : 

Un tableau du XVIIIème au secours de la Place Stanislas à Nancy

© Cyberarchi 2019

Un nouveau plan de circulation accompagne la piétonisation de la Place Stanislas et le chantier d'aménagement qui a débuté le 12 juillet. Scène privilégiée de l'expression des habitants du Grand Nancy, la Place a accueilli un week-end de festivités les 10 et 11 juillet à l'occasion du lancement des travaux.

 
 
A+
 
a-
 

Le chantier architectural de la restauration de la place Stanislas, placé sous la maîtrise d'ouvrage du Grand Nancy est engagé depuis le 12 juillet. Le programme comprend le renouvellement des sols, l'illumination des façades et l'éclairage de la Place. Un chantier d'envergure qui se déclinera jusqu'au printemps 2005 en quatre phases délimitées matériellement par les diagonales de la Place.

En prélude au chantier, un nouveau plan de circulation est mis progressivement en place pendant la première quinzaine de juillet pour favoriser notamment la répartition homogène des flux de circulation dans la ville et faciliter les accès de proximité. «C'est une démarche adaptative mais avec une cohérence générale qui doit aboutir, à terme, à l'amélioration de l'accessibilité du coeur de ville et de la qualité de vie», explique Claudine Guidat, conseillère communautaire et première adjointe à la Ville de Nancy.

Des pavés ocres de Croatie surlignés de deux diagonales de pavé noirs venus de Belgique vont ainsi, comme sur ce document, remplacer les actuels marquages de circulation (la placeroyale, l'une des plus belles d'Europe, fut en son temps, rappelle l'AFP, un ... parking)

Le chantier se monte à 8,7 millions d'euros pour le renouvellement des sols et de l'éclairage des façades, soit 450 euros au mètre carré. Près de la moitié sont apportés par des subventions du département, de la région et de l'Etat.

A cela s'ajoutent 4,7 millions d'euros pour le ravalement des façades de l'architecte Emmanuel Héré et la restauration des célèbres grilles du ferronnier d'art Jean Lamour qui ont valu à Nancy son surnom de 'Ville aux portes d'or'. Chaque année, l'écrin architectural composé de l'Hôtel de ville, l'Opéra et ce qui était à l'époque le Collège royal de médecine et l'Intendance attire à Nancy 250.000 touristes.

Un tableau du XVIIIème au secours de la Place Stanislas à Nancy
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER