• Accueil
  •  > 
  • Un nouveau quartier 'urbain' qui fait la part belle au paysage des Hautes-Alpes
Rejoignez Cyberarchi : 

Un nouveau quartier 'urbain' qui fait la part belle au paysage des Hautes-Alpes

© Cyberarchi 2019

Les architectes Camille Richard-Lenoble et Denis Eisenlohr (dE&cRL), dont l'agence est à Marseille viennent de débuter (juin 2008) un chantier de 85 maisons individuelles locatives à La Bâtie-Neuve (05), dont le maître d'ouvrage est l'OPAC des Hautes Alpes. Un projet exceptionnel à bien des égards, grâce notamment à une vision cohérente de ce que peut être la HQE.

 
 
A+
 
a-
 

Un mot tout d'abord sur le concours, lancé en 2007 par l'OPAC 05, Camille Richard Lenoble et Denis Eisenlohr veulent insister sur sa parfaite organisation et son bon déroulement. L'agence dE&cRL n'avait jamais travaillé dans les Hautes Alpes et c'est sur la qualité de leur projet qu'ils ont été désignés lauréats. La mise au point du projet s'est faite simplement, grâce à un dialogue constructif avec le maître d'ouvrage

Un autre élément particulier de ce projet est sa dimension au regard de la population de cette commune rurale d'environ 1.700 habitants (à une vingtaine de kilomètres à l'est de Gap). La construction de ces 85 nouvelles maisons - en logement social locatif - va entraîner une augmentation de la population d'environ 17%. Du coup cette opération, associée à la construction d'un collège, est un enjeu politique majeur pour la commune de La Bâtie-Neuve.

"Nous proposions un parti d'aménagement fort, sous-tendu par la volonté de retrouver une 'urbanité villageoise' au projet en conservant au mieux le modelé du terrain", explique dE&cRL. C'est une parcelle peu boisée, en pente douce vers le sud, avec une vue dégagée sur 180 degrés vers la vallée et la chaîne de montagnes avoisinantes. "Il s'agissait pour nous de préserver les vues et l'ensoleillement et de liaisonner cette opération au bourg ancien. Ensuite, pour l'organisation et le fonctionnement de l'opération nous avons superposé plusieurs trames fonctionnelles, trame de voirie, trame de cheminements piéton, trame d'espaces verts, etc. ", expliquent les architectes.

La mitoyenneté des maisons se fait par les garages, les jardins sont disposés à l'intérieur des îlots à l'abri des regards. Des venelles les relient aux voies et au cheminement piétonnier qui traverse tout le site d'est en ouest. "Cette trame piétonne permet de se déplacer dans la résidence en toute sécurité à pied ou en vélo", précise dE&cRL. Les maisons s'inscrivent dans le sens de la pente ; décalées les unes par rapport aux autres, elles évitent l'effet de masque à la fois pour la vue et l'ensoleillement.

Ainsi organisé, le plan de masse permet d'éviter de présenter un front bâti linéaire sur rue. Trois petites places et une esplanade en liaison avec la route nationale hiérarchisent les espaces publics. "Les maisons, séparées les unes des autres par les garages, bénéficient de trois orientations ce qui favorise un ensoleillement maximal des logements, des espaces publics et des jardins privatifs. L'implantation des maisons perpendiculairement à la voirie permet d'atténuer le bruit des véhicules et de cadrer des perspectives vers le paysage lointain".

Le programme prévoyait de réaliser des T3, des T4 et des T5 (pour des loyers qui s'échelonnent de 386 à 505 euros). "Lors de notre première visite sur le site nous avons été surpris de trouver un environnement où prolifère une architecture de caractère provençal, rustique et montagnard à la fois, qui témoigne d'une perte d'identité régionale", estiment les architectes. Un constat qui les a incité à utiliser des matériaux comme le bois et le zinc en toiture, traités de manière contemporaine, pour tenter de "restituer l'imaginaire architectural" de ces régions de montagne. "Grâce à un maître d'ouvrage plus sensible à nos prises de positions qu'aux compromissions régionalistes, nous avons pu obtenir de travailler dans ce sens avec par exemple du bois non traité (il deviendra donc gris au fil du temps) et trois teintes de zinc pour varier les accroches de la lumière sur les toitures".

"Les maîtres d'ouvrage sont de plus en plus demandeurs d'une démarche de conception intégrant une vision de développement durable. Ici, à La Bâtie-Neuve, nous avons pu aller au bout de nos idées", expliquent Camille Richard-Lenoble et Denis Eisenlohr en conclusion.

Christophe Leray

Consulter également notre album-photo 'dE&cRL restitue en lotissement 'l'imaginaire architectural' des régions de montagne'.

Fiche technique

Maître d'Ouvrage : OPH des Hautes Alpes
Architecte mandataire : dE & cRL
Surface : 7.500m²
Estimation : 11.036.789€ HT
Type de mission : Mission complète
Bureau d'Etudes : Beterem Ingénierie
Concours : 2007 Lauréats
Livraison : 2010

Un nouveau quartier 'urbain' qui fait la part belle au paysage des Hautes-Alpes
Un nouveau quartier 'urbain' qui fait la part belle au paysage des Hautes-Alpes
Un nouveau quartier 'urbain' qui fait la part belle au paysage des Hautes-Alpes
Un nouveau quartier 'urbain' qui fait la part belle au paysage des Hautes-Alpes
Un nouveau quartier 'urbain' qui fait la part belle au paysage des Hautes-Alpes
Un nouveau quartier 'urbain' qui fait la part belle au paysage des Hautes-Alpes
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER