• Accueil
  •  > 
  • Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Rejoignez Cyberarchi : 

Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira

© Luc Boegly : Copyright 2018

 

Un emplacement unique, une parcelle singulière et une forme alambiquée. Le programme complexe des logements dédiés aux étudiants et chercheurs signé de l’architecte Vincent Parreira (Agence AAVP) constitue la dernière pierre d’angle de la fameuse Cité internationale universitaire de Paris connue par ailleurs par des griffes légendaires. Un superbe tour de main qui démontre encore une fois le talent de l’architecte. 

 
 
A+
 
a-
 

Créée en 1925, la Cité internationale universitaire de Paris occupe un territoire d’exception dans la capitale. Sauf qu’un parcours de hasard avec l’irruption du périphérique parisien a chamboulé l’unité du site. Aujourd’hui, une partie minime de la Cité internationale continue à exister entre Paris et Gentilly. C’est sur la dernière parcelle de cette portion que l’architecte Vincent Parreira pose son projet.

 

Redonner de l’espace

 

Le partenariat entre la Ville de Paris, la Cité internationale et Espacil Habitat, maître d’ouvrage de l’opération, a mandaté l’agence AAVP pour mener à bien la dernière opération du site qui consiste à la réalisation de logements locatifs pour étudiants et chercheurs.

La parcelle est entourée au nord, par un imposant édifice de pierre des années soixante, la Maison des élèves ingénieurs des Arts et métiers, tandis qu’à l’est alignée sur l’avenue Paul-Vaillant-Couturier, s’élève la masse compacte du bâtiment des Eaux de Paris sans oublier l’existence d’autres constructions qui rendent l’emplacement encore plus atypique. 

Dès le départ, la tâche de l’architecte était ardue. Comment stimuler l’ensemble de l’opération pour lui donner l’esprit de la Cité internationale qui se caractérise par ailleurs par de généreux espaces extérieurs tout en respectant le programme qui exige une grande répétitivité dans son ensemble ? La réponse de Vincent Parreira est à la hauteur des attentes : Réaliser un édifice hétéroclite à l’image du quartier tout en optimisant à merveille les divers espaces sans oublier les différents détails qui constituent la clé d’une architecture réussie.  

L’ensemble avec ses deux niveaux aériens posés sur pilotis, libère un préau où une colonnade de fins piliers porteurs, de béton blanc, se croise avec d’autres poteaux renfermant les réseaux. Ces derniers, revêtus en bois, présentent des ombelles renversées qui deviennent des assises, une certaine poésie se dégage de ce lieu d’échange et de rencontres qui s’étend et forme un jardin sec de galets blancs.

 

Manier adroitement les volumes

 

L’architecte a savamment manœuvré le projet qui, selon sa position, devient tantôt protecteur, tantôt extravagant tout en y ajoutant sa griffe connue parmi toutes. Bardé de bois et de métal finement ajouré, l’ensemble qui prend possession de la parcelle, s’élève pour offrir des points de vues mais aussi différents espaces utiles à ses utilisateurs.

De même, Vincent Parreira manie adroitement les volumes, espaces et dépendances, il joue avec les différentes pièces comme si chaque morceau trouvait sa place dans un énorme puzzle grandeur nature. L’homme de l’art envisage l’ensemble comme un hôtel, avec ses espaces partagés, ses enfilades de chambres, ses loggias et ses terrasses. Il pousse le jeu jusqu’aux détails les plus anodins pour les transformer en objets fonctionnels tout en leur insufflant une indéniable plasticité. Citons par exemple le chêne massif parqueté du grand hall d’entrée, la buanderie aux murs et au sol carrelés de beaux azuleiros où se pose une banquette sous les fenêtres donnant directement sur le jardin, les casse gouttes métalliques formant une jolie couture sur une partie du bardage bois, mais aussi la signalétique gravée qui sort de l’ordinaire, les caissons lumineux qui évitent le rayonnement direct que ce soit dans les couloirs ou dans les chambres ou encore les volets de type persienne à l’allure parisienne, sans oublier toutes ces attentions pour créer des espaces partagés, généreux, harmonieux, parfois sobrement teintés, ce sont tous des procédés qui montrent l’état d’esprit d’une architecture non seulement soucieuse d’autrui mais qui frise la perfection. Car c’est à travers ces divers détails qu’une architecture peut aussi émouvoir. Avec la résidence Simone Veil, Vincent Parreira a atteint son but !

 

Sipane Hoh

 

Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Un extraordinaire paquebot signé Vincent Parreira
Mot clefs
Catégories
CYBER