• Accueil
  •  > 
  • Un Esat en paille à énergie positive
Rejoignez Cyberarchi : 

Un Esat en paille à énergie positive

© Cyberarchi 2017

En cours de construction à Salies-de-Béarn, l'Etablissement de services et d'aides par le travail (Esat) est un bâtiment à ossature bois et isolation paille, destiné à l'accueil des personnes handicapées. Conçu comme un bâtiment passif, l'établissement dispose aussi de panneaux photovoltaïques en toiture pour produire de l'énergie. Visite de chantier avec l'architecte Luc Claverie et l'équipe de maîtrise d’œuvre.

 
 
A+
 
a-
 

L'agence Claverie Architecture poursuit ses constructions en paille dans le Béarn. Après la création du pôle scolaire au Hameau Bellevue à Salies-de-Béarn - lauréat de l'appel à projet BABE (Bâtiment Aquitain Basse Energie - Florence Champiot et Luc Claverie ont imaginé un nouveau lieu d'accueil à la demande de l'association PEP64*, pour les personnes handicapées.

 

« L'Esat est actuellement installé dans les locaux de la mairie de Salies. Mais la mairie souhaitait récupérer ses locaux, devenus vétustes. L'association a donc décidé de construire un bâtiment adapté à ses besoins sur un terrain lui appartenant à Salies-de-Béarn », explique Luc Claverie, architecte DPLG.

 

Des règles strictes pour l'utilisation de la paille

 

A proximité de l'école, l'ossature et le bardage bois du futur Esat sont encore visibles. Mais pas les bottes de paille, qui constituent l'ensemble de l'isolation du bâtiment. En effet, elles ont été emmagasinées dans un caisson préfabriqué en atelier. Côté intérieur du bâtiment, la botte est revêtue d'un panneau OSB3 de 18 mm d'épaisseur avec des pontages étanches à l'air, devant lequel est posé un panneau CTBX type Rolpin Bati d'une épaisseur de 30 mm sur tasseaux. En façade, la botte de paille est protégée par une ossature BLC, un panneau agepan THD de 40 mm d'épaisseur et un pare-pluie. Vient ensuite la lame d'air avec son lattage vertical et horizontal, suivie d'un bardage bois rainuré vertical, en faux ajouré.

 

« Nous avons choisi le bois et la paille car ces matériaux biosourcés émettent peu d'énergie grise et permettent de stocker le CO2. De plus, nous pouvons largement utiliser cette ressource, sans nuire à l'agriculture. En effet, la production de paille en France est d'environ 50 millions de tonnes par an. 11 millions de tonnes sont consommées par l'élevage, 20 millions par l'agriculture. Dans l'hypothèse de la construction de 500 000 logements par an, 2 millions de tonnes de paille seraient nécessaires dans le cas - peu probable - où tous les bâtiments seraient isolés de cette façon », explique l'architecte.

 

La construction paille fait l'objet de règles professionnelles strictes, validées par la Commission Prévention Produit de l'Agence Qualité Construction. Pour ce projet, l'équipe de maîtrise d’œuvre a respecté le cahier des charges, prévoyant pour les bottes une humidité inférieure à 20 %, une masse volumique comprise entre 80 et 120 kg/m3 et l'utilisation de ficelles type 350 avec une résistance à la rupture mini 120 kPa.

 

Un Cep de 35 Kwh/m2/an

 

Monté en trois semaines seulement (murs et charpente), le bâtiment est passif. « Notre but était d'offrir aux personnes que nous accueillons, un confort optimal dans le cadre de leur travail », rappelle Didier Dutkiewicz, directeur de l'Esat. Si le bâtiment ne dispose d'aucun radiateur « excepté dans les bureaux et les vestiaires pour l'aspect psychologique » souligne l'architecte, l'apport solaire est optimisé grâce à des menuiseries à double et triple vitrage (selon les orientations) disposant d'un joint d'étanchéité perspirant.

 

L'air est réchauffé au moyen d'une pompe à chaleur, couplé à deux centrales de traitement de l'air double flux. « Nous prévoyons un Cep de 35 Kwh/m2/an pour le chauffage, soit 43,1 % plus performant que le Cmax RT2012 », selon les estimations d'Enerco Conseils.

 

Le bâtiment est également à énergie positive grâce à 600 m2 de panneaux photovoltaïques posés en toiture, dont l'énergie (99 Wc) sera revendue.

 

Une organisation en trois pôles

 

A l'intérieur du bâtiment, le volume est organisé en trois pôles : l'accueil des personnes façade nord, le grand atelier de conditionnement de 150 m2 avec un sol en béton quartzé de type industriel et enfin une zone de vie commune de 300m2 (salle à manger, sanitaires, vestiaires, infirmerie, salles de réunion et de repos) revêtue de carrelage. En termes d'accessibilité, la maîtrise d’œuvre a également trouvé des solutions pour diminuer de manière significative les ressauts des seuils d'entrée.

 

Signe de l'efficacité de l'équipe, le chantier a déjà un mois d'avance avec des coûts maîtrisés. « Nous avons pris plus de temps sur les études, sans pour autant utiliser le BIM », précise l' architecte. Le bâtiment aura finalement coûté 1358 euros HT/m2 Shon (hors VRD) et accueillera prochainement ces premiers travailleurs, chargés du conditionnement du sel de Salies destiné à la fabrication du jambon de Bayonne.

 

Claire Thibault

 

Fiche technique

 

*Maître d'ouvrage, représenté par Michel Librès et Didier Dutkiewicz - ADPEP64 - Association départementale des Pupilles de l'Enseignement Public

Équipe de maîtrise d’œuvre :

- Claverie Architectures, Florence Champiot et Luc Claverie, architectes dplg

- Enerco Conseils, Olivier Martinez, énergéticien, études STD, WUFI, lumières, Analyse du Cycle de Vie,

- Actibat Aquitaine, Alain Ducourneau, ingénieur TCE HQE, VRD GO FLUIDES

- Le Fil du Bois, Stéphane Lamouille, ingénieur structures bois et étanchéité à l’air,

- EcoÉtudes, Luc Floissac, conseiller environnemental pour paille,

- Ace Consulting, François Mussaute, acousticien,

- HSEN, Isabelle Farbos et Ragnar Weissmann, docteurs en phytopathologie, Qualité de l’Air Intérieur

 

Un Esat en paille à énergie positive
Un Esat en paille à énergie positive
Un Esat en paille à énergie positive
Un Esat en paille à énergie positive
Un Esat en paille à énergie positive
Un Esat en paille à énergie positive
Un Esat en paille à énergie positive
Mot clefs
Catégories
CYBER