• Accueil
  •  > 
  • Un abri de berger baptisé Tatou
Rejoignez Cyberarchi : 

Un abri de berger baptisé Tatou

© Parc national de La Vanoise - Valérie Hagry : Copyright 2018

 

Le manque de logements sur l'alpage, pour permettre aux bergers de tenir toute la saison estivale, a amené le Parc national de la Vanoise et les étudiants de l'École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (ENSAL) a imaginé ce projet d'abri intermédiaire baptisé Tatou.

 
 
A+
 
a-
 

Le prototype Tatou pourrait constituer une nouvelle génération d’abri intermédiaire entre chalet pérenne et abri d’urgence. Il apporte une réponse à la nécessité de loger des bergers au plus près des troupeaux, dans des conditions de vie satisfaisantes, tout en restant facile à installer et sans impact sur le site après démontage.

Inspiré de l’animal qui lui a donné son nom, le Tatou est constitué de cinq modules emboîtés, revêtus d’une carapace-écorce dont la teinte brun gris se fond avec les tons naturels vert et fauve des paysages de haute montagne rappelant le végétal des pelouses alpines et le minéral des roches et pierriers. Le prototype est également équipé d’un dispositif de collecte des eaux de pluies et a été pensé pour être entièrement autonome en énergie.

 

Manque de logements sur l'alpage

 

 Cette opération part du constat que le manque de logements de berger en alpage constitue l’un des principaux freins à la mise en place d’un gardiennage efficace des troupeaux. Elle répond en cela au plan national d’actions 2018-2023 sur le loup et les activités d’élevage engagé par les deux ministères de la transition écologique et de l’agriculture.

En effet, alors que la création d’un chalet d’alpage pérenne n’apparaît pas toujours immédiatement possible ou souhaitable, des abris héliportables sont depuis quelques années proposés aux éleveurs dans certains parcs nationaux. Ces abris, de faible surface et au confort sommaire, ont vocation à répondre à un besoin ponctuel, dans l’urgence. Ils ne permettent pas de loger un berger de façon satisfaisante durant toute une saison d’estive. Ils sont pourtant parfois utilisés comme tels, faute de logements sur l’alpage.

 

Sans impact sur son environnement

 

Tatou a pris place en moins d’une demi-journée dans l’alpage du Pelvoz (Val Cenis-Termignon), à plus de 2500 m d'altitude, prêt à être habité par le berger. Les héliportages ont duré 1h30, de l'acheminement de la plateforme à la pose du dernier des cinq modules qui constituent l'abri. L’installation, réversible – sans impact sur son environnement – permettra de loger le berger pendant l'été avant d’être progressivement recouvert de neige hivernale. Le test en conditions réelles permettra d'éprouver la fonctionnalité et la résistance de cet équipement aux conditions extrêmes de haute montagne.

Tatou a été élaboré au sein de l’atelier du Master ATEC Architecture Vertueuse de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon (ENSAL), sollicité par le Parc national de la Vanoise (région Auvergne-Rhône-Alpes). Il a été conçu en équipe par huit étudiants puis développé jusqu’à sa construction par cinq d’entre eux au sein du laboratoire LAURE.

 

Laurent Perrin

Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
Tatou
 Tatou
Tatou
Mot clefs
Catégories
CYBER