• Accueil
  •  > 
  • Traversée piétonne du parc Monsouris à l'avenue d'Italie
Rejoignez Cyberarchi : 

Traversée piétonne du parc Monsouris à l'avenue d'Italie

© Cyberarchi 2019

Guillaume Favreau, un jeune architecte parisien de 30 ans, est le seul français primé du concours international de l'UIA intitulé "Célébration des villes 2 - Une idée pour la ville". "Attirer, accueillir, se déplacer" en étaient les maîtres-mots. Sa réponse : promenade plantée en lieu de voie désaffectée à Paris.

 
 
A+
 
a-
 

Le 8 septembre, l'exposition des quarante projets sélectionnés lors de la consultation internationale de l'UIA "Célébration des villes 2 - Une idée pour la ville", a ouvert ses portes à Venise jusqu'au 10 novembre 2006, au Palazzo Zorzi, siège régional de l'UNESCO. A noter que c'est d'ailleurs la première fois que l'UIA est présente à la Biennale internationale d'architecture de Venise dont la dixième édition se déroule du 10 septembre au 19 novembre

L'expo donc, présente les résultats de la seconde édition du concours international (anonyme et entièrement via Internet) Célébration des villes, ouvert aux architectes et aux étudiants en architecture. Si la première édition appelait "à imaginer des opérations 'd'acupuncture urbaine' de nature à remédier aux déséquilibres et aux fractures dont souffrent les cités d'aujourd'hui", la seconde souhaitait "poursuivre un processus de démocratie urbaine en faveur de l'amélioration des conditions de vie des êtres humains, dans le contexte d'un nouvel humanisme pour le troisième millénaire: celui de la connaissance et de la prise de conscience".

C'est dans le cadre de ces contraintes que Guillaume Favreau, un jeune architecte parisien de 30 ans, fut déclaré lauréat de sa zone géographique avec un projet intitulé 'Traversée piétonne du parc Monsouris à l'avenue d'Italie', le seul français primé.

"Créée en 1851, la petite ceinture est le premier chemin de fer parisien (construit avant le métro)", explique-t-il. "Longue de 35 km elle permettait de faire le tour de Paris, reliant ainsi toutes les voies ferrées pénétrantes. En 1934, son exploitation est abandonnée, depuis, les voies inexploitées sont entretenues au minimum par la SNCF, propriétaire des terrains".

Aujourd'hui, alors que nombre de riverains y voient une friche souvent infranchissable où la nature reprend ses droits, Guillaume Favreau a, lui ,décelé un "véritable corridor biologique" dont l'exploration naturaliste révèle la diversité de la faune et la flore. Son projet s'inscrit donc sur une portion propice à la promenade : une traversée du parc Montsouris à l'avenue d'Italie.

Trois interventions animent et rendent possible cet itinéraire. La première est un aménagement paysager de la dalle couvrant les voies à hauteur de la cité Brillat Savarin. "L'aménagement paysager de la dalle assure la continuité du corridor vert, la traversée - et donc le désenclavement - de la cité Brillat Savarin actuellement en cul-de-sac", dit-il.

D'autres interventions - ce qu'il appelle opportunément des "passages à niveau" - sont temporaires. "L'une permet de traverser le chantier de la ZAC de Rungis localisée sur l'ancienne gare aux marchandises et anticipe et expérimente le futur tracé de la voirie, un accès direct au tramway. L'autre permet de marcher sur les traces de la Bièvre, une rivière aujourd'hui enterrée et toujours en attente d'une valorisation. Recomposer le tissu urbain, accéder à la promenade et au tramway... ces passages s'inscrivent au coeur d'un site en mouvement", dit-il.

Les processus de mutation de la ville sont longs, les besoins de la population urgents. Marcher, observer, créer, ces passages sont une étape dans une transformation déjà engagée. De fait, la ville prévoit le réaménagement du site de la gare de Rungis : reconstruction de la colline et prolongation de la dalle, création de trois hectares de surface construite (logements, équipements, activités) et de 5.000m² d'espace vert, recomposition du tissu urbain. "En attendant un projet de valorisation, la petite ceinture est maintenue propre, la végétation est entretenue selon des méthodes douces. Elle n'est plus un obstacle infranchissable. Reconnaissable par sa dérive végétale, elle est le 'fil d'Ariane' d'un parcours qui interroge l'évolution de la ville", conclut-il.

Consulter également notre album-photo 'Se déplacer à pied dans Paris, Guillaume Favreau ouvre la voie'


Traversée piétonne du parc Monsouris à l'avenue d'Italie
Traversée piétonne du parc Monsouris à l'avenue d'Italie
Traversée piétonne du parc Monsouris à l'avenue d'Italie
Traversée piétonne du parc Monsouris à l'avenue d'Italie
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER