• Accueil
  •  > 
  • Tramway de Bordeaux : l'expression d'un désir raisonnable
Rejoignez Cyberarchi : 

Tramway de Bordeaux : l'expression d'un désir raisonnable

© Cyberarchi 2019

Lauréate du concours d'aménagement du tramway de Bordeaux, Elizabeth de Portzamparc, arrivée à l'urbanisme par la sociologie, a réalisé son premier projet d'envergure. Son mobilier urbain aux lignes claires et épurées, conçu avec des matériaux à la fois nobles et contemporains (verre et acier), permet de fédérer des quartiers disparates.

 
 
A+
 
a-
 

Les tramways naissent, meurent, et... renaissent. En témoigne la mutation de l'agglomération bordelaise dont la première phase de réalisation du tramway, longue de 44,6 km de réseau et forte de 124 stations, vient de s'achever. L'objectif de ses promoteurs, dont en premier lieu Alain Juppé, président de la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB), était de métamorphoser le centre de Bordeaux, réconcilier les deux rives de la Garonne et désenclaver les quartiers excentrés. Objectif atteint aujourd'hui même si la métamorphose n'est pas spectaculaire ; ce qui convient d'ailleurs parfaitement à une ville où la discrétion est une vertu. Encore fallait-il donner une 'image' de ce renouveau.

A l'issue du concours d'aménagement lancé en 1988, c'est le cabinet Elizabeth de Portzamparc, en association avec les agences d'architecture BLP et de paysagisme Signes, qui a été retenu devant Luc Arsène Henri, Philippe Stark, Dominique Perrault, Bruno Fortier, Marc Mimram et Alexandre Chemetoff (excusez du peu...).

Le concept du projet

La demande du maître d'ouvrage présentait une contradiction. Il s'agissait de créer l'identité visuelle de la CUB à travers son projet, d'obtenir une lisibilité évidente du parcours du tramway, et en même temps de s'insérer dans une variété de tissus urbains extrêmement différents les uns des autres, du centre vers les cinq communes limitrophes : quartiers anciens des XVIIIe et XIXe siècles, zones pavillonnaires, espaces déstructurés de certaines zones périurbaines, espaces universitaires... Il fallait être à la fois présent et discret.
Elizabeth de Portzamparc a donc mené en tant qu'urbaniste une réflexion à l'échelle de la métropole de Bordeaux.

Convaincue que le rythme d'une station de cinquante mètres de long tous les cinq cents mètres risquait de provoquer d'importantes coupures dans le tissu urbain, elle a pris le parti de concevoir des stations tout en transparence, créant ainsi des «coutures», et non des «coupures», dans la ville. L'ensemble du dispositif, plutôt que de transformer la trame existante, se superpose à elle pour devenir l'élément fédérateur des diverses entités urbaines de la région de Bordeaux.

Pour la conception du mobilier urbain, la designer, inspirée par les thèmes récurrents du tramway - le rail et le mouvement - a appliqué aux matériaux les principes de l'esthétique de l'acier et la dynamique de la vitesse créant ainsi des formes élancées et légères.

La ligne de mobilier urbain

Pour sa première réalisation urbaine d'envergure, Elizabeth de Portzamparc a refusé, dit-elle, la tentation d'un propos «décoratif», s'attachant au contraire à créer des objets - potelets, luminaires, abris, bancs, mâts signalétiques, mâts lumineux, barrières, poubelles, grilles, etc. - présentant toujours la même forme épurée, simple et minimale. Une logique formelle qui donne son identité à l'aménagement, quel que soit son territoire.

Pour un dialogue harmonieux avec le vocabulaire employé au sol par l'agence BLP, la couleur gris clair a été choisie pour l'ensemble des objets mobiliers de la gamme, dans des matériaux (acier, bois, verre) cohérents avec leurs impératifs constructifs et leurs techniques de fabrication. De plus le concept initial de l'esthétique de l'acier a été décliné au niveau des aménagements des sols par l'ensemble des membres du groupement.

Au final une réalisation contemporaine et discrète, au style marqué mais sans ostentation, propre à s'insérer, avec juste ce qu'il faut d'audace, dans cette ville bourgeoise sans provoquer ni haut-le-coeur ni grincements de dents.

Christophe Leray

Pour consulter l'album photo de l'aménagement urbain du tramway de Bordeaux, cliquez ici.

Tramway de Bordeaux : l'expression d'un désir raisonnable
Tramway de Bordeaux : l'expression d'un désir raisonnable
Tramway de Bordeaux : l'expression d'un désir raisonnable
Tramway de Bordeaux : l'expression d'un désir raisonnable
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER