• Accueil
  •  > 
  • Tokyo-2020 : Zaha Hadid en discussions pour solder le litige
Rejoignez Cyberarchi : 

Tokyo-2020 : Zaha Hadid en discussions pour solder le litige

Zaha Hadid : Copyright 2017

Les autorités japonaises ont confirmé être en négociations avec l'architecte irako-britannique dont le projet de stade des jeux Olympiques de Tokyo 2020 avait été rejeté et qui a, selon la presse, refusé d'en céder les droits en échange de la rémunération de son  travail.

 
 
A+
 
a-
 

Après avoir éconduit Zaha Hadid, dont le dessin avait été accepté initialement, le gouvernement japonais avait le mois dernier choisi un plan moins onéreux pour ce qui doit être le site principal des jeux. Mme Hadid avait immédiatement fustigé le nouveau projet, de l'architecte japonais Kengo Kuma, y voyant des « similarités flagrantes » avec le sien.

 

Le coût du projet, évalué à 252 milliards de yens, soit près de 2 milliards d'euros, ce qui en aurait fait le stade le plus onéreux du monde, avait fait scandale. « Nous sommes en discussions avec Zaha Hadid Architects sur la rétribution des gains commerciaux générés avant la rupture du contrat », a déclaré Noriko Tada, porte-parole du Japan Sport Council (JSC), qui suit le projet. Mme Tada a refusé de donner des détails sur le contenu des discussions.

 

Le cabinet de Mme Hadid a reçu et rejeté une demande du JSC de céder tous  les copyrights du stade olympique en échange de paiements pour son travail de  conception, a rapporté l'agence de presse Jiji. Le JSC a également demandé que le cabinet d'architectes ne s'exprime plus au sujet du stade, s'il reçoit une rémunération, une requête également refusée  selon Jiji.

 

Un projet moins élevé

 

La construction devrait à présent être achevée en novembre 2019 avant la date limite de janvier 2020 fixée par le Comité international olympique. La cérémonie d'ouverture à Tokyo a été fixée au 24 juillet de la même année. Le nouveau stade doit être construit autour d'une ossature en acier et bois avec pour concept « un stade d'arbres et de verdure ».

 

D'une hauteur de 49,2 mètres, il serait moins élevé que le projet d'origine (70 mètres), accusé de risquer d'enlaidir la vue à un endroit où se trouve un grand temple situé dans une véritable forêt en pleine ville. Au cours d'une conférence de presse, M. Kuma a rejeté les accusations de ressemblance entre les deux conceptions, affirmant que la  sienne était complètement différente.

 

« Il y a des similarités dans le nombre de sièges par rangée, dans les  angles etc, mais ces données sont imposées automatiquement par les critères »  exigés par le concours auquel ont participé les architectes, a-t-il dit. « Cependant, je voudrais souligner qu'il n'y a pas de similitudes », a  déclaré M. Kuma, connu pour son usage du bois et des techniques  traditionnelles japonaises de construction.

Tokyo-2020 : Zaha Hadid en discussions pour solder le litige
Mot clefs
Catégories
CYBER