• Accueil
  •  > 
  • Thomas Herzog (Munich), de l'architecture gonflée à Sun City
Rejoignez Cyberarchi : 

Thomas Herzog (Munich), de l'architecture gonflée à Sun City

© Cyberarchi 2019

Thomas Herzog est considéré comme l'un des fondateurs de l'architecture bio-climatique, par sa pratique et aussi son enseignement, y ayant consacré une grande part de sa vie, en Europe, aux Etats-Unis et, plus récemment, en Chine. Ce militant de l'énergie solaire est aussi un expert engagé dans l'action internationale en faveur de l'architecture écologique.

 
 
A+
 
a-
 

Thomas Herzog a étudié l'architecture à Munich, où il est né en 1941, au début des années 60. Sa recherche d'une architecture alternative commence dès les années 70, lorsqu'il consacre sa thèse de doctorat aux structures gonflables. Ce sujet a enthousiasmé toute une génération, post-soixante-huitarde ou pré-écologiste, selon que l'on voudra, à Londres avec Archigram, en France avec le groupe Utopie de J.P. Jungmann et A. Stinco, en Allemagne avec Hans-Walter Müller. L'architecture gonflable se veut nomade, éphémère, légère et simple à installer : une première formulation du "don't touch earth" ?... Thomas Herzog publie, en 1976, un manuel de "construction pneumatique utilisant des membranes et de l'air"* qui est devenu la référence mondiale dans ce domaine, affirmant son tempérament de pédagogue et son goût pour l'invention et les technologies.

S'il aime et maîtrise parfaitement le bois, Thomas Herzog est un architecte de l'acier et du verre, avec lesquels il conçoit une architecture de la grande dimension qui donne un autre visage à l'écologie que celui de l'école alpine. L'architecture bio-climatique de Thomas Herzog est celle d'un grand pays industriel. Elle est d'abord profondément urbaine : les solutions éco-constructives qu'il propose permettent de traiter des programmes industriels ou économiques et donc d'"entrer en ville"** et même en métropole. Les nouveaux pavillons de la Foire de Hanovre, construits en 1996 et 2000, les usines Wilkhahn, témoignent de cette intégration. Elle est fondée aussi sur la culture industrielle allemande : l'investissement en R&D est permanent et prééminent dans le processus. Thomas Herzog travaille depuis toujours en cluster, en Allemagne avec les laboratoires de l'université technique de Munich et les bureaux techniques des entreprises, à l'étranger avec des instituts associés. Ce grand expert dirige également des programmes de recherche et développement pour la Communauté Européenne.

Le projet de 'Solar City', lancé à Linz, en 1992, pour le nouveau quartier de Pichling, est exemplaire de cette démarche, associant la Ville, plusieurs maîtres d'ouvrage et des entreprises de construction à l'élaboration d'une ville solaire pour 25.000 habitants, avec ses équipements et ses transports. Le projet est conduit par le groupe READ (Renewable Energy in Architecture and Design) avec l'ingénieur N. Kayser et les architectes N. Foster, T. Herzog et R. Rogers. Le groupe a recherché l'alliance d'une grande densité et d'un maximum de flexibilité typologique. Le projet de la 'ville solaire' prévoit également la participation active des futurs habitants qui aménageront leurs quartiers et certains espaces publics.

La grande innovation concerne la fourniture d'énergie. La production d'énergie solaire y passe en effet de l'échelle de l'immeuble à celle de l'urbain. Le solaire "entre en ville" à son tour, comme une alternative au modèle économique de la centrale thermique. La production mutualisée d'énergie grâce aux installations 'solaires' permettra au quartier d'être autonome et même de donner une partie du surplus énergétique au réseau urbain.

M.-H Contal

* Pneumatische Konstruktionen, Bauten aus Membranen und Luft - Handbuch für Architekten und Ingenieure - Hatje Verlag 1976

** Hermann Kaufmann utilise cette expression lorsqu'il explique que l'éco-construction en bois doit maîtriser la construction à plus de 4 niveaux pour répondre aux programmes urbains génériques.

Thomas Herzog, architecte, PhD, a enseigné jusqu'en 1986 à l'Université technique de Munich ; de 2000 à 2006, il a été le président du Dpt architecture. Il est, depuis 2003, Guest Professor à la Tsinghua University de Pékin, Graham Professor à l'University of Pennsylvania (PENN) et, depuis 2004, Guest Professor à la Royal Danish Academy de Copenhague. En 2006, il a présidé la 4ème European Conference on Solar Energy in Architecture and Urban Planning. Parmi ses nombreuses distinctions internationales, Thomas Herzog a reçu le Prix Mies-van-der-Rohe en 1981, le Prix Auguste Perret en 1996, l'European Prize for Solares Bauen en 2000 et l'International Architecture Award, Chicago Athenaeum en 2007.

Lire les autres articles du dossier ''Global Award for sustainable architecture 2009' : voici qui sont les nominés' :
>> 'Sami Rintala (Oslo, Norvège), construire a minima est une contribution majeure' ;
>> 'Diébédo Francis Kéré fait école à Berlin (Allemagne) et Gando (Burkina Faso)' ;
>> 'Studio Mumbai utilise le paysage indien comme une ressource à pérenniser' ;
>> 'Patrick Bouchain et Loïc Julienne, ou le souci, militant, de l'intérêt général'.

Thomas Herzog (Munich), de l'architecture gonflée à Sun City
Thomas Herzog (Munich), de l'architecture gonflée à Sun City
Thomas Herzog (Munich), de l'architecture gonflée à Sun City
Thomas Herzog (Munich), de l'architecture gonflée à Sun City
Thomas Herzog (Munich), de l'architecture gonflée à Sun City
Thomas Herzog (Munich), de l'architecture gonflée à Sun City
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER