• Accueil
  •  > 
  • Sur les traces de la modernité, 50 ans d'architecture : Alger, Oran, Annaba
Rejoignez Cyberarchi : 

Sur les traces de la modernité, 50 ans d'architecture : Alger, Oran, Annaba

Ce guide, édité par le CIVA (Centre international pour l'architecture, la ville et le paysage) et conçu sous la direction de José Vandevoorde et Serge Roose reprend sous forme de promenade une période limitée de la production architecturale, celle qui débute aux environs de 1925 et ouvre la porte à une nouvelle expression de l'architecture et de l'urbanisme, le modernisme.

 
 
A+
 
a-
 

Serge Roose et José Vandevoorde, fascinés par leurs nombreux voyages en Algérie depuis plus de 20 ans, et face à la dégradation lente d'un patrimoine architectural remarquable, ont décidé de tenter de le faire connaître. Ils amenèrent Christophe Pourtois tant à Alger, Oran qu'Annaba, qui fut également séduit par la richesse des expressions architecturales. Ils purent concrétiser l'idée d'un guide qui aujourd'hui est sorti de presse et diffusé en Algérie, en France et en Belgique. Ce guide reprend sous forme de promenade une période limitée de la production architecturale, celle qui débute aux environs de 1925 et ouvre la porte à une nouvelle expression de l'architecture et de l'urbanisme, le modernisme.

Ce plongeon dans la modernité est multiple, des tendances diversifiées apparaissent telles le maintien d'un certain décor, l'expression franche de la structure dépouillée de tout artifice, l'exploitation des jeux de lumière et d'ombre, la mise en évidence de la technique du bâtiment. Le retour à des pastiches a subsisté malgré la pauvreté de l'inspiration et la dégradation de la signification des formes qu'engendre cette voie sans issue. Le recours à des réminiscences arabo-musulmanes fait partie d'un souci identitaire et cette orientation n'est qu'exceptionnellement réussie car il ne s'agit pas de reproduire l'une ou l'autre forme connue mais bien de créer une symbiose entre tradition et modernité.

L'urbanisation des trois villes n'est pas absente au rayon du modernisme. Des plans d'aménagement successifs contestés, discutés, retenus, refusés ont fait l'objet de débats parfois houleux dont la spéculation immobilière n'a pas toujours été absente. Nous retrouverons dans l'introduction consacrée à chacune des trois villes l'évocation de ces combats sur l'aménagement. Si toutes trois sont empruntes d'exemples architecturaux remarquables, elles n'ont de commun entre elles que de se conformer à l'évolution des besoins et des aspirations de la société.

L'Algérie et ses grandes villes - Alger, Oran, Annaba - et Constantine furent des laboratoires d'architecture ce qui peut expliquer l'importance symbolique et culturelle des constructions publiques mais aussi privées et dont nombre ont suivi de très près les nouvelles tendances. Une exception cependant, le modern style, l'art nouveau. Exception qui peut sans doute s'expliquer à la fin du XIXe siècle par un certain éloignement et la fugacité du mouvement né en Belgique. Le paysage urbain s'est transformé en Europe dès les années 1885-1890 laissant s'essouffler lentement l'éclectisme au bénéfice de l'art nouveau.

José Vandevoorde et Serge Roose se sont entourés, pour la rédaction, de plusieurs personnalités algériennes du monde de l'architecture, à savoir les professeurs Nasreddine et Baba Kassab, l'Architecte Abdelkader Kohli et le professeur Sadek Benkada, sociologue et anthropologue.

En savoir plus :
CIVA - Rue de l'Ermitage 55 Kluisstraat
Bruxelles 1050 Brussel
Tél. : 00 32 2 642 24 50
annemie.defour@civa.be - www.civa.be

Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER