• Accueil
  •  > 
  • Studio Mumbai utilise le paysage indien comme une ressource à pérenniser
Rejoignez Cyberarchi : 

Studio Mumbai utilise le paysage indien comme une ressource à pérenniser

© Cyberarchi 2019

Si Balkrishna Doshi, Global Award 2007, incarne l'architecture de l'Inde moderne, depuis sa jeunesse avec Le Corbusier jusqu'à sa rupture avec le modèle occidental*, le quadragénaire Bijoy Jain (Bijoy et Priya Jain, Studio Mumbai - Bombay, Inde -) témoigne des débats qui traversent l'architecture contemporaine à l'ère des BRIC**.

 
 
A+
 
a-
 

Bijoy Jain est d'abord un architecte en phase avec la mondialisation, au sens où sa double culture occidentale et indienne ne crée plus le déchirement intérieur qui marqua Doshi et les architectes de l'ère post-coloniale. Il est pourtant, lui aussi, en lutte avec les formes que prend la mondialisation en Inde, pays qu'il juge tellement absorbé par sa croissance qu'il en sacrifie ses ressources - et sa culture -. Il construit patiemment une oeuvre très clairement écologique et plus clairement encore contemporaine.

Bijoy Jain est né à Bombay en 1965. Il fait ses études d'architecture à la Washington University, à St. Louis, USA. Il travaille avec Richard Meier à Los Angeles, voyage, puis retourne dans sa ville natale, où il crée le Studio Mumbai, en 2005. "Le Studio utilise le paysage indien comme une ressource et crée des espaces qui s'accordent aux conditions climatiques locales, aux matériaux et aux technologies disponibles". Cette ligne de conduite, relativement consensuelle en Europe, n'est pas si facile à tenir en Inde.

Slow build

"Dans ce pays, ils vous donnent une semaine pour finir un projet; dix jours plus tard ils le construisent déjà... J'exagère à peine et ai très vite compris que, dans ces conditions, il ne suffit pas d'avoir un projet bien conçu et dessiné pour construire une architecture ayant les qualités que j'estime indispensables".

Bijoy Jain ne travaille qu'avec des clients acceptant ces conditions : donner à l'architecte le temps dont il a besoin, confier les chantiers à une 'task force' de maçons, tailleurs de pierres ou menuisiers qu'il conduit lui-même, comme Simon Velez et ses charpentiers en Colombie. Ces ouvriers transmettent une "architecture anonyme" aussi importante à ses yeux que celle, savante, de son maître à penser, Geoffrey Bawa***. Ils partagent l'intelligence de la matière du genius loci, tissant avec le lieu des liens sensibles et matériels. Pour Bijoy Jain, le processus de construction doit, en effet, se déduire de l'éco-système. A l'amont, l'architecte peut trouver les matériaux et les ressources techniques dans le site. A l'aval, la construction modifiera le réel et le projet doit contenir cette transformation.

A Alibang, la 'Palmyra House' est construite dans une plantation de cocotiers, à une heure de Bombay. Elle est réalisée en bois de palmier, ressource abondante. Ce bois dur, transformé sur place, est mis en oeuvre en charpente et en menuiserie, associé à du teck recyclé. La maison est presque dématérialisée par la finesse des éléments, des parois qui se dissolvent en claustras. Ventilée et éclairée, elle offre une réconciliation avec la nature qui est, en Inde, une proposition culturelle neuve.

Bijoy Bain est conscient que cette pratique sélective ne peut suffire à améliorer l'état des choses mais il a voulu affermir son expérience loin de Bombay, où il n'aurait pas pu exercer le contrôle le plus strict sur chaque détail. La critique internationale salue la qualité de son architecture et la maturité surprenante de sa démarche écologique. Cette reconnaissance, qui arrive des Etats-Unis et d'Europe, lui confère-t-elle une autorité suffisante pour entrer dans Bombay ? Il relève maintenant le challenge, travaillant sur de grands projets pour des entreprises indiennes, mûrissant les stratégies qui vont lui permettre de changer d'échelle sans céder sur ses conditions.

M.-H. Contal

Bijoy Jain est né en 1965 à Bombay. Il est architecte diplômé de la Washington University de St Louis, USA (1990). Le Studio Mumbaï, fondé en 2005, a reçu plusieurs récompenses. Le projet du Leti 360 Resort, un refuge sur les contreforts de l'Himayala, a été lauréat à Hong Kong du Design Excellency Award 2007. La Palmyra House a reçu, en 2008, l'Architectural Record Award for Emerging Architecture.

* Héros indien du Mouvement Moderne, Balkrishna Doshi rompt avec le dogme quand il crée la Fondation Vastu-Shilpa, en 1978, pour promouvoir l'habitat populaire et l'auto-construction. Cette évolution conclut une lutte intérieure vécue par nombre d'architectes du Sud au XXe siècle : "le combat personnel de Balkrishna Doshi réconcilie les décalages flagrants dont il découvrit l'existence entre les principes (...) du Mouvement Moderne et les réalités rudimentaires de la construction dans un pays en développement" (Ecological Architecture - James Steele, Thames and Hudson 2005).

** L'acronyme BRIC rassemble, au sein des 'pays émergents', les quatre pays dont l'essor a modifié l'économie mondiale : Brésil, Russie, Inde et Chine.

*** Deshamanya Geoffrey Bawa (1919-2003), né au Sri Lanka, formé en Angleterre, est l'un des grands architectes du XXe siècle en Asie du sud-est, fondateur du 'tropical modernism', architecte du paysage.

Lire les autres articles du dossier ''Global Award for sustainable architecture 2009' : voici qui sont les nominés' :
>> 'Thomas Herzog (Munich), de l'architecture gonflée à Sun City' ;
>> 'Sami Rintala (Oslo, Norvège), construire a minima est une contribution majeure' ;
>> 'Diébédo Francis Kéré fait école à Berlin (Allemagne) et Gando (Burkina Faso)' ;
>> 'Patrick Bouchain et Loïc Julienne, ou le souci, militant, de l'intérêt général'.

Studio Mumbai utilise le paysage indien comme une ressource à pérenniser
Studio Mumbai utilise le paysage indien comme une ressource à pérenniser
Studio Mumbai utilise le paysage indien comme une ressource à pérenniser
Studio Mumbai utilise le paysage indien comme une ressource à pérenniser
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER