• Accueil
  •  > 
  • StaMin, StaMax, les stations 'Périphériques'
Rejoignez Cyberarchi : 

StaMin, StaMax, les stations 'Périphériques'

© Cyberarchi 2019

Au-delà du travail sur la multi-modalité, Périphériques Architectes (Emmanuelle Marin et David Trottin) développe en plus d'un concept de gare, un "process", entendons un mécanisme permettant l'adaptabilité sinon l'évolution d'une station originelle (StaMin) en un hub à la fois "station land 'marque'" et "station services". Explications.

 
 
A+
 
a-
 

Carte d'identité de la station du Futur

La recherche prospective sur la station de métro du futur se fait sur toile de fond du Grand Paris et des projets de développement des réseaux autour de Paris (Réseau Christian Blanc, Arc Express). Ces réseaux devraient générer une cinquantaine de stations qui s'inscriront dans des contextes urbains différents caractérisés par des densités, des urbanités, des potentialités très variables.

Proposer une démarche, définir un process valable quel que soit le contexte nous apparaît comme étant l'essence de notre réponse. La formalisation dans le site virtuel n'étant qu'un exemple, un échantillon de cette méthode de conception basée sur la complémentarité de deux outils : la station minimale + options territoriales.

La Station Land "marque"

Première des fonctions fondamentales de cette station, elle traite de l'interface ville / réseau. Quel signe, quel signal la station doit-elle générer dans la ville de demain pour se positionner comme un acteur incontournable de celle-ci ?

Notre analyse de l'évolution du métro parisien nous conduit à dire que c'est la configuration de la porte qui prime dans la perception et le rapport que nous avons avec le réseau du métro. Cette "porte" doit dépasser la simple fonction de connecteur pour devenir marque.

Passer du Landmark au Land "Marque" : signifiant d'une fonction mais aussi d'une image de marque, d'un savoir-faire, d'une histoire. Au même titre que le monogramme pour Vuitton, la station Guimard incarne encore parfaitement cette translation de sens. On peut même en imaginer la déclinaison ou la customisation sans risquer d'en perdre ni la qualité d'entrée, ni la force de signification.

La Station services : (code couleur vert)

Le minimum pour nous est la station qui offre le maximum de services. La station minimum comportera une chaîne de services associés en plus de la vente de ticket pour devenir l'équivalent d'un Convenience store. Soit banque / poste /snack / épicerie / librairie / journaux / achat spectacle / tabac / location de film / teinturerie / drugstore. La station minimum comportera un parking silo pouvant servir de parking relais (aérien ou souterrain) et dont la structure lui permettra d'être évolutif vers d'autres usages commerce activité logements / bureaux. La station minimum comportera de 20 à 30 logements.

La Station Hub

La multi-modalité pour des raisons pratiques et techniques doit nécessairement se traiter en vertical depuis les modes de transport en sous-sol (métro, RER) jusqu'aux modes de transport de surface (bus, tramway, taxi, vélo...). L'ennemi de la multi-connectivité est la perte d'informations. Pour s'en prémunir, la station minimale devra proposer un dispositif simple et efficace.


La station Hub doit s'imposer comme un exemple de simplicité et d'appropriation aisée par les utilisateurs :
>> la station minimum aura des quais d'une hauteur libre permettant d'avoir une mezzanine ;
>> la station minimum repoussera au maximum la limite sous contrôle ;
>> la station minimum intégrera le graphisme comme une matière première de ses surfaces ;
>> la station minimum intégrera la publicité comme une matière première de ses surfaces ;
>>la station minimum intégrera la lumière (artificielle ou non) comme une matière première de ses surfaces.

La Station Responsable

>> la station minimum sera autonome en énergie (hors alimentation du réseau), elle récupérera la chaleur sur le réseau ;
>> la station minimum déterminera la surface constructible en adéquation avec la quantité d'énergie récupérée ;
>> la station minimum sera entièrement accessible au PMR ;
>> la station minimum ne rejettera pas de pollution dans l'espace public ;
>> la station minimum aura un air de qualité.

Station Minimale + Options Territoriales = Station Maximale

StaMin notre Station Minimale sera la borne milliaire du territoire urbain de demain.

Elle marque l'appartenance à un réseau et la cohérence par rapport à la philosophie de ce réseau.

StaMin est un "organisme" générique au développement opportuniste par rapport à son contexte d'implantation. Organisée autour d'une colonne vertébrale invariante : couverture + hub vertical + mezzanine et pour un programme invariant dont la formalisation dépend du site.

StaMax est une intensification de StaMin. De même que l'organisation du programme base de StaMin est opportuniste, StaMax est une exacerbation de certaines caractéristiques ou attentes du site.

StaMin est un promoteur d'architecture "non standard". Elle n'impose pas une esthétique mais favorise plutôt un mode de conception : innovant, responsable, fédérateur toujours dans un souci de coordination et de complémentarités entre les entités programmatiques.

StaMin sera responsable. Par rapport à l'environnement, par rapport à ses usagers.

Périphériques Architectes (Emmanuelle Marin et David Trottin)

StaMin, StaMax, les stations 'Périphériques'
StaMin, StaMax, les stations 'Périphériques'
StaMin, StaMax, les stations 'Périphériques'
StaMin, StaMax, les stations 'Périphériques'
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER