• Accueil
  •  > 
  • Serpentine Gallery à Londres, Guggenheim à Helsinki : le monde de l'art bouge
Rejoignez Cyberarchi : 

Serpentine Gallery à Londres, Guggenheim à Helsinki : le monde de l'art bouge

© Cyberarchi 2020

La Serpentine Gallery à Londres s'enrichit d'un nouvel espace, conçu par l'architecte Zaha Hadid, qui accueille depuis peu des expositions d'art contemporain dans Kensington Gardens. En Finlande, la Fondation Guggenheim a présenté une nouvelle proposition pour construire un musée à Helsinki, un an après le rejet d'un premier projet.

 
 
A+
 
a-
 

La Serpentine Gallery à Londres s'enrichit d'un nouvel espace, conçu par l'architecte Zaha Hadid, qui accueille depuis peu des expositions d'art contemporain dans Kensington Gardens. Située à cinq minutes à pied de sa soeur aînée, la Serpentine Sackler Gallery s'étend sur 900 m2, comprenant un lieu d'exposition et un restaurant. A une ancienne poudrière datant de 1805 de style néoclassique a été adjoint un espace tout en transparence recouvert d'un toit en forme de vague blanche.

La galerie ouvrira au public samedi avec une exposition d'un artiste argentin, Adrián Villar Rojas. La Serpentine Gallery, ouverte en 1970, a accueilli les expositions de 1.600 artistes, qu'il s'agisse de nouveaux talents ou de créateurs confirmés comme Louise Bourgeois, Damien Hirst, Jeff Koons, Andy Warhol et Ai Weiwei. Elle propose chaque année à un architecte de construire un pavillon éphémère. L'Anglo-Irakienne Zaha Hadid a été la première à participer à cette initiative, en 2000.

Seule femme à avoir obtenu le prix Pritzker d'architecture (en 2004), Zaha Hadid a conçu entre autres l'opéra de Canton (Chine) et le musée d'art contemporain MAXXI à Rome.

Nouvelle proposition pour un Guggenheim à Helsinki

La Fondation Guggenheim a présenté récemment une nouvelle proposition pour construire un musée à Helsinki, un an après le rejet d'un premier projet. Le musée, qui compléterait la liste des centres Guggenheim existant à New York, Bilbao, Berlin, Venise et Abou Dhabi, exposerait du design nordique et international, et serait centré sur l'architecture et ses liens avec l'art moderne et contemporain. La première proposition, en 2011, avait été écartée dès l'année suivante à cause de son coût pour les contribuables finlandais.

Dans cette deuxième proposition, la Fondation a revu ses exigences à la baisse mais a souligné que l'adhésion de la ville à un projet d'une telle envergure pourrait changer sa physionomie. Les frais annuels que le musée serait tenu de payer à la Fondation seraient diminués de moitié, soit 1 million d'euros au lieu de 2. En outre, "pour que cette somme soit payée, la fréquentation (attendue) devra être atteinte", a précisé le directeur adjoint de la Fondation, Ari Wiseman, lors d'une conférence de presse. Selon lui, le musée pourrait accueillir 550.000 visiteurs par an, soit 50.000 de plus que les premières estimations.

Pour la capitale finlandaise, les retombées économiques envisagées seraient juteuses: la Fondation les a évaluées à 41 millions d'euros, dont trois millions de recettes nettes, et la création de centaines d'emplois. La Fondation a proposé d'installer le musée dans la zone portuaire du centre ville d'Helsinki, à quelques pas du palais présidentiel. Si la mairie accepte de réserver le site, elle souhaiterait lancer un concours international d'architecture financé exclusivement par des acteurs privés.

AFP

Serpentine Gallery à Londres, Guggenheim à Helsinki : le monde de l'art bouge
Serpentine Gallery à Londres, Guggenheim à Helsinki : le monde de l'art bouge
Mot clefs
Catégories

Recevez la newsletter

CYBER