• Accueil
  •  > 
  • Rythme et minéralité pour une médiathèque en Dordogne
Rejoignez Cyberarchi : 

Rythme et minéralité pour une médiathèque en Dordogne

© Cyberarchi 2019

C'est une médiathèque minérale réfléchissant le ciel et trouvant sa place au pied d'une colline en inventant « une île » tout droit sortie d'un poème de Michel Houellebecq.

 
 
A+
 
a-
 

La ville de Terrasson en Dordogne est bâtie en terrasse sur une colline. Au sommet s'étend un centre culturel au pied des "jardins de l'imaginaire" de Kathryn Gustafson (Londres/Seattle) et d'une serre de l'architecte anglais Ian Ritchie (Pyramide du Louvre avec Ieoh Ming Pei). En partie basse c'est la médiathèque qui prend place dans le quartier pavillonnaire de Lavilledieu, à l'angle d'une place des années soixante tout en minéralité. La forme et l'aspect du projet répondent à l'urbanisme de cette place : des lignes de logements d'un étage, sur trois côtés, et l'arrière d'un collège sur le quatrième.

S'inspirant du poème de Michel Houellebecq, « La possibilité d'une île », la médiathèque cherche à (re)constituer un paysage. Mais au lieu de rêver d'un "ailleurs" comme dans le roman, l'architecte a imaginé un "ici" différent : une île fictive sur la Vézère, plantée de pins sylvestres, « pour que la place prenne vie et ne soit pas seulement un vide asphalté entre des bâtiments ». Dans l'imaginaire du maître d'oeuvre, « cette île est devenue réalité. Elle se prolonge et prend forme d'un long ruban qui irrigue le quartier ». Une "île" qui déborde de la parcelle et fait tampon avec l'urbain alentour.

Espaces partagés :

Renvoyant à l'espacement aléatoire des pins, de larges percements dans la façade inondent les salles de lecture et du temps libre de lumière naturelle. Les bâtiments voisins, les arbres, mais aussi le ciel, se reflètent dans cette silhouette parée de caissons en inox et de panneaux de verre. Le sol en béton ciré à l'intérieur renforce encore cet effet miroir. Quant aux parties inox, elles sont munies de 20 cm d'isolant à l'extérieur et de plaques perforées pour l'absorption acoustique à l'intérieur. Se protégeant des crues de la rivière, le bâtiment joue d'une discrète surélévation d'un mètre épousant la pente.

Côté fonctions, le bâtiment abrite deux équipements : la maison du temps libre - espaces associatifs pour personnes âgées - et la médiathèque à proprement parler. Elles partagent toutes les deux le rez-de-chaussée mais c'est la médiathèque, « vaste plateau libre baigné de lumière », qui occupe l'étage. Les espaces à vivre se répartissent sur deux plateaux et ceux des fonctions techniques sont installés dans une bande au nord, formant tampon par de lourds panneaux de béton. La toiture plantée permet de renforcer l'inertie, et les eaux de pluies récupérées et stockées en sous-sol servent à l'arrosage.


Fiche Technique :
Maîtrise d'ouvrage : Ville de TERRASSON LAVILLEDIEU
Architecte : architecture Patrick Mauger, Bertrand Perreaux, Guillaume Trubert, Séverine Savigny (assistants), Patrick Ponsot (architecte ACMH) ,
OTCE AQUITAINE, BET Structure, Fluides, Électricité,
Laurent CHARANTON, Économiste / OPC.
SYNESTHESIE, BET Acoustique.
Livraison : mars 2011
SHON : 1 190 m²
Budget : 2 300 000 € TTC valeur mars 2011


Laurent Perrin

Rythme et minéralité pour une médiathèque en Dordogne
Rythme et minéralité pour une médiathèque en Dordogne
Rythme et minéralité pour une médiathèque en Dordogne
Rythme et minéralité pour une médiathèque en Dordogne
Rythme et minéralité pour une médiathèque en Dordogne
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
CYBER