• Accueil
  •  > 
  • Revit : horizon numérique des architectes ?
Rejoignez Cyberarchi : 

Revit : horizon numérique des architectes ?

© Cyberarchi 2018

Parmi les exposants de Batimat figure l'incontournable Autodesk (Hall 5.1, Allée C, Stand 15) et, parmi les produits de l'éditeur de logiciels, figure Revit. Cet outil permettant de concevoir un projet simultanément en deux et trois dimensions a plus d'un tour dans son programme. Découverte d'un logiciel susceptible de concurrencer tous les autres, 3D comme 2D.

 
 
A+
 
a-
 

Créé en 2002, Revit, de son nom complet Autodesk Revit Architecture, "est de plus en plus utilisé dans les agences car les architectes prennent conscience que c'est un logiciel d'avenir", observe Emmanuel Di Giacomo, architecte et chef de projet chez Autodesk. Propos confirmé par l'architecte Wilfrid Bellecour, fondateur du studio Bellecour, où tous les collaborateurs sont formés à Revit depuis 2006. "Maîtriser Revit est devenu pour moi un critère de recrutement", dit-il.

Un outil 'intelligent' offrant un gain de temps considérable

Bref, le logiciel permet la modélisation de données numériques. Aussi, il extrait automatiquement des données quantitatives (calculs de surface, nomenclatures ou relevés quantitatifs) à partir d'une 3D. Ainsi, "Revit permet non seulement la conception d'un projet mais, aussi, sa gestion", précise Vincent Baillon, collaborateur de Wilfrid Bellecour et 'reviteur' convaincu.

"L'autre avantage majeur de Revit est qu'il génère automatiquement, à partir d'un plan, toutes les autres représentations du bâtiment : 3D ainsi que façades, coupes et élévations", précise Emmanuel Di Giacomo. Une automatisation qui offre un gain en matière de temps, d'argent et d'effectifs considérable. "Le gain apporté par Revit est colossal, au point de n'être pas quantifiable", souligne à ce titre Wilfrid Bellecour. De plus, dans la mesure où toutes les représentations d'un projet sont coordonnées, la moindre modification apportée à l'une d'entre elles est automatiquement répercutée sur l'ensemble des documents.

Un logiciel 'tout en un' et un pour tous

"Revit est comparable à un couteau suisse", souligne Emmanuel Di Giacomo à propos des multiples fonctionnalités du logiciel. Mais se mesure-t-il aux outils de rendu ? Selon le chef de projet d'Autodesk, la version 2009 de Revit inclut le moteur de rendu de 3D Studio Max et permet ainsi de réaliser des rendus de qualités. Une version qui permet aussi "de créer des animations", ajoute Emmanuel Di Giacomo.

Combinant les qualités de logiciels 2D tel AutoCAD et celles de logiciels 3D tel Studio Max, Revit est-il, pour autant, aussi simple d'utilisation qu'un SketchUp ou, à l'inverse, aussi perfectionné qu'un outil tel Catia, le logiciel utilisé par Frank Gehry ? "Revit est doté d'un module, Conceptual design, qui permet, comme c'est le cas avec SketchUp, de 'tirer' des volumes à partir d'un plan", précise Emmanuel Di Giacomo. "Il est aussi possible, à l'instar de ce que permet le logiciel de Gehry, d'aller très loin en matière de précision", ajoute-t-il.

Un autre aspect de Revit doit être ajouté à cette énumération : le logiciel se présente sous la forme d'une plate-forme collaborative. "Revit permet de travailler à plusieurs sur les mêmes fichiers de manière efficace", commente Wilfrid Bellecour. L'architecte souligne qu'il suffit de 'mettre à jour' - une expression clamée plusieurs fois par jour au sein de son agence - son intervention pour que tous les architectes travaillant sur un même projet y aient accès. Si AutoCAD offre également cette possibilité, Vincent Baillon précise que "la gestion des droits d'accès est mieux faite sur Revit : on sait qui fait quoi, même à des kilomètres de distance".

En fait, intégrant le format international IFC, Revit permettrait, dans l'idéal, de mobiliser tous les acteurs d'un projet autour d'une maquette numérique, de l'architecte aux entreprises, en passant par les bureaux d'étude et la maîtrise d'ouvrage. Si cet aspect de Revit semble pour l'instant peu exploité - "nous n'expérimentons pas cet aspect 'partage'", souligne Wilfrid Bellecour - il devrait se développer sans tarder car il fait l'objet du projet eXpert, lancé en 2006 par les principaux acteurs du bâtiment. "Notre enthousiasme pour Revit est surtout lié à ce potentiel collaboratif", souligne Vincent Baillon. "Alors qu'ArchiCAD est plus abouti sur certains points que Revit, il n'offre pas les mêmes perspectives en matière de travail collaboratif ", précise-t-il.

Un logiciel presque parfait

Conjuguant les fonctionnalités d'Autocad, SketchUp, 3D S et Catia, Revit ne sonne-t-il pas, alors, le glas de tous ces logiciels ? Réponse d'Emmanuel Di Giacomo : "Chaque logiciel a ses propres qualités. SketchUp est plus convivial et AutoCAD plus perfectionné en matière de dessin". En fait, "l'avantage principal de Revit est de pouvoir basculer facilement d'une fonctionnalité à l'autre", poursuit-il. Et de résumer : "présentant de gros avantages en matière de mutualisation, de gain de temps et de données sémantiques, Revit ne remplace pas, pour autant, les autres logiciels quand il s'agit de peaufiner un projet".

L'architecte Vincent Baillon ne partage pas entièrement cet avis : "Revit est plus cohérent qu'AutoCAD en matière de dessin", dit-t-il. De plus, le collaborateur de Wilfrid Bellecour estime qu'à l'instant où l'aspect collaboratif de Revit sera entièrement exploité, autrement dit quand tous les acteurs impliqués dans un projet se saisiront du logiciel, "alors, oui, Revit représentera une menace pour AutoCAD".

Maîtriser Revit : une valeur ajoutée

Si la connaissance de Revit est devenue une compétence obligatoire pour intégrer le studio Bellecour, "un 'reviteur' reste, pour l'instant, une denrée rare", souligne son fondateur. "Deux anciens collaborateurs sont devenus formateurs Revit dans de grandes agences, dont celle de Renzo Piano", poursuit Wilfrid Bellecour. Car, au-delà du simple changement d'outil, Revit implique "un véritable changement des habitudes de travail".

Coûtant entre 4.000 et 6.000 euros, Revit connaît un succès croissant : à ce jour, Autodesk a vendu 400.000 licences du logiciel. Il est permis de penser que Revit deviendra sans tarder un outil incontournable pour les architectes (ne serait-ce que parce que les maîtrises d'ouvrage commencent à imposer le format IFC dans le cadre de concours). Principal obstacle à cette généralisation : son homologue, édité par Graphisoft et distribué par Abvent en France : ArchiCAD. Cela dit, Autodesk dispose d'un avantage : la licence de Revit comprend celle d'AutoCAD. C'est d'ailleurs ce qui a convaincu Wilfrid Bellecour d'acheter, il y a trois ans, Revit plutôt qu'ArchiCAD.

Emmanuelle Borne

Revit : horizon numérique des architectes ?
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER