• Accueil
  •  > 
  • Retour vers le futur : la Cinémathèque de Tanger
Rejoignez Cyberarchi : 

Retour vers le futur : la Cinémathèque de Tanger

Laurent Perrin : Copyright 2019

 

C'est l'histoire d'un cinéma ouvert en 1938 et sauvé de la ruine en 2005. Repris par un collectif d'artiste, embarqué par Yto Barrada, il renait de ses cendres après deux ans de travaux. L'architecte Jean-Marc Lalo est aux commandes.

 

 

 
 
A+
 
a-
 

De la grande salle autrefois toute en longueur, il en crée une nouvelle, ainsi qu'une petite, « en regéométrisant la salle principale ». Le Cinéma Rif nouvelle version c'est donc une salle de 300 places, et une deuxième, plus intime de 50 places, avec des fauteuils club, destinée à des projections de films pour un public amateur suivies de débats, ou utilisée pour des dérushages par des équipes de cinéma en tournage.

« Nous avons également créé une salle de consultation d’archives de films, une salle de montage vidéo, une scène avec sa loge d’artistes, un café-restaurant, et les bureaux et locaux du personnel », précise l'Atelier Lalo. Une salle de montage et une vidéothèque, comprenant les collections et archives au cœur de son projet, sont également présentes.

 

Une salle historique à Tanger

 

Plus qu'un cinéma, il s'agit d'une cinémathèque dédiée au cinéma arabe, voulue par l’artiste marocaine Yto Barrada qui a repris l’exploitation de cette salle historique. La Cinémathèque de Tanger se situe dans un lieu culturel emblématique de l’histoire de Tanger, l’ancien Cinéma Rif, un nom évocateur pour nombre de Tangérois(es) encore aujourd’hui.

Ouvert en 1938, le Cinéma Rif est situé sur la place la plus emblématique de Tanger, la Place du 9 Avril 1947, communément appelée le Grand Socco, une dérivation de l'espagnol signifiant Grand Souk, ou grand marché.

Son mythique café avec sa terrasse complète un espace unique d’échanges et de rencontres. C'est le point de rendez-vous incontournable de Tanger. Cinéphiles, jeunes, expatriés, moins jeunes, touristes de passage… Tout le monde s’installe le temps d’un café, d’un thé à la menthe, d’un verre, ou même d’une bière, le temps d’une discussion ou de plusieurs, le lieu est ouvert à tous, que l’on vienne ou non pour une séance de cinéma.

 

« Lieu d'échange et d'influence »

 

La ville a connu une période riche en matière de cinéma, témoignant des nombreux passages, de voyageurs aguerris, commerçants, artistes, et autant de métissages qui ont participé à l’émergence d’une multitude de cinémas. Mais Tanger voit ses cinémas progressivement fermer avec le temps et l’obsolescence progressive de l’expérience collective du septième art, enclenchée par la perte de son statut international et le développement de la télévision et des supports numériques.

« Lieu d’échange et d’influence, cette structure inédite dans le contexte marocain a également été saluée à l’étranger, de la revue new-yorkaise NY Arts Magazine, jusqu’à la très tendance boutique parisienne Merci qui a réalisé son café à la façon de celui de La Cinémathèque », précise l'architecte basé à Paris, Jean-Marc Lalo.

 

Le projet
Restructuration. Création d'une 2ème salle et d'un café

Maîtrise d’ouvrage : Société cinématographique nord-africaine
Equipe de maîtrise d’oeuvre : Atelier d’architecture Lalo, architecte mandataire
Architecte d’opération : Jaouad khattabi
BET : A. Kaissi, Somacep
Bet structure : Miratec
OPC : Gemval
Surface SHON : 1 200 m²
Montant : 0,4 M€

 

Laurent Perrin

Cinéma Rif
Cinéma Rif
Cinéma Rif
Cinéma Rif
Cinéma Rif
Cinéma Rif
Cinéma Rif
Mot clefs
Catégories
CYBER