• Accueil
  •  > 
  • Renzo Piano signe l'arche de Noé du 7e art
Rejoignez Cyberarchi : 

Renzo Piano signe l'arche de Noé du 7e art

Photographies de Michel Denancé - Coll. Fondation Jérôme Seydoux-Pathé © 2014 - RPBW : Copyright 2019

Le nouveau siège de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé a ouvert ses portes au public ce mercredi 10 septembre 2014, dans le treizième arrondissement de Paris. Conçu par Renzo Piano, ce bâtiment a pour vocation de recevoir un public amoureux du patrimoine cinématographique.

 
 
A+
 
a-
 

Située au 73 avenue des Gobelins, la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé a conservé sa magnifique façade sculptée par Auguste Rodin, classée aux monuments historiques.

Les deux figures qui y sont sculptées représentent le Drame (l’homme) et la Comédie (la femme) et témoignent de l'emplacement d'un ancien théâtre, bâti en 1869 par l'architecte Alphonse Cusin. Ce lieu transformé une première fois en cinéma s'est reconverti depuis en un lieu entièrement consacré à l'histoire du 7e art.

Derrière la façade d’Auguste Rodin, Renzo Piano a édifié une coque de cinq étages recouverte de 7 000 volets protecteurs. Elevé au milieu d’un jardin, le bâtiment contemporain d'une superficie de 2200 m2 fait resplendir la qualité des matériaux. Outre sa verrière aux deux niveaux supérieurs, l’intérieur mêle un subtil mélange de bois et d’acier qui offre à la Fondation un caractère unique en son genre.

Une forme ovoïde abstraite

L'ensemble est enveloppé dans une forme ovoïde abstraite recouverte de milliers de volets perforés, comme des « écailles de poisson », a précisé l'architecte Renzo Piano à l'AFP, visiblement satisfait du résultat, lors de la présentation à la presse vendredi. D'autres évoquent « une ressemblance avec un tatou ».

Mais « il faut se méfier des métaphores », a-t-il ajouté en souriant, avant de souligner qu'il s'agissait d'abord « de ne pas enlever de droits aux riverains » - plus d'une centaine de fenêtres donnent sur la cour - « ce qui explique un peu la forme du bâtiment ».

« On s'est accroché là ou on pouvait s'accrocher », dit-il, et s'il faut utiliser une métaphore, il préfère une « arche de Noé » couronnée par une « montgolfière ».

Sur sept niveaux, cette arche renferme des trésors historiques avec des espaces de conservation pour les archives de la maison Pathé fondée en 18966, des salles d'expositions permanente, un centre de recherche et de documentation ainsi qu'un espace réservé aux ateliers pédagogiques.

Une réserve de 10 000 films

Ce mercredi 10 septembre, la Fondation inaugurait la salle de projection Charles Pathé, d’une capacité de 70 places. Dédiée au cinéma muet, elle permettra au public de redécouvrir des films souvent oubliés du septième art.

Pathé, qui fut avant 1914 la plus importante société de cinéma, a produit « depuis sa création 10 000 films, dont 9 000 muets, et la moitié de ceux-ci est consultable », souligne le directeur de la Fondation, Arnaud de Fontenay.

Un premier cycle de projection sera consacré aux tout premiers films produits par Charles Pathé. Lui succèdera dans la salle de 70 places dotée du nec plus ultra technologique un cycle consacré à Albert Capellani qui mit en images de nombreux classiques français (Germinal, la Belle et la Bête, Notre-Dame de Paris...), a indiqué la présidente de la Fondation, Sophie Seydoux, épouse de Jérôme.

Un troisième cycle sera dévolu à la Première Guerre mondiale.

C.T

Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Fondation Jérôme Seydoux-Pathé
Mot clefs
Catégories
CYBER