• Accueil
  •  > 
  • Renzo Piano dresse la justice vers les cieux
Rejoignez Cyberarchi : 

Renzo Piano dresse la justice vers les cieux

RPBW, render by ANIMA : Copyright 2017

 

En cours de construction à Porte de Clichy, le nouveau tribunal de Paris imaginé par Renzo Piano Building Workshop (RPBW), doit soulager l'île de la Cité, où l'on rend la justice depuis le moyen-âge. Il s'agira d'un bâtiment en escalier, moderne et élancé.

 
 
A+
 
a-
 

Le nouveau tribunal de Paris imaginé par Renzo Piano Building Workshop (RPBW) s’étend sur une superficie d’environ 100.000 m² dans le quartier de la Porte de Clichy. Le bâtiment est composé d’un socle de cinq à huit étages qui reprend la forme du site, une aire en forme de L.

Sur ce socle se dresse une tour constituée de trois parallélépipèdes superposés dont la section diminue au fur et à mesure que l’on s’élève, créant un profil en escalier. Les façades sont entièrement vitrées. Dans les trois blocs de la tour, ces vitres se prolongent en fines lames, au-delà du volume de l’édifice, pour mieux en "exalter" la verticalité. 


Réunir plutôt que diviser


Atteignant 160 mètres de haut, le bâtiment se dresse entre le périphérique et le parc Martin Luther King. Le prolongement de la diagonale, axe principal du parc, marque le passage entre la façade principale et le parvis triangulaire qui lui fait face. Les façades est et ouest offrent une vue sur Montmartre et la Tour Eiffel quand celles au nord et au sud, plus étroites, regardent Paris, Clichy et le Mont-Valérien. 

Alors que le concours suggérait de diviser le tribunal en deux bâtiments séparés, RPBW a préféré réunir tous ces espaces dans un seul grand bâtiment : fonctions publiques, salles d’audiences et bureaux. Quelques 8.000 personnes doivent y affluer chaque jour. Pour l'agence italienne, qui a même pensé aux futures exigences et changements dans le fonctionnement de la justice, le bâtiment doit guider le développement du quartier.


De la transparence pour la justice


La salle des pas perdus se développe sur toute la hauteur du socle, au rez-de-chaussée, jusqu’à 28 mètres. Elle se distingue par ses colonnes élancées en acier et par une lumière naturelle distribuée par les lucarnes et la façade vitrée donnant sur le parvis. Le socle abrite les 90 salles d’audiences, bénéficiant elles aussi de la lumière du jour qui filtre à travers les façades. Les salles de conseil et délibérés sont quant à elles visibles depuis l’extérieur à travers la façade vitrée.

Le bois habille la plupart des espaces : salles d'audience (parquet, boiseries de hêtre), salles de conseil et délibérés, et la terrasse de 7.000 m² installée au huitième étage. Ce "jardin" donne sur le restaurant des employés. Le profil de la tour possède deux décrochages en regard des 19e et 29e étages et de leurs jardins suspendus, qui prolongent le parc Martin Luther King et créent un "gratte-ciel vert".

Depuis le Moyen Âge, la justice à Paris est rendue dans le bâtiment de l’île de la Cité. Le manque d’espace a contraint à installer des bureaux aux quatre coins de la ville. Ce nouveau projet - en cours de construction - permettra de pallier à cette dispersion. L’île de la Cité continuera d’héberger la cour d’assises et la Cour de cassation, fonctions symboliques et ô combien importantes.

 

Laurent Perrin

Palais de Justice
Palais de Justice
Palais de Justice
Palais de Justice
Palais de Justice
Palais de Justice
Palais de Justice
Palais de Justice
Palais de Justice
Palais de Justice
Palais de Justice
Palais de Justice
Palais de Justice
Mot clefs
Catégories
CYBER