• Accueil
  •  > 
  • Rénovation et extension de la mairie de la Plaine-sur-mer (44) : un bloc d'ambiances différenciées
Rejoignez Cyberarchi : 

Rénovation et extension de la mairie de la Plaine-sur-mer (44) : un bloc d'ambiances différenciées

© Cyberarchi 2019

La Plaine-Sur-Mer est une commune balnéaire polycentrique. Son centre-bourg, situé dans les terres sur un point haut, joue des représentations conventionnelles d'une petite commune. L'architecte Xavier Fouquet, dans le cadre de la rénovation de la mairie, a tenté de rééquilibrer ces représentations.

 
 
A+
 
a-
 

Le texte ci-dessous est signé de l'architecte Xavier Fouquet

Une forme d'organicité ponctuée d'aménagements de culture routière, des bâtiments dominants, des équipements... La commune connaît un fort développement et une forme de plasticité. L'attractivité du littoral favorise une urbanisation linéaire. En période estivale la population passe de 2.500 à 20.000, voire 25.000 habitants.

La nouvelle équipe municipale a décidé d'améliorer la qualité des services municipaux, dont la mairie. Les locaux de l'ancienne mairie étaient devenus trop exigus, peu fonctionnels et relativement inconfortables. Ils résultaient d'une succession d'annexions et d'extensions à partir de la demeure principale construite en 1863. L'îlot se conformait à une organisation républicaine classique : la mairie, l'école avec sa cour et son arbre, un tilleul, et le logement de l'instituteur. Une partie de l'école avait été annexée, une extension réalisée en 1983 abritait un accueil d'accès difficile.

Les premières discussions ont permis de préciser le programme, de prendre en considération les projets en cours ou à venir - extension de l'école, réaménagement de la Place Fort Gentil - et d'identifier des enjeux qualitatifs : destination, usages et valeurs du futur édifice.
Les enjeux prioritaires étaient de donner une accessibilité et une lisibilité à l'institution, de faciliter l'accueil et l'accès des citoyens aux services, d'améliorer le confort de travail.

Une première réflexion a porté sur la place de la future mairie. L'analyse des bâtiments a révélé la possibilité de construire sur l'existant. Nous avons proposé de créer un ensemble cohésif en rénovant l'existant, en annexant les locaux disponibles, et en surélevant l'ensemble. D'une part pour des raisons fonctionnelles et d'autre part pour économiser le foncier, pour l'école ou autre. Et enfin, pour affirmer la place de l'institution à l'échelle du bourg

Les différentes étapes de réalisations et d'extensions de la mairie sont les témoins de différentes représentations et valeurs de cette institution.
- Une valeur patriarcale, attachée au territoire pour la partie la plus ancienne dont le bâti est épais, lourd et stable. Une sorte de cure qui rivalise en dimension avec le presbytère voisin. Un édifice "ancestral" qui a quelques semblables localement. A la création de cette institution c'était souvent la table de cuisine du maire qui tenait lieu de table du conseil, et les édifices créés par la suite étaient de grandes maisons, des demeures.
- Une valeur domestique, "années 5O", pour le logement de l'instituteur.
- Une valeur administrative, abstraite, sans lien au territoire pour l'extension de 1983. Un édifice de maçonnerie, fermé et convoquant un univers de bureau. Une "maison de maçon" qui a fortement marqué ce littoral côtier, sorte de "patrimoine sans qualités" mais patrimoine quand même.

Nous avons proposé de reconnaître ces témoins et de les rénover suivant leur matérialité. Tout ce qui a pu être conservé ou rénové, c'était l'énoncé exact de la commande, l'a été : édifices, menuiseries, textures, matières... Mais également d'introduire de nouvelles valeurs : ouverture, hétérogénéité, lien - climatique, physique, visuel - au territoire, légèreté, voire une discrète instabilité.

La surélévation poursuit la logique d'ajouts. Elle ne joue pas d'une rupture ou d'un rapport indiciel. Elle est posée. Elle glisse sur l'existant, se glisse en lui, et l'incorpore. L'étage a sa logique, le sol de bois déroule l'accueil, situé dans l'existant, vers l'étage créé, les faibles pentes intérieures résultent des niveaux trouvés, les archives sont avalées dans l'extension. L'ensemble joue d'adaptations aux situations construites. Cette tactique de glissement, d'imbrication, de percement, fait jouer des frottements et des frictions entre les représentations accumulées de l'institution.

La recherche d'une matérialité est exprimée dans les sols, les plafonds... Manière de proposer un rapport charnel au bâti, d'actualiser l'idée d'une spécificité territorialisée, et d'exprimer une certaine indépendance politique. L'organisation en pays ou communautés de communes pousse ces dernières à développer leur singularité au sein de cette nouvelle organisation politique parfois difficile à lire. Et, l'économie touristique s'appuie sur la valorisation d'une image du local. La nouvelle mairie est une singularité activant des diversités trouvées et nouvellement reconnues.

Une mairie est un lieu de représentation et un lieu traversé d'actions plus ou moins simples, quotidiennes ou heureuses : accueillir, aider, administrer, annoncer, marier, fêter, débattre, décider, pleurer, archiver... Le nouvel ordre spatial prend en compte ces actions et traduit une attention portée par le maire, les élus, et l'architecte, à l'égard des citoyens, des agents municipaux, des gestes quotidiens. Le positionnement de l'accueil et de la salle du conseil sur la Place Fort-Gentil opère un lien entre la population et la mairie. Il en souligne l'accessibilité et crée une continuité avec l'espace public.

Le percement d'une grande ouverture pour la salle du conseil et la création d'un perron invitent les concitoyens à assister aux séances de conseil et donnent un caractère majestueux aux sorties de mariage. Le passage sur cour permet de circuler en évitant l'accueil et d'organiser des vins d'honneurs sous le tilleul. Une partie des locaux en rez-de-chaussée est accessible lorsque la mairie est fermée, pour des réunions associatives ou autres. Le sol est continu de l'accueil aux bureaux et son mouvement abrite la salle du conseil et des mariages. Les archives pèsent sur l'accueil.

Les locaux créés à l'étage sont installés dans un plateau vitré qui permet de jouir de vues panoramiques sur la commune, sur les toits et la plaine environnante, de sentir la limite côtière, et d'apercevoir l'estuaire de la Loire et le port de Saint-Nazaire au nord. Cela permet aussi de voir l'intérieur de la mairie depuis la rue. Ce dispositif tire parti de la lumière et du soleil, pour le confort et la thermique.

La pente du toit et la coursive périphérique prolongent l'intérieur vers le dehors. Cette dernière facilite l'entretien des baies et apporte confort aux bureaux. Les claies en bois et les stores, à l'ouest, assurent la protection solaire et témoignent de l'activité. Le tilleul de la cour d'école fait signe depuis l'accueil, engendre le pli de la façade et fait protection solaire. Chaque façade varie suivant les situations.

Les formes et matières parfois renvoient discrètement à des référents, variés (architectures balnéaires, édifices des 30 glorieuses...), parfois non. Les matériaux sont parfois le fait de l'architecte, parfois le fait des élus. Et c'est très bien ainsi.

La mairie de la Plaine Sur Mer est un bloc d'ambiances différenciées, simple et complexe, cohésif et hétérogène, dont la conception relève d'une idée du politique et de la démocratie qui reconnaît différentes valeurs qui les traverse et veut s'adresser à des citoyens reconnus dans leur diversité.

Xavier Fouquet

Lire également notre portrait 'Dans la double-peau de Xavier Fouquet' et consulter notre album-photo 'La qualité d'une architecture réside dans ce qu'elle rend possible'


Fiche technique :

Shob : 1100 m2 - 900.000 Euros HT
Maître d'Ouvrage : Mairie de La Plaine-sur-Mer (44)
Mission : - M1
Maîtrise d'Oeuvre : F. Gerno & Forma 6 (architectes associés) - Hays ing. (fluides) E2C (structure) - Grassagliata/Gautron (économie) - ITAC (acoustique)
Livré en 2005 -
Nominé pour l'équerre d'argent 2005 - Prix de la 1ere oeuvre

Rénovation et extension de la mairie de la Plaine-sur-mer (44) : un bloc d'ambiances différenciées
Rénovation et extension de la mairie de la Plaine-sur-mer (44) : un bloc d'ambiances différenciées
Rénovation et extension de la mairie de la Plaine-sur-mer (44) : un bloc d'ambiances différenciées
Rénovation et extension de la mairie de la Plaine-sur-mer (44) : un bloc d'ambiances différenciées
Rénovation et extension de la mairie de la Plaine-sur-mer (44) : un bloc d'ambiances différenciées
Rénovation et extension de la mairie de la Plaine-sur-mer (44) : un bloc d'ambiances différenciées
Rénovation et extension de la mairie de la Plaine-sur-mer (44) : un bloc d'ambiances différenciées
Rénovation et extension de la mairie de la Plaine-sur-mer (44) : un bloc d'ambiances différenciées
Rénovation et extension de la mairie de la Plaine-sur-mer (44) : un bloc d'ambiances différenciées
Rénovation et extension de la mairie de la Plaine-sur-mer (44) : un bloc d'ambiances différenciées
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER