• Accueil
  •  > 
  • Recomposition urbaine d'un tissu faubourien à Aubervilliers
Rejoignez Cyberarchi : 

Recomposition urbaine d'un tissu faubourien à Aubervilliers

© Cyberarchi 2019

Dans le cadre du renouvellement urbain du secteur de ZAC Auvry/Barbusse à Aubervilliers, le projet de requalification du quartier s'appuie sur la recomposition urbaine d'un tissu et morphologies faubouriennes. Une réalisation signée NZI Architectes qui partage ici sa notice architecturale du projet pour la construction de 31 logements, activités et commerces.

 
 
A+
 
a-
 

L'opération 32-34, 38-46, rue Auvry et 33, rue Henri Barbusse se développe sur 2 entités foncières bien distinctes et significatives : une parcelle à l'Ouest, donnant sur la rue Auvry, à caractère « de ruelle », rue calme à sens unique avec ses hauteurs autours du R+3. L'autre à l'Est, longe la rue Henri Barbusse, voie structurante et commerçante sur l'axe Nord/Sud d'Aubervilliers, à caractère plus urbain. L'implantation du projet découle de cette dualité : habiter une rue calme et traversante et habiter une rue commerçante et passante.

Nous avons donc envisagé le projet de la façon suivante :

1) Concevoir un bâtiment qui s'adresse à la « ville » : véritable proue, à l'angle de la rue Auvry et Henri Barbusse, dont la morphologie répond à un système plus urbain, directement en relation avec un axe et ses commerces à RDC. Ici le gabarit proposé est à R+3 sur tout le linéaire de façade. Nous l'appellerons bâtiment C.

2) Concevoir un bâtiment « intermédiaire » qui reprend le rythme de la trame des éléments existants sur laquelle nous venons nous appuyer, afin de construire la rue Auvry de manière cohérente. Pour ce faire nous avons proposé de nous aligner strictement sur les gabarits existants et avec lesquels nous avons dialogué.

Avec ce principe nous concevons un skyline ouvert et découpé qui permettra la pénétration de la lumière et des vues vers le ciel afin de pallier à l'étroitesse de la rue. Grâce à la fragmentation du bâti projeté et ses halls traversants, les vues des piétons pourront se diriger vers les coeurs d'îlots et celles des habitants vers le « Square Bordier » depuis les porches du RDC. Cet ensemble est composé de deux bâtis pensés comme un seul. Nous les appellerons les bâtiments A et B.

Continuité urbaine par passation de témoin dans le temps

Toujours dans une optique respectueuse des configurations existantes et afin d'établir une continuité urbaine, par passation de témoin dans le temps, le projet vient s'insérer en prolongement continu des gabarits existants. Ces éléments définissent deux plans de façade avec lesquels nous avons composé.

A et B fonctionnent dans la logique commune d'insertion par continuités morphologiques des bâties existants, venant recréer le lien entre les deux entités.

- Sur rue : Porosités urbaines et rythme alternés entre plein /vide
Afin de créer une profondeur du bâti, A et B sont pourvus d'un dispositif de double peau générant des terrasses, permettant de gérer les apports solaires en été (façade sud), et de retrouver l'alignement à la rue. De ce fait les espaces extérieurs créés, doivent présenter un caractère intime et protégé.

- Sur le coeur d'Ilot : Maisons de Ville
Dans un quartier où les voies sont passantes, le projet offre, des espaces protégés en coeur d'ilot. Les logements à RDC, conçus comme des Maisons de Ville, disposent de grands jardins privatifs, assurant la convivialité; ceux à l'étage présentent des terrasses coté cuisine.
La volumétrie dégressive vers l'intérieur de l'ilot permet de libérer le fond de parcelle, mais aussi de créer des jardins « hauts » et de jardins « bas » en lien avec la « bande non-aedificandi », rythmant ce grand espace vert linéaire.

Afin de laisser respirer le coeur d'ilot, et de créer des vues de part et d'autres de la parcelle, une faille est créée dans le bloc collectif R+3. Elle permet de redimensionner l'échelle du bâtiment sur rue comme sur coeur d'ilot. Le porche d'entrée est lui aussi en percée visuelle sur toute sa profondeur. Le bâtiment est plus compact que le A et le B, répondant à une logique plus urbaine. Il vient articuler l'angle.

 
Un bâtiment conçu comme une rotule entre deux rues

Grâce aux vues dégagées vers le square et vers le coeur d'îlot, nous proposons de rendre l'espace jour des logements (séjour/cuisine) traversant. Si le séjour a un prolongement naturel sur les loggias (à caractère intime) coté rue, les cuisines sont en lien avec des terrasses au calme et dans la verdure vers le fond de la parcelle

Au RDC, la qualité de l'espace en coeur d'ilot, permet la création de jardins diversifiés et de liaisons transversales entre les différentes entités paysagères. Les logements à RDC bénéficient ainsi de grands jardins privés, et aucun vis à vis grâce aux plantations prévues sur les limites. Aucun logement ne donne directement sur rue.

Le bâtiment C est conçu comme une rotule entre les deux rues, se détachant du fonctionnement des bâtiments A et B. Nous avons choisi de le différencier du reste de par son fonctionnement et appropriation des espaces extérieurs. De larges balcons sur coeur d'ilot, sont aménagés en prolongement des salons. Des loggias sur rue restent dimensionnées à caractère urbain. Au RDC et en fond de parcelle deux logements bénéficient de jardins privatifs. A partir du T3, les logements sont tous au minimum avec double orientation, voir triple.

Recomposition urbaine d'un tissu faubourien à Aubervilliers
Recomposition urbaine d'un tissu faubourien à Aubervilliers
Recomposition urbaine d'un tissu faubourien à Aubervilliers
Recomposition urbaine d'un tissu faubourien à Aubervilliers
Recomposition urbaine d'un tissu faubourien à Aubervilliers
Recomposition urbaine d'un tissu faubourien à Aubervilliers
Recomposition urbaine d'un tissu faubourien à Aubervilliers
Recomposition urbaine d'un tissu faubourien à Aubervilliers
Recomposition urbaine d'un tissu faubourien à Aubervilliers
Mot clefs
Catégories
CYBER