• Accueil
  •  > 
  • Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Rejoignez Cyberarchi : 

Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage

Julien Lanoo : Copyright 2019

A Lille-Lomme, l’agence d’Houndt + Bajart architectes & associés (Vincent d'Houndt et Bertrand Bajart) viennent de livrer en septembre 2014, le restaurant du groupe scolaire Paul Bert et Léon Blum. C’est un extraordinaire monolithe couvert de brique proposé en réponse à un programme exigeant, tout en respectant l’architecture environnante.

 
 
A+
 
a-
 

Dès le départ, l’enjeu urbain n’était pas simple, l’environnement est composé majoritairement de constructions datant entre 1960 et 1980 où le logement domine. Quant à la parcelle d’angle qui se déploie sur les deux rues Marx Dormoy et Léon Blum, elle est entourée de constructions mitoyennes touchant ses limites. Le groupe scolaire constitué des deux écoles maternelle et élémentaire étant très en retrait par rapport à la rue, les architectes ont opté pour un rapprochement entre ces deux éléments en implantant le restaurant à l’angle du terrain et très en avant vers la rue.

Donner aux habitants un point de repère en habit de serpent

A part l’emplacement stratégique et la volonté de donner aux habitants un point de repère concernant le groupe scolaire, les architectes ont travaillé sur la forme du bâtiment autant que sur son habillage. L’édifice présente un drôle d’effet avec son aspect qui peut renvoyer à l’imaginaire de chacun qui la contemple, son habillage et ses fenêtres en forme d’écaille qui suivant les architectes font écho à la peau de serpent. Un univers à la fois allégorique et ludique qui matérialise malgré tout un lieu fonctionnel très utile à la communauté.

Cependant, les façades pixellisées en habit de serpent sont constituées de multiples teintes de brique, un matériau largement présent dans les constructions alentours. L’édifice bénéficie d’une relecture architecturale nouvelle adoptant un énigmatique message de fantaisie.

Un espace ouvert vers l’intérieur

Si les murs forment un barrage avec la rue, l’intérieur s’avère être très lumineux grâce à l’ouverture de l’ensemble vers un jardin intérieur qui n’est qu’un potager riche en espèces. Placé au cœur du restaurant scolaire, ce dernier joue un important rôle pédagogique ainsi qu’un lieu coloré apprécié de tous. Concernant l’acoustique, elle intègre les plafonds composés d’éléments colorés en cohérence avec la couleur du mobilier. Comme la salle de restauration donne via de grandes baies vitrées sur le jardin, éclairé au sud, la lumière naturelle est partout présente et l’ensemble est attrayant.

Le restaurant étant accolé à la maternelle, les enfants y accèdent directement via un espace de transition sous la forme d’un hall. Une petite cour extérieure a été aménagée sur la façade donnant vers la place Léon Blum consacrée aux livraisons. Les sorties des déchets, le service de restauration ainsi que l’office de cuisine ont été minutieusement étudiés pour une meilleure fonctionnalité.

Simple par sa fonction et mystérieuse par son habillage, le restaurant du groupe scolaire Léon Blum est un produit de l’imagination de Vincent d'Houndt et Bertrand Bajart qui ne laisse pas indifférent.

Sipane Hoh

Photo de Une : Julien Lanoo

Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Quand le restaurant scolaire manie l’art du camouflage
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
CYBER