• Accueil
  •  > 
  • Prix du Projet Citoyen : les lauréats sont…
Rejoignez Cyberarchi : 

Prix du Projet Citoyen : les lauréats sont…

Vincent Monthiers : Copyright 2017

Lors de son congrès annuel le 6 octobre dernier à Biarritz, l’Unsfa a dévoilé le palmarès de la 16e édition du Prix du Projet Citoyen. Le concours, crée en 2011, illustre « la richesse » d’une concertation « exemplaire » entre maître d’ouvrage, architecte et usager. Pour cette nouvelle édition, ont été attribués un prix et deux mentions spéciales.

 

 

 
 
A+
 
a-
 

Le Prix du Projet Citoyen a été créé il y a 15 ans à l’initiative de l’Union Nationale des Syndicats Français d’Architectes (Unsfa). Placé sous le haut parrainage du ministère de la culture, il distingue « une démarche concertée au service des projets d’architecture, d’urbanisme, d’aménagement et de paysage ».

A l’issue de ce concours, ce n’est donc pas un mais trois acteurs qui sont récompensés : le maître d’ouvrage, le maître d’œuvre-architecte et le maître d’usage-citoyen.

Le Prix du Projet Citoyen incarne ainsi « une conscience humaniste dans l’air du temps. La qualité architecturale n’est pas un privilège des architectes et des maîtres d’ouvrage mais un droit des citoyens », souligne l’Unsfa dans un communiqué.

Des réalisations « inattendues et novatrices »


Pour élire les lauréats de cette édition 2016, le jury, composé d’architectes, de journalistes et de représentants institutionnels, s’est réuni le 9 juin dernier. Ils ont alors choisi les réalisations les plus « inattendues et novatrices » parmi les 16 projets candidats.  

Les trois projets finalement sélectionnés se veulent « respectueux des préoccupations environnementales de notre époques » et témoignent « d’une volonté de construire autrement ». Ces réalisations utilisent notamment des matériaux biosourcés, valorisent le renouveau de la terre cuite, et mettent en œuvre des solutions performantes d’isolation ou de production de chauffage et d’eau chaude pour géothermie, détaille un communiqué. 

Le palmarès, composé d’un lauréat et de deux mentions, a été dévoilé lors du congrès annuel de l’Unsfa organisé le 6 octobre dernier à Biarritz, un événement qui a compté sur la présence d’Agnès Vince, directrice chargée de l’architecture à la Direction générale des Patrimoines. 

Terra Arte, Lauréat


Le grand gagnant du concours est le projet Terra Arte à Bayonne (64). Ce projet s’intègre à un nouvel éco-quartier et met en œuvre « une nouvelle manière de produire du logement social, dans le cadre du programme Terra Arte d’habitat participatif et d’accession sociale à la propriété ». Il s’inscrit dans une « démarche économique, écologique et surtout humaine » puisqu’il a permis de créer du lien, des moments de partage tout en offrant aux habitants un nouveau regard bienveillant sur leur résidence.

La démarche participative s’est appuyée sur une étroite collaboration entre les architectes et les usagers. De ce fait, la maturation a été plus longue que pour une démarche classique. Quatre ans et 45 réunions de concertation ont ainsi été nécessaires à sa mise en forme. Une grande attention a été portée au choix des matériaux de construction qui sont pour la plupart biosourcés, ainsi qu’à la bonne gestion de l’énergie consommée et produite par les bâtiments (Bbio moyen 30 points).

L’immeuble se compose de deux unités accueillant 46 logements orientés sud et sud-ouest pour « un confort optimal ». L’accès aux logements s’effectue en façade sud par des terrasses privatives dont la couleur, la dimension ou encore le nombre de baies, a été choisi par les usagers. L’aménagement des abords est conçu comme un parc, au cœur duquel un potager et un verger ont été créés, avec un réservoir de pluie pour l’arrosage.

Maître d’ouvrage : Le Comité Ouvrier du Logement (Le COL), coopérative HLM
Assistance à la maîtrise d’ouvrage : Association AREA (recherche, architecte et habitat) et NOBATEK (sensibilisation écologique)
Maître d’usage : Association des Habitants TERRA ARTE
Maîtres d’œuvre : Atelier d’Architecture DUHOURCAU et Laure Prablanc, architecte, Joseph Andueza, paysagiste
Programme : 46 logements participatifs neufs
Surface : 3 056 m2 - Coût : 3 500 000 € HT

Deux mentions spéciales


VILLA JANNA - L’Écolodge de la Palmeraie de Marrakech

Villa Janna, l’Ecolodge de la Palmeraie de Marrakech, s’est vu attribuer une mention. Ce projet atteindre « valeurs humaines et environnementales, au travers de l’utilisation de la terre crue, de la prise en compte de l’efficacité énergétique et du traitement des eaux et des déchets ».

Dès lors, le projet a évolué vers l’ouverture d’un Écolodge et Centre de formation à la construction en terre crue  & matériaux locaux et au développement durable.

Le Centre de la Terre, implanté dans le Villa Janna, s’inscrit aujourd’hui dans une démarche de promotion internationale de la construction en terre crue par la formation, le conseil et l’assistante technique aux maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre et entreprises. « La Villa Janna constitue ainsi une vitrine et un exemple à suivre pour servir la cause du renouveau de la construction en terre ».

Pour construire le projet, une entreprise pour la Terre a été spécialement créée pour former les personnels locaux pendant trois ans. Trois modèles de briques ont été utilisés pour la conception : 1 500 000 briques ont été fabriquées avec la terre du site. La réalisation des arches, des voutes et des coupoles a permis de faire travailler la terre en compression.

 

Maître d’ouvrage : VILLA JANNA Sarl
Maîtres d’usage : Le Centre de la Terre et VILLA JANNA
Maîtres d’œuvre : Denis COQUARD architecte, Constructeur Terre & Jalal ZEMMAMA architecte D.E.N.A, Daniel TURQUIN, ingénieur et formateur Terre, L3e & BET Terre.
Programme : Écolodge et Centre de formation de la construction en terre crue  & matériaux locaux : un complexe éco-responsable sélectionné pour les TERRA Award 2016
Surface : 4 700 m2 - Coût : 2 000 000 € HT.

 

MENTION : IMMEUBLE LE MAKING HOF réalisé en auto-promotion à Strasbourg (67)

Le projet est né du souhait « d’habiter autrement : moins cher, plus grand et plus écologique, autour d’une nouvelle forme de vivre ensemble et d’habitat passif ». Les architectes ont ainsi proposé aux familles un projet adapté à leurs attentes. En 2010, ils ont associé le bailleur social Habitat et Humanisme dans cette opération d’auto-promotion.

12 mois et 45 réunions ont été nécessaires pour finaliser le projet et créer « un véritable projet de vie ». « La réalisation a été conçue d’une manière équitable et sur un principe d’égalité généreuse entre les familles, quels que soit la taille du logement ou les moyens financiers de chacun ».

Pour parvenir à des objectifs énergétiques et environnementaux performants, le bâtiment est d’une grande compacité, « bien isolé thermiquement par l’utilisation de la paille, doté de grandes baies à triple vitrage ». La conception des façades garantit « une bonne isolation par l’utilisation de l’enduit terre comme finition intérieures. La production de chauffage et d’eau chaude sanitaire est assurée par géothermie ».

Maître d’ouvrage : SCA FONCIERE D’HABITAT ET HUMANISME
Maître d’usage et d’ouvrage : SCIA LE MAKING HOF
Maître d’œuvre : LES ARCHITECTES SA - Olga Ballesteros
Programme : 6 logements en accession, 2 logements sociaux à prêt aidé d’intégration en location, des espaces communs de 42 m2 et 800 m2 d’espaces jardinés et plantés collectifs
Surface 845 m2 - Coût : 1 148 290 € HT

 

R.C

Terra Arte
VILLA JANNA
IMMEUBLE LE MAKING HOF
Mot clefs
Catégories
CYBER