• Accueil
  •  > 
  • Pour une cotte bien taillée en architecture
Rejoignez Cyberarchi : 

Pour une cotte bien taillée en architecture

© Cyberarchi 2019

Bruno Frison est le directeur du développement de la société Foin (Hall 7.3, Stand D40), leader mondial de la fabrication de cottes de mailles. Cottes de mailles ? En effet, la même qui servait à confectionner des armures. Il explique les raisons de sa présence à Batimat et l'intérêt croissant que les architectes portent à ces produits.

 
 
A+
 
a-
 

Il y a donc un marché de la cotte de mailles ?

L'entreprise française familiale a été créée en 1835. Le premier gant a vu le jour dans les années 1965-1970. Aujourd'hui, et depuis 50 ans, nous sommes le leader mondial de la fabrication de cotte de mailles qui n'est rien d'autre que des anneaux qui s'entremêlent les uns dans les autres (dans un m² de cotte de mailles standard, il y a plus de 130.000 anneaux soudés individuellement. NdR). 90% de la cotte de mailles est destiné aux gants, notre cible originelle étant l'agroalimentaire puisque nous produisons plus de 50% de la cotte de mailles pour le marché de la protection dans le secteur des abattoirs (gants,...), un peu comme au temps des chevaliers (rires). La PME compte près de 200 personnes. Nous faisons partie du groupe américain Bacou-Dalloz (Hall 5.2, Stand C2).

L'expérience et le savoir-faire de Foin associé à Whiting & Davis - marque du groupe Bacou-Dalloz aux Etats-Unis - nous ont permis de développer des cottes de mailles innovantes et uniques entièrement destinées aux architectes, décorateurs et designers. Au début des années 70, Paco Rabanne, le premier et à notre grande surprise, s'est intéressé à notre produit. Aussi, le temps que l'idée mûrisse, depuis 2 ans, nous nous sommes orientés vers la déco, l'architecture.

Notre métier est de vendre de la matière, c'est à l'architecte de créer, de mettre en oeuvre le produit. En clair, c'est à lui d'avoir l'idée, de savoir qu'en faire. Nous pouvons cependant le conseiller car la cotte de mailles est un produit particulier. Il s'agit en effet d'un produit ambigu dans la mesure où il est très solide, par rapport à l'inox par exemple, mais en même très souple, très sensuel et très fluide. Par ailleurs, il peut également être colorée. A ce titre, la cotte de mailles laisse une place importante à la créativité et à l'audace. La technologie des alliages, sa résistance à la corrosion, offre de nombreuses possibilités. Malléable, elle s'adapte à tous les volumes et épouse les formes les plus variées. Sa capacité à jouer avec la lumière lui confère des nuances sans cesse renouvelées. La déclinaison des mailles proposées par Foin permet de laisser libre court à l'imagination de l'artiste. Les architectes, décorateurs et designers toujours à la recherche de matériaux innovants commencent à utiliser la cotte de mailles dans leurs créations.

Batimat n'avait sans doute jamais rien vu de pareil...

(Rires) Batimat est l'occasion pour nous de nous faire connaître des architectes et architectes d'intérieur, une nouvelle cible pour nous, même si cela reste encore une part marginale de notre chiffre d'affaires. Le but reste cependant pour l'avenir d'augmenter ce chiffre et à terme d'apporter une démarche plus concrète d'accessoires, apporter un service plus étoffé en termes de conseil. La cotte de mailles est un produit très spécifique mais, s'agissant de sa mise en oeuvre, le produit peut être livré à l'architecte sous forme carrée ou rectangulaire par exemple, laquelle peut se déformer à volonté.

C'est cette capacité à la déformation qui donne à ce produit un intérêt en matière architecturale. Bref il faut parvenir "à dompter la bête" ! Des exemples d'utilisation : des lampes ; des rideaux, des voilages, des sièges, des pares-feu, des vases et, bien sûr, ce qui nous a permis de nous faire connaître, les vêtements de mode grâce à des couturier comme Paco Rabanne et Courège qui ont les premiers saisi la force et la sensualité de cette matière.. En somme, le produit d'origine peut être détourné par les designers et les architectes pour en faire quelque chose de particulier. La cotte de mailles devient alors une matière à idées ! Mais pour pouvoir le prouver, encore faut-il pouvoir le montrer. C'est ce qui explique notre présence au salon.

Puisqu'ils sont votre cible, disposez vous de quelques exemples de réalisations par des architectes utilisant la cotte de mailles ?

La cotte de mailles a permis quelques réalisations de prestige. Andrée Putmann a conçu un «orgue à parfum», qui trône au centre de la maison Guerlain sur les Champs-Elysées à Paris. Il s'agit d'un immense lustre autour duquel sont placés les parfums. Ce lustre de trois mètres de haut est entièrement réalisé en cotte de mailles Lamex +. Il est le véritable point d'orgue de la boutique. Dominique Perrault quant à lui a utilisé cinq tonnes de mailles métalliques pour la réalisation de la Bibliothèque François Mitterrand à Paris en 1998. Grâce à sa résistance, la maille devient structurante, elle recouvre les plafonds et les murs des couloirs. Le support se métamorphose en écailles brillantes, sur lesquelles la lumière se défragmente. Les multiples reflets jouent ainsi avec l'espace.

Pour une cotte bien taillée en architecture
Pour une cotte bien taillée en architecture
Pour une cotte bien taillée en architecture
Pour une cotte bien taillée en architecture
Pour une cotte bien taillée en architecture
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER