• Accueil
  •  > 
  • Porosité des espaces communs et privés du Japon au Liban
Rejoignez Cyberarchi : 

Porosité des espaces communs et privés du Japon au Liban

© Cyberarchi 2019

Une maison privée au Japon jouant sur la relation individu/famille, une résidence à Milan explorant la transition entre nature et espace privé et une tour « observatoire » à Beyrouth dominant la ville avec de vertigineux porte-à-faux : ce sont les trois projets primés cette année aux WAN Awards.

 
 
A+
 
a-
 

Complex house, Nagoya, Japon

La famille maître d'ouvrage de cette maison avait exprimé le besoin de plusieurs petites pièces. Les architectes de l'agence Tomohiro Hata ont donc étudié la possibilité d'une rangée de chambres petites et profondes. Une fois le concept mis au point, ils ont décidé de différentes largeurs adaptées aux échelles de chacune des pièces. Et enfin, ils ont pu déterminer la composition des sections.

Résultat : les chambres se mêlent les unes aux autres au premier étage tout en étant intégrées aux espaces communs familiaux. « En effet, la famille étant la plus petite unité en termes de groupes sociaux, construire une maison en ce sens vient naturellement, en particulier dans une époque où l'individualité est naturellement respectée au sein de la famille », écrivent les journalistes de WAN.

Pour le jury, les espaces intérieurs lumineux et aérés que l'on retrouve ici sont plutôt courants dans l'architecture japonaise de maisons. Mais ce sont l'entrelacement astucieux des volumes ainsi que les variations de proportions entre les pièces qui en font une maison vraiment à part.

De relation entre parties communes et espaces privés il est aussi question dans les deux projets résidentiels primés cette année aux WAN Awards.

 

Résidence Milanofiori, Milan, Italie

Ce projet vise la symbiose entre architecture et paysage, « pour que la synthèse de l'artificiel et du naturel puisse définir une qualité de vie et un sentiment d'appartenance au site de la part des habitants », écrit WAN. Ainsi l'interface entre le bâtiment et le jardin devient le terrain d'interaction entre l'homme et l'environnement. Une interface qui se définit par une forme en 'C' qui enserre le parc public et par la porosité entre intérieur et extérieur caractérisant chacun des 107 appartements.

Les deux façades du bâtiment sont traitées différemment : celle côté rue est plus urbaine, quand celle face au parc est d'avantage organique. La face urbaine est composée de séquences blanches identifiant clairement la séparation entre les unités. Elle comprend des panneaux de bois de largeurs variables pouvant coulisser et ainsi contrôler la lumière intérieure selon les besoins.

La face organique comprend quant à elle des serres plantées protégées par deux pans de vitres. Elles ont pour fonction de procurer un espace tampon bioclimatique pour la régulation thermique, et apportent à la fois une plus-value architecturale sous la forme d'une extension de l'espace à vivre. Le projet est signé OBR Open Building Research, une agence italienne.


Observatoire de Beyrouth, Liban

Conçue par l'agence libanaise Accent Design Group, cette tour résidentielle s'inspire de la forme urbaine du centre-ville où elle est implantée. Insérée entre le Ring reliant l'est et l'ouest de la ville, dominant le centre-ville, la Place des Martyrs et le front de mer, elle s'apparente à un observatoire. Et offre avec ses appartements lumineux une diversité tout en créant un sentiment d'unité.

« Son design intriguant séparant les étages, les espaces double hauteur en son centre, et les balcons en porte-à-faux » ont séduit les juges. Cette transposition verticale de la ville horizontale, avec ses vues panoramiques sur la ville et la mer, est en effet fascinante, sans tomber dans le cliché de la «gymnastique architecturale » habituelle pour ce type de construction.


Le webzine britannique WAN (World Architecture News) remet chaque année ses 'Awards' aux réalisations les plus intéressantes publiées sur son site. Les lauréats sont sélectionnés par un jury composé d'architectes internationaux.

Laurent Perrin

Porosité des espaces communs et privés du Japon au Liban
Porosité des espaces communs et privés du Japon au Liban
Porosité des espaces communs et privés du Japon au Liban
Porosité des espaces communs et privés du Japon au Liban
Porosité des espaces communs et privés du Japon au Liban
Porosité des espaces communs et privés du Japon au Liban
Porosité des espaces communs et privés du Japon au Liban
Mot clefs
Catégories
CYBER