• Accueil
  •  > 
  • « Pop-Up building », un mélange de paradoxes
Rejoignez Cyberarchi : 

« Pop-Up building », un mélange de paradoxes

© Sergio Grazia : Copyright 2017

En Seine-Saint-Denis, Fabrice Lagarde et Vladimir Doray, les architectes de l’agence parisienne WRA (Wild Rabbits Architectes) viennent de livrer des logements sociaux hissés au-dessus d’une crèche. L’ensemble habite intelligemment le contexte atypique où il se trouve. Frugalité, simplicité mais aussi luminosité sont au rendez-vous.

 
 
A+
 
a-
 

Dans un contexte urbain très caractéristique et marqué par la cohabitation d’immeubles de grande hauteur et de logements sociaux représentatifs de l’architecture avant-garde, le tout non loin d’un cimetière communal, l’arrivée du « Pop-up building » dans la rue Charles Tillon à Aubervilliers signe une nouvelle époque.

 

Habits de pierres

 

Conçu comme un joyeux assemblage de volumes affichant une grande sobriété, l’édifice, baptisé par ses architectes « Pop-up building », possède une multitude de qualités. Tout d’abord, examinons les alentours, non loin d’un panel de signatures comme Renée Gailhoustet et Jean Renaudie, se trouvent celles de Katherine Fiumani et Gilles Jacquemot qui ont réalisé les emblématiques «Toits bleus » dont la dernière tranche située au centre de la composition restait en suspens. Une parcelle devenue aujourd’hui une belle opportunité pour la construction des dix-huit logements sociaux mandatés par l’OPH d’Aubervilliers à l’agence WRA.

Néanmoins, le projet semble regrouper plusieurs paradoxes. A première vue, l’ensemble, aussi différent que ses voisins affiche avec ces derniers une douce continuité grâce à la prolongation du socle qui fait le tour de la parcelle. Et puis, aussi fermé que l’édifice donne l’air côté avenue, une fois à l’intérieur, le divorce avec ses voisins se confirme et nous sommes dans des logements vastes, lumineux et dotés de grandes ouvertures savamment étudiées. De même, le bâtiment qui, de loin fait croire à une réalisation ordinaire en béton dévoile de plus près sa vraie nature. Il s’agit bel et bien d’une construction où mis à part l’infrastructure et le noyau, tout est en bois. Encore une fois, quelle délicieuse surprise, surtout qu’un bardage en pierre reconstitué couvre le bois comme un papier cadeau qui garde bien des secrets. Sans parler de la grande diversité des logements qui vont du studio jusqu’au duplex en passant par des appartements de trois ou quatre pièces, le tout rangé dans une forme géométrique qui laisse croire par moments à des cellules bien tramées mais dont la réalité est tout autre une fois l’ensemble dévoilé.

 

Un laboratoire architectural

 

Finalement, les « Toits bleus » qui devaient occuper tout le côté Ouest de l’avenue Charles Tillon et sur plus de trois cent mètres, avec au milieu une percée donnant accès au cimetière ne sont point bouleversés par le « Pop-up building », bien au contraire, les architectes de WRA ont fait tout leur possible pour garder la cohérence tant convoitée. Nous pouvons nous demander par moments si le nouveau projet n’était pas le prolongement de l’ancien tellement il s’adapte au contexte.

Dans une durée maîtrisée de travaux ponctués par plusieurs difficultés, l’équipe tout en gardant son éternel grand enthousiasme est arrivée à réaliser plusieurs exploits. Donnons par exemple le principe du sarking (des vis biaises qui remplacent les équerres métalliques de fixation) utilisé jusque là pour les toitures et expérimenté ici pour les façades, une première dont les architectes sont extrêmement fiers. Réalisé en filière sèche, le projet qui a gagné le concours en 2011 a relevé plusieurs défis.

A Aubervilliers il existe désormais un nouvel édifice qui, entre le cimetière et les anciens édifices tant caractéristiques de la ville, fait perpétuer la construction des logements sociaux atypiques. Un laboratoire architectural qui s’étend et ne laisse pas indifférent.

 

Sipane Hoh

 

« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
« Pop-Up building », un mélange de paradoxes
Mot clefs
Catégories
CYBER