• Accueil
  •  > 
  • Pont de Térénez : Merveille d'architecture et d'ingénierie
Rejoignez Cyberarchi : 

Pont de Térénez : Merveille d'architecture et d'ingénierie

© Cyberarchi 2019

L'architecte Charles Lavigne, qui a consacré sa carrière aux ouvrages d'art, est en passe de réaliser un chef d'oeuvre avec le pont de Térénez, premier pont courbe à haubans de France et record mondial de portée pour une travée courbe haubanée. Découverte.

 
 
A+
 
a-
 

«Presque une oeuvre de sculpteur». S'il tient impérativement, en premier lieu, à rendre hommage à l'ingénieur Michel Virlogeux («de renommée mondiale»), aux ingénieurs du SETRA, puis à son équipe («peu nombreuse mais qui en veut») puis au Conseil Général du Finistère («qui a témoigné d'une exceptionnelle confiance aux concepteurs»), l'architecte Charles Lavigne ne peut cacher longtemps sa fierté d'avoir participé à la conception du projet du pont de Ténérez, dans le Finistère qui va relier à partir de 2007, en enjambant l'embouchure de l'Aulnes, Brest à la presqu'île de Crozon, remplaçant l'ancien pont suspendu atteint d'une maladie incurable.

En effet, ces contraintes étaient nombreuses : une contrainte géométrique en premier lieu puisqu'il fallait que la route puisse tourner autrement qu'à l'angle droit et remonter dans la côte vers le plateau de la presqu'île ; une contrainte géologique également puisque il y a une faille dans le fond de la rivière qui interdit de «mettre les pieds dans l'eau» ; une contrainte réglementaire car il s'agit d'un site protégé et il fallait tenir compte de la loi littoral ; une contrainte liée à l'étroitesse du site qui impose de grandes précautions dans l'organisation du chantier ; une contrainte enfin liée à la structure du pont à haubans qui devaient tenir l'ouvrage sans entamer le gabarit des camions. De plus, il a fallu attendre que les militaires, propriétaires d'une partie de la route, consentent à laisser le libre passage. «Nous avons dû ronger notre frein pendant plusieurs années», explique Charles Lavigne. «Mais quand Michel Virlogeux a intégré l'équipe avec le SETRA, nous avons pu concevoir quelque chose d'exceptionnel», dit-il.

L'ouvrage sera en béton, les haubans en acier. La chaussée sera à deux voies avec des cheminements séparés sur les côtés pour les piétons et les cyclistes. Mais ce sont les pylônes, en plus de la courbe, qui donnent à ce pont son allure exceptionnelle. «Techniquement parlant, ce pont est de classe internationale et les touristes du monde entier viendront le voir», se réjouit C. Lavigne. De fait, à site exceptionnel, pont exceptionnel. L'ancien pont de Térénez, achevé en 1925, fut en son temps l'un des premiers ponts suspendus de France et le plus grand d'Europe. Mais son béton ne pouvant être réparé, seules les culées subsisteront pour être utilisées comme belvédères. Elles seront le témoin de l'ancêtre.

«Il est agréable de participer à la conception d'un ouvrage dont la technologie concernant les ouvrages d'art sera enviée du monde entier participant ainsi à l'image et au rayonnement de la France et de penser qu'on aura laissé des traces», déclare l'architecte. Charles Lavigne estime que ce pont aura une vie d'au moins cent ans et confie, admiratif : «les ponts romains durent depuis 2000 an et plus». Le pont du Gard est l'un des monuments les plus visités de France. Souhaitons au pont de Térénez, ouvrage d'art sculptural, le même succès.

L'appel d'offres pour sa construction devrait avoir lieu début 2004 pour un commencement des travaux à l'été 2004. Le pont devrait être ouvert à la circulation en 2007.

Christophe Leray

Photos Charles Lavigne et Conseil Général du Finistère

Pont de Térénez : Merveille d'architecture et d'ingénierie
Pont de Térénez : Merveille d'architecture et d'ingénierie
Pont de Térénez : Merveille d'architecture et d'ingénierie
Pont de Térénez : Merveille d'architecture et d'ingénierie
Pont de Térénez : Merveille d'architecture et d'ingénierie
Pont de Térénez : Merveille d'architecture et d'ingénierie
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER