• Accueil
  •  > 
  • Poissy : le pont médiéval sera recouvert d’une passerelle en tôle pliée
Rejoignez Cyberarchi : 

Poissy : le pont médiéval sera recouvert d’une passerelle en tôle pliée

© Ney & Partners : Copyright 2017

 

Poissy et Carrières-sous-Poissy seront bientôt reliés par une passerelle « 3 en 1 », mixant l’écomobilité et la redécouverte des bords de Seine. L’agence Ney & Partners l’a implantée juste au-dessus des vestiges du pont médiéval bombardé pendant la Seconde Guerre mondiale…

 
 
A+
 
a-
 

Trois projets gagnés pour cinq concours en France ! C’est le bilan très positif de Ney & Partners, une agence belge d’ingénierie et d’architecture qui s’impose comme un sérieux concurrent de Dietmar Feichtinger, Marc Mimram et autres spécialistes des ouvrages d’art. Principalement basée à Bruxelles, mais dotée d’annexes au Luxembourg et au Japon, la société fondée par Laurent Ney vient de lancer les travaux de la passerelle d’Albi, en balcon sur le Tarn et la cité épiscopale. En mars 2017, elle a remporté les concours de maîtrise d’œuvre pour les passerelles de Poissy et de Bourg-lès-Valence.

Unissant leurs moyens, les deux communes franciliennes de Poissy et de Carrières-sous-Poissy souhaitaient combler les insuffisances du pont routier - distant de 350 m - par une liaison douce réservée aux piétons et aux cycles. Elles ont dicté un principe de stratification historique, imposant aux concurrents d’emprunter le tracé de l’ouvrage du XIIIe siècle qui, curieusement, franchissait la Seine dans sa partie la plus large. Le cahier des charges précisait, en outre, que les piles du Moyen Âge, dont la capacité de portance était incertaine, devaient n’être ni réutilisées ni forées pour y insérer des fondations nouvelles.

 

Simple tôle d’acier

 

Côté Poissy, l’équipe de Ney & Partners, pilotée par Matthieu Mallié, a donc ajouté deux nouvelles piles en béton architectonique entre les piles existantes. Elles reçoivent des quadripodes en acier préoxydé, de type Corten, qui supportent le tablier. Au milieu de la passerelle et du côté de Carrières-sous-Poissy, trois massifs similaires constituent des points d’appui supplémentaires. Seules les culées historiques à proximité des berges ont pu être réemployées.

L’une des principales originalités du projet tient à la structure portante du tablier, simplement constituée d’une tôle d’acier de 45 à 55 mm - sans caissons ni sections creuses - dont la forme et les plis assurent la rigidité et la stabilité de l’ensemble. Ce parti-pris, qui rappelle le « Parkbrug » des mêmes concepteurs, a permis de réduire l’épaisseur de la passerelle au minimum, afin d’obéir à la réglementation PMR (pente de 4%), sans avoir à construire d’ouvrages collatéraux, comme le suggérait initialement l’étude de faisabilité. Les économies qui en résultent ont été mises à profit pour proposer des travaux d’aménagement sur les berges et sur le petit îlot Robinson, transformant le simple projet d’ouvrage d’art en projet « 3 en 1 ».

 

Anse recouvrée

 

En pied du pont, l’agence Ney & Partners projette de recréer l’anse originelle de la rive de Carrières-sous-Poissy qui avait été remblayée au XIXe siècle. Celle-ci constituera une zone de contact privilégiée avec le fleuve, un réservoir écologique, une frayère, une halte pour les kayaks ou un point d’attache pour les barques de plaisance. Les ingénieurs-architectes bruxellois ont également dessiné une place publique circulaire sur l’îlot Robinson, reliée à la passerelle par des gradins. Un lieu qu’ils espèrent voir animé par des évènements festifs et culturels.

Autre particularité : la tôle d’acier structurelle, qui joue aussi le rôle de garde-corps à 45° au niveau des plus grands franchissements, sera perforée au laser pour pouvoir admirer le fleuve en contrebas et éviter les détournements d’usage (utilisation de la pente en skatepark, par exemple). La surface circulée du tablier, quant à elle, sera revêtue d’un asphalte anthracite dont la finition grenaillée révèlera des granulats de quartz blanc préalablement incorporés. Si tout se passe comme attendu, le montage juridique et financier sera bouclé cette année et le chantier débutera en 2020. Les Pisciacais et les Carriérois devraient pouvoir emprunter leur nouvelle passerelle en 2022, au plus tard.

 

Tristan Cuisinier 

 

Fiche technique :
Maîtrise d’ouvrage : EPAMSA, mandataire du SMSO / Maîtrise d’œuvre et BET structure : Ney & Partners / Architecte DET : Strates ouvrage d’art / VRD, économie de la construction et DET : SCE / Eclairage et mise en lumière : Atelier Roland Jeol

Poissy : le pont médiéval sera recouvert d’une passerelle en tôle pliée
Poissy : le pont médiéval sera recouvert d’une passerelle en tôle pliée
Poissy : le pont médiéval sera recouvert d’une passerelle en tôle pliée
Poissy : le pont médiéval sera recouvert d’une passerelle en tôle pliée
Poissy : le pont médiéval sera recouvert d’une passerelle en tôle pliée
Poissy : le pont médiéval sera recouvert d’une passerelle en tôle pliée
Poissy : le pont médiéval sera recouvert d’une passerelle en tôle pliée
Mot clefs
Catégories
CYBER