• Accueil
  •  > 
  • Poésie de l'architecture récompensée
Rejoignez Cyberarchi : 

Poésie de l'architecture récompensée

© Cyberarchi 2017

 

Environ un an après le Prix de la Jeune Femme Architecte de l'année 2016, Amelia Tavella se voit récompensée par le Prix Pierre Cardin lors de la Séance Solennelle sous la Coupole de l'Académie des Beaux Arts à Paris.

 
 
A+
 
a-
 

Ce prix, dont Pierre Cardin fut l’instigateur, constitue la reconnaissance d’une démarche artistique. Celle d’Amelia Tavella consiste en une attention, un soin, portés à la réalisation, par les hommes de l’art, d’une architecture contextuelle soucieuse du bien-être de ses usagers autant que de l’histoire que porte intrinsèquement le lieu, bâtie dans des matériaux nobles, tendue de délicatesse et intégrée dans une localité.

L’Académie des Beaux-arts aura reconnu la particularité, la nécessité aussi, et encouragé le développement. Cette reconnaissance par des paires distingués encouragera à n’en pas douter Amelia Tavella à la poursuite d’une oeuvre architecturale singulière et exigeante, environ un an après avoir reçu le Prix de la Jeune Femme Architecte.

 

L'épure et l'oeuvre au couteau

 

Corse de naissance, l’intensité de son île est à l’origine de son geste – la vocation.
Force des Sanguinaires.
Force des hautes falaises.
Force d’une terre sauvage et solitaire : lieu sans frontière et de toutes les frontières.
Force de la mer qui recouvre, se retire et revient.
Mer-passion, mer-obsession : Amelia Tavella en a épousé le mouvement et le don de métamorphose, se réinventant à chacun de ses projets, rivée à son axe - la sensibilité : c’est elle qu’elle convoque, provoque.
C’est elle qu’elle expose par le bois et le granit, par l’épure et l’œuvre au couteau. Rien n’est laissé au hasard : le hasard n’existe pas. Amelia Tavella ne trahit jamais son enfance, son désir surgit du maquis.
Ses bâtiments vont aux vivants. La nouvelle histoire se fond à l’ancienne. Le présent élève le passé. Les fantômes sont heureux car honorés.
Amelia Tavella n’exerce pas une architecture de la table rase. Sa modernité embrasse ce qui existait déjà : elle enveloppe tous les temps. L’édifice n’est pas l’intrus, la nature est son vêtement.
Architecte poétique, avec elle la pierre est chair, l’arbre est homme, le ciel est témoin, la terre est mère, les lignes sont justes et ajustées : le sens est roi.

Le prix Pierre Cardin récompense également un peintre, un sculpteur, un graveur et un compositeur musical. Ce prix s’adresse aux jeunes artistes dans une période charnière où une carrière se dessine dans la force et la fragilité. Les lauréats bénéficient de la reconnaissance de leurs aînés leur permettant ainsi de se faire connaître auprès du public, des galeries et des collectionneurs.

Guillaume Bresson, peinture
Hidéko Miyata, sculpture
Amelia Tavella, architecture
Jérémie Solomon, gravure
Aurélien Maestracci, composition musicale

 

Lire aussi : Bastide, un espace dans le temps

 

LP

Prix Pierre Cardin
Prix Pierre Cardin
Poésie de l'architecture récompensée
Prix Pierre Cardin
Prix Pierre Cardin
Mot clefs
Catégories
CYBER