• Accueil
  •  > 
  • Plus que les technologies, ce sont les techniques qui sont vraiment nouvelles
Rejoignez Cyberarchi : 

Plus que les technologies, ce sont les techniques qui sont vraiment nouvelles

© Cyberarchi 2020

Le salon BATIMAT 2003 a offert aux architectes des indications précieuses sur les tendances à venir des techniques de mise en oeuvre et des matériaux de construction, qu'il s'agisse de la pierre postcontrainte, de la façade rapportée ou de l'utilisation du zinc, entre autres.

 
 
A+
 
a-
 

L'espace technologies de BATIMAT 2003 était en grande partie destiné aux architectes et maîtres d'oeuvre. Cet espace n'est plus tout à fait ce qu'il était et c'est l'une des leçons de BATIMAT 2003. En effet, les exposants sont de moins en moins nombreux et beaucoup de ceux qui étaient présents hésitent à revenir. Cette évolution est d'ailleurs perceptible sur tous les salons. Ainsi le salon 4CAD en Belgique, qui durait initialement 4 jours, a diminué son temps d'exposition à 3 puis 2 jours avant de passer au rythme d'une fois tous les deux ans.

La raison de cette évolution est simple. Les architectes sont parmi les professions les mieux équipées et les plus sensibles aux évolutions technologiques. Du coup les architectes utilisent l'outil Internet pour se renseigner, télécharger les démos qui les intéressent et éventuellement passer leurs commandes sans sortir de chez eux ou de leurs agences. Dans ces conditions, les éditeurs et autres exposants de technologies nouvelles n'ont plus vraiment besoin de se rendre sur des salons pour «rencontrer» leurs clients ou futurs clients.

BATIMAT 2003 a également été l'occasion de s'apercevoir que les architectes avaient la volonté de se réapproprier une partie du marché offert par les maîtres d'ouvrage privé, aussi bien dans le domaine de la maison individuelle, notamment dans le développement de la filière sèche, que de l'aménagement intérieur. Il est ainsi notable que 5 (sur 9) des prix des Trophée du Carrelage décernés le mardi 4 novembre ont récompensé des travaux conçus par des architectes et des architectes d'intérieur. Ce qui donnera de l'eau au moulin de ceux qui pensent que la formation d'architecte doit rester généraliste.

Il est clair cependant, si on en juge par l'offre des fabricants présents à BATIMAT qui s'empressent de proposer les solutions ad hoc, que la demande de meilleures compétences techniques de la part des architectes tend à s'imposer. Une invitation formulée d'ailleurs par François Pélegrin, président de l'Unsfa, lors de l'une de ses interventions durant le salon. Une attente qui avait déjà été exprimée clairement lors du congrès de l'Unsfa à Nantes en octobre dernier.

A noter enfin que nombre de fabricants ou d'entreprises attendent que les architectes mettent en valeur leurs produits ou leurs méthodes qu'ils estiment innovants. Ainsi les compagnons tailleurs de pierre aimeraient bien une collaboration avec les architectes plus en amont des projets, notamment pour mettre en forme, s'il on peut dire, la pierre postcontrainte. «Pour nous, le trio Architecte-Ingénieur-Tailleur de pierre doit être valorisé le plus tôt possible lors de la conception», explique l'un d'eux. «Car notre souci est surtout le manque d'information à propos de tout ce dont sont capables de véritables tailleurs de pierre».

Même attente exprimée par Bernard Caron, responsable marketing chez Terreal, pour ce qui concerne la façade rapportée ou collée en terre cuite. «Nous souhaitons montrer aux architectes qu'il s'agit d'un produit accessible pour des marchés qui ne sont pas ceux du luxe, écoles, lycées, supermarché, H.L.M. par exemple», dit-il. De même l'architecte Roger Hemmerlé, du cabinet du même nom, a insisté lors du salon sur les principaux avantages que représentait le zinc à ses yeux. «Auparavant, le zinc était utilisé pour les toitures, mais désormais, ce matériau s'utilise aussi dans la réalisation de façades extérieures», a-t-il expliqué.

Enfin pour finir, on retiendra que le NTC (Nordic Timber Council) et le CNDB (Comité National pour le Développement du Bois) ont signé un partenariat destiné à développer l'utilisation de bois dans la construction. Ce partenariat se traduira par une campagne de promotion du bois de trois ans destinée au grand public. Une campagne dont devraient logiquement bénéficier les architectes.

Plus que les technologies, ce sont les techniques qui sont vraiment nouvelles
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER