• Accueil
  •  > 
  • Plaza Athénée : une modernité qui reflète la beauté des détails plus classiques
Rejoignez Cyberarchi : 

Plaza Athénée : une modernité qui reflète la beauté des détails plus classiques

© Cyberarchi 2017

L’agence Jouin Manku, Patrick Jouin et Sanjit Manku ont redessiné littéralement l'espace restauration du palace Plaza Athénée, réouvert aux clients en septembre dernier. Ils signent là un projet au caractère étrange et merveilleux où les détails classiques luxueux côtoient des éléments architecturaux modernes, fruits du savoir-faire de plusieurs artisans d'art.

 
 
A+
 
a-
 

L'atmosphère d'un bar et des restaurants des palaces contribuent au rayonnement international d'un établissement. C'est pourquoi, François Delahaye et Alain Ducasse ont décidé de faire à nouveau appel à Patrick Jouin et Sanjit Manku (l’agence Jouin Manku) pour réinventer une architecture intérieure digne de ce grand palace parisien.

Désormais, il ne sera plus question d'un restaurant mais de deux, réunis en un même espace à l'esthétique épurée. Une partie sera dédiée au petit déjeuner, l'autre au restaurant ; la séparation s'opérant naturellement grâce à la création de deux ambiances avec un décor, un art de la table et un jeu de lumière particuliers.

De la cloche de service aux fauteuils

En pénétrant dans le restaurant, les clients découvriront des coques démesurées et surprenantes en inox poli qui constituent le dossier des banquettes servant d’assise aux clients, ou des paravents qui abritent les tables et les fauteuils. Réalisées par des artisans Meilleur Ouvrier de France de l’entreprise Matinox et Le Floch, elles font écho à la cloche de service de façon astucieuse et élégante.

La confection des trois cloches dans le restaurant a nécessité 3 500 heures de travail par l’entreprise Matinox, fondée et dirigée par Jean Bertaud, et notamment, pour la partie métallique, par Robert Thébault, chaudronnier d’art.

Vers une alcôve intimiste

À gauche, une étonnante alcôve en bois et en staff abrite une table particulière : là les clients reçoivent un service spécifique et bénéficient d’une plus grande intimité. L’extérieur de l’alcôve en bois brut, composé de lames de bois cintrées en chêne, peu travaillé n’est pas sans rappeler les coques de bateau de pêcheurs.

Telle une micro-architecture dans l’espace, elle théâtralise la présence du bois dans le décor et révèle toute l’ambivalence du projet, entre simplicité raffinée et élégante authenticité. L’intérieur de l’alcôve combine une banquette en cuir et une coque qui présente un motif inattendu : l’empreinte dans le staff des anciens paravents du restaurant, qui arboraient des gros plans de légumes brodés.

L’ensemble de la sellerie d’ameublement du restaurant a été exécutée par Pierre-Yves Le Floc’h, Compagnon du Devoir et Meilleur Ouvrier de France, Tapissier Gainier Contemporain à Vannes. Il est également intervenu sur la réalisation des cloches pour en gainer l’intérieur.

Et comme le luxe est fait de détails, les architectes ont aussi redessiné les chariots de service, ainsi que toute la partie technique, avec les plateaux. Seule la cloche en argent a été conservée dans son état originel.

Le mur du fond dissimule derrière des miroirs sans tain, le trésor du chef : un cabinet de curiosités réalisé par l’entreprise Lallier dirigée par Jean-Marc Bret. Mêlant des pièces tirées de la collection personnelle d’Alain Ducasse, et des éléments choisis au sein des plus grandes manufactures françaises telles que Christofle et Saint-Louis, a pour vocation d'illsutrer par l'objet l'histoire des arts de la table

Un décor onirique pour le bar

L'ambiance est tout à fait différente pour le bar. Ici, une tension s’opère entre le plafond et le bar pour créer une sensation d’étrangeté. Le plafond disparaît sous une installation informelle composée de volutes irrégulières de tissu. Le bleu profond infini crée alors l’illusion parfaite d’un ciel, ou d’un abysse infini qui invite à la rêverie.

Le bar, immatériel, presque intrus, monobloc en résine transparente aux dimensions hors normes est littéralement en lévitation dans l’espace. En référence à l’éther, il emprisonne dans la matière invisible les vapeurs d’alcool… pièce maitresse et énigmatique, il participe au mystère du lieu et guide le client vers une certaine désinhibition.

Ce nouveau décline subtilement les codes de l’automobile de luxe : sellerie haut de gamme, chrome… c’est donc tout naturellement qu’ils se sont rapprochés de D3 pour la confection du bar, société spécialisée dans la construction automobile, et notamment dans la fabrication de prototypes et de maquettes de style. 

Fiche technique :

Architecture intérieure et mobilier : Agence Jouin Manku - Agence Patrick Jouin iD

(conception : Patrick Jouin et Sanjit Manku)

Architecte d'exécution : ORYStudios d'Architecture ORY & ASSOCIES

Chefs de projets Agence Jouin Manku : Anna Leymergie - Andy Migevant - Bruno Pimpanini - Luciano Bon - Tania Cohen

Eclairagiste : Philippe Almon

Plaza Athénée : une modernité qui reflète la beauté des détails plus classiques
Plaza Athénée : une modernité qui reflète la beauté des détails plus classiques
Plaza Athénée : une modernité qui reflète la beauté des détails plus classiques
Plaza Athénée : une modernité qui reflète la beauté des détails plus classiques
Plaza Athénée : une modernité qui reflète la beauté des détails plus classiques
Mot clefs
Catégories
CYBER