• Accueil
  •  > 
  • Pitch House, de la tradition à l'évolution
Rejoignez Cyberarchi : 

Pitch House, de la tradition à l'évolution

© Cyberarchi 2014

Frédérique Barchelard et Clément Lobbens (3ème année de Licence et Master 1 à l'école Nationale Supérieure d'Architecture de Paris La Villette), premier prix du concours SABINE*, ont proposé un parti architectural volontariste affirmant sa capacité d'inscription dans l'aménagement d'un lotissement à l'architecture souvent répétitive.

 
 
A+
 
a-
 

Située sur une parcelle de 513m², au sein d'un lotissement à venir, les consignes étaient claires. Il s'agissait de concevoir la maison basse consommation de 2020.

La problématique était de traduire le schéma d'une maison individuelle à deux pans, en tentant de l'adapter à une vision contemporaine et aux contraintes de développement durable. De cette réflexion naquit 'Pitch House'.

Pitch house est une maison traditionnelle qui a évolué et su tirer parti de ce qui lui était le plus utile et nécessaire afin de devenir une maison écologique adaptable à des environnements divers.

Sa position sur la parcelle signifie directement la volonté de chercher à optimiser l'utilisation du soleil pour une production directe d'énergie. Les lamelles photovoltaïques qui composent la toiture, expression d'une forme compacte, permet de lire un volume à la fois simple et familier. Le toit paraît telle l'évocation d'un abri.

Décollé du sol, ce toit est habité par les espaces de nuit comprenant la suite parentale avec salle de bain privative, une large chambre pour les enfants ainsi qu'une salle d'eau.

Légèrement encaissée pour retenir l'inertie terrestre, le rez-de-chaussée reçoit les espaces de jour où se déploie un bandeau vitré à 360°. S'ouvrant sur le jardin, de généreux espaces s'y trouvent.

La nature est invitée, dans ce projet, à envahir le jardin et les talus pour créer une protection naturelle des vis-à-vis extérieurs. L'espace vert sera composé d'arbres fruitiers autour desquels se déploiera un potager permettant à la famille une consommation de sa propre culture.

Les couleurs de l'orme de Sibérie viendront agrémenter ce panache chromatique. Son feuillage caduc complètera la protection solaire en été.

L'énergie solaire est utilisée de façon active et passive. Les lamelles photovoltaïques en toiture s'intègrent au bardage ; fournissant 1.901kWh/an, ils rendent la maison positive. Le rez-de-chaussée, complètement vitré, emmagasine la chaleur l'hiver et crée par des ouvrants une ventilation naturelle de tous les volumes intérieurs.

Les eaux de pluie sont récoltées dans une cuve et servent pour l'arrosage du jardin, les sanitaires et le lavage du linge.

Frédérique Barchelard et Clément Lobbens

Lire également les articles concernant les deux autres prix :
>> 'Le cadre modulable de Julien Lecointre et Timothée Poisblaud' ;
>> ''Home sweet home', par Alice Decocq'.

* La seconde édition du salon SABINE (SAlon du Bâtiment Innovant du Nord-Est) s'est déroulée à Reims du 3 au 5 février dernier.

Avec 47 candidats, 3 projets primés parmi 17 présentés, le Concours d'Architecture SABINE 'Sweet Eco-Home', placé sous le thème de la 'maison basse consommation de 2020', a remporté un franc succès auprès des étudiants. Le Concours d'Architecture SABINE est en effet réservé aux étudiants (en équipe ou individuellement) des écoles d'architecture européennes. Son but est de récompenser la qualité architecturale d'un projet dans le respect des normes environnementales, le choix et la pertinence d'utilisation de matériaux sains, la capacité du bâti à générer des économies d'énergie tout en tenant compte des contraintes topographiques du terrain. Plaçant l'architecture au service de l'environnement, le projet de la maison basse consommation de 2020 doit s'inscrire sur une parcelle située à Fagnières (51), au sein d'un programme d'aménagement.

Le jury, présidé par Lipa Goldstein, architecte parisien, était composé d'Alain Niboyet, architecte du groupe Plurial, d'Olivier Lemont, architecte représentant le CROA (Ordre des Architectes de Champagne Ardenne) et d'Annabelle Royer, architecte-urbaniste au sein de l'ARCAD (Agence Régionale de la Construction et de l'Aménagement Durable).

Mot clefs
Catégories