• Accueil
  •  > 
  • Philippe Samyn invente de nouveaux 'indicateurs'
Rejoignez Cyberarchi : 

Philippe Samyn invente de nouveaux 'indicateurs'

© Cyberarchi 2019

Philippe Samyn (Samyn and partners) dirige à Bruxelles une grande agence d'architecture et d'ingénierie. Son fondateur couvre lui-même un large spectre de compétences. Présent depuis 20 ans sur la scène des grands projets internationaux, il est désormais à la recherche d'un meilleur rapport entre l'utilité d'un bâtiment et sa pérennité.

 
 
A+
 
a-
 

Le jeune ingénieur belge s'est formé aux méthodes anglo-saxonnes du civil engineering au MIT puis a étudié l'urbanisme et l'économie avant de parfaire dix ans plus tard sa connaissance de l'architecture à La Cambre, où s'est sans doute définitivement ancrée une approche du projet toujours comparative et précédée d'un état des lieux de la société où ce projet doit faire sens.

Ses recherches théoriques, sa parole courtoise mais précise, ses derniers travaux nous apprennent que Philippe Samyn a décidé d'engager son crédit d'homme de l'art dans le débat sur l'architecture durable. L'ingénieur a compris que la crise des ressources périme des savoirs, des certitudes. L'architecte se méfie du scientisme Vert qui pourrait les remplacer.

De l'efficacité à l'efficience

Aujourd'hui que la matière devient rare, Philippe Samyn reformule la conception du projet, pour alléger la construction et rechercher ce qu'il nomme l'efficience. Pour inventer des structures plus légères, l'ingénieur écarte les logiciels 'clés en main', refait de la géométrie analytique, invente de nouveaux 'indicateurs'. Les nouvelles canopées de la gare de Louvain, livrées en 2007, utilisent ainsi quatre fois moins d'acier que les projets concurrents du concours. Elles n'en sont pas moins expressives et particulièrement lumineuses. L'efficience est la recherche "d'un meilleur rapport entre l'utilité d'un bâtiment et sa pérennité", dans un siècle où les fonctions changent plus vite que les bâtiments ne s'usent.

Plutôt qu'être efficace, l'architecture doit proposer d'abord une commodité générale (définition intéressante de la durabilité...). Le Comptoir forestier de Marche en Belgique, construit en 1997, devait ainsi abriter des laboratoires et des lieux de stockage. Ces locaux ont été construits à peu de frais et ils s'abritent sous une superbe coque de verre, portée par une structure en bois. Pérenne et généreux, ce volume pourra accueillir d'autres usages, procurera toujours confort et économie, de matière puis de gestion.

Philippe Samyn critique déjà le néo-efficace du XXIème siècle. Il part en guerre contre les éoliennes, produit dont le succès repose sur un calcul écologique trop étroit pour être juste. "Mesurez donc l'énergie dépensée pour transporter ces mastodontes, le béton englouti dans leurs fondations, les surfaces bétonnées à leurs pieds", dit-il. Lui a inventé une éolienne haubannée, faite d'un mât très léger qu'on transporte aisément et qu'on lève, avec ses propres câbles, comme un chapiteau.

L'exemple illustre l'optimisme historique de Philippe Samyn, proche en cela d'un Stefan Behnisch : le siècle de la raréfaction des ressources est aussi celui de la 'knowledge society', d'une augmentation sans égale des ressources intellectuelles, des moyens de savoir. C'est là que l'architecture doit puiser pour se réinventer.

Marie-Hélène Contal

Né en 1948, Philippe Samyn est ingénieur civil des constructions (UL Bruxelles, 1971), Master of Science in Civil Engineering (MI T, 1973), ingénieur civil urbaniste (UL Bruxelles, 1973) et architecte diplômé de l'Ecole de La Cambre (1985). Il fonde en 1980 l'agence Samyn et associés, devenue aujourd'hui une grande agence d'architecture et d'ingénierie sur le modèle anglo-saxon. Il enseigne à La Cambre le cours de Stabilité et conception des structures. Il est membre du RIBA depuis 1998 et de l'Académie Royale des Sciences de Belgique depuis 2004.

Lire les autres articles du dossier ' Global Award for sustainable architecture' :

  • 'La seconde édition du Global Award est bien engagée' ;

  • 'Carin Smuts (CS Studio) : une vision particulière de la responsabilité de l'architecte' ;

  • 'Elemental Team pour un Logement Social Dynamique sans la Dette' ;

  • 'Fabrizio Carola : l'humaniste en rupture avec la brutalité modernisatrice coloniale' ;

  • 'Rural Studio : le développement durable né de la nécessité à Newburn, Alabama (USA)' ;

  • 'Collection-manifeste : la maison n°1 de Hermann Kaufmann'.

'L'engagement social d'architectes de pays émergents au défi de la Collection Manifeste'
Philippe Samyn invente de nouveaux 'indicateurs'
Philippe Samyn invente de nouveaux 'indicateurs'
Philippe Samyn invente de nouveaux 'indicateurs'
Philippe Samyn invente de nouveaux 'indicateurs'
Philippe Samyn invente de nouveaux 'indicateurs'
Philippe Samyn invente de nouveaux 'indicateurs'
Philippe Samyn invente de nouveaux 'indicateurs'
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER