• Accueil
  •  > 
  • Pernod Ricard University, sinon rien !
Rejoignez Cyberarchi : 

Pernod Ricard University, sinon rien !

©Adria Goula : Copyright 2018

Envie de changer d’air ? À moins d’un kilomètre du centre d’entrainement de l’équipe de France de football, à Clairefontaine, la Pernod Ricard University offre l’assurance d’un dépaysement aux entreprises. Un projet nommé au grand prix du SIMI 2017 et conçu par Cyril Durand-Behar Architectes.

 
 
A+
 
a-
 

8 000 m2 de surface de plancher en pleine forêt, dans le parc naturel régional de la vallée de Chevreuse ! Telle est la situation privilégiée de la Pernod Ricard University, un centre de séminaire exploité par Châteauform’. À l’origine du projet ? Un gain substantiel de droit à construire sur le domaine La Voisine, fort peu bâti, mais doté d’un château, d’un ancien prieuré et d’une villa des années 1970.

« Pernod Ricard nous avait demandé de travailler sur le réaménagement du site dont il était propriétaire et d’augmenter de 250 m2 sa capacité d’accueil pour mieux recevoir les séminaires du groupe, explique l’architecte Cyril Durand-Behar. Victime de la crise, le projet a finalement été suspendu. Lorsqu’il a repris, deux ans plus tard, ce sont plusieurs milliers de mètres carrés en plus que nous étions autorisés à construire, grâce à une modification du PLU de Clairefontaine-en-Yvelines. »

Aujourd’hui, Châteauform’ accueille aussi bien les formations de l’entreprise spécialiste des alcools et spiritueux (60% du taux d’occupation) que les rassemblements de salariés d’autres sociétés. La présence supposée d’une simple fleur a guidé la conception du plan-masse. Une précieuse - mais invisible - orchidée sauvage a en effet obligé les concepteurs à laisser vierge la zone où l’implantation des bâtiments était initialement prévue. Imposant ses droits et ses limites, la nature a conduit Durand-Behar à répartir ses ouvrages par touches impressionnistes sur le domaine.

 

Pôles disséminés

 

Le campus Pernod Ricard est pensé comme une promenade ponctuée de quatre pôles à l’architecture distinctive, qui accueillent les activités des différents moments de la journée. Ce séquençage spatio-temporel du domaine est servi par de multiples jeux de perspectives intérieur-extérieur, où chaque entité construite annonce la suivante. Le site marécageux a impliqué un décollement des bâtiments de 80 cm par rapport au sol naturel (et 400 micropieux). Des retraits conséquents ont dû être observés par rapport aux lisières forestières.

À l’est du parking, le pôle « accueil & détente » s’organise autour des anciens bâtiments du prieuré et de l’orangerie. Il propose dans un esprit « maison » (comme chez soi) des salles de sport, une piscine, un spa, un salon, un court de tennis… Un petit « jardin des essences » rappelle que l’entreprise du CAC 40 doit ses premiers succès aux plantes aromatiques.

 

Travail et détente

 

À l’ouest du parking, le pôle « travail » de 2 700 m2, nommé Le Chai, constitue le centre de formation proprement dit. L’espace intérieur, très ouvert sur la nature environnante, regroupe un amphithéâtre de 60 places, un auditorium de 352 places et des « silence cabs » pour débriefer en petit groupe, consulter son ordinateur et recharger son smartphone. Des salons et un impressionnant restaurant central de la hauteur du bâtiment permettent d’intercaler des moments de convivialité entre les temps de travail.

Tout au bout de la clairière, l’ancien relais de chasse - autrement appelé Château du domaine La Voisine ou Château Ricard - a été entièrement restructuré sans que Cyril Durand-Behar se sente obligé d’y sacrifier sa modernité. Le maître d’œuvre a par exemple flanqué ses extrémités de boites en verre et acier poli miroir dans lesquelles il a logé les escaliers. Les intérieurs - bar et salons à l’atmosphère « club », qui sied aux soirées - bénéficient du savoir-faire de l’agence qui tire plus de la moitié de son chiffre d’affaires annuel de l’architecture intérieure.

Calés entre le château et le pôle « accueil & détente », les hébergements en lisière de forêt constituent le lieu le plus étonnant du complexe de Pernod Ricard. Avec relativement peu de moyens, Durand-Behar a agencé 57 bungalows préfabriqués (de deux chambres superposées) comme un hameau. Des passerelles sans garde-corps irriguent la composition en bois, très riche en espaces interstitiels. Calme, repos, méditation, imprégnation par la nature : le concept fait indéniablement penser à l’architecture japonaise. Pour ne rien gâter, les chambres de 23 m2 sont particulièrement confortables. Elles disposent toutes d’une petite terrasse. Rien de surprenant à ce que le PDG du groupe choisisse d’y dormir, plutôt que dans celles, plus spacieuses, du château.

 

 

Tristan Cuisinier

 

 

Fiche technique :

Maîtrise d’ouvrage : Pernod Ricard / Promoteur : GSE / AMO : Egis Conseil Bâtiment / Architecte : Cyril Durand-Behar Architectes (chefs de projet : Alexandra de Buyer, Nesrine Guerbouj, Martin Lavigne, Morgane Chaplain, Sauhaila Tournier, Sandrine Arlot Peliccia) / Espaces verts : Atelier Paul Arène / BET : IB Concept (structure), GSE (fluides), Impact Acoustic (acoustique), Dauchez Payet (HQE), Distylight (éclairage) / SDP : 7 905 m2 / Coût : 38 M€ / Livraison : juin 2017

 

 

Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Pernod Ricard University, sinon rien !
Mot clefs
Catégories

Recevez la newsletter

CYBER