• Accueil
  •  > 
  • Paysagisme : une architecture de tous les temps
Rejoignez Cyberarchi : 

Paysagisme : une architecture de tous les temps

© Cyberarchi 2019

Le paysage est la forme du temps. Temps qui passe, temps qu'il fait. L'espace architectural peut cultiver ses trois dimensions jusque dans le Symbolique, la dimension paysagère y intègre en plus celle du Temps pour y parvenir. Minéral, végétal, animal, le paysage règne sur ses trois grandes composantes et dans des proportions à chaque fois réinventées qui font l'unicité d'un espace-temps donné.

 
 
A+
 
a-
 

«Régis Guignard aime faire parler la terre. Selon les lieux, c'est son histoire, sa géologie ou ses plantations, qu'il fait apparaitre et qu'il anime dès les premiers mots lorsqu'il démarre un projet. La relation entre un architecte et un paysagiste est sou-vent très difficile parce que chacun doit travailler sur la même substance et la définir avec ses moyens : l'espace, le vide entre les constructions. Il faut parvenir parfois à ce que les idées rebondissent positivement les unes sur les autres, à ce qu'une vision d'espace devienne dans le temps un jardin, un climat une ambiance qui va évoluer», écrit Christian de Portzamparc en préface.

Du square de quartier à la charte paysagère d'un département, nous intervenons à des échelles, des enjeux et des pas de temps extrêmement divers. Pour ajouter notre qualité de paysagiste à celle de l'architecte et de ses « solides » compétences, nous devons apporter en plus celles de géologue, de botaniste, de zoologue et de jardinier. Et beaucoup de patience! Puisque si le travail de l'architecte se termine avec la réception de ses travaux, celui du paysagiste vient de commencer... explique Régis Guignard, dont une monographie vient de paraître.

Quelque fois admettre... cela rend humble

Au-delà de son travail d'architecte, le paysagiste ne fait qu'inviter des êtres vivants à partager un dessein projeté. Livrés à eux-mêmes dans un écosystème imposé, ils vont inventer un futur qui ne sera pas forcément celui de nos plans. Il faudra conduire, corriger et quelques fois admettre ; cela rend humble. L'ouvrage présente trente projets qui chacun à sa manière raconte une histoire parlant d'humanités, trente invitations à partager de petites émotions avec le ciel comme complice du moment. Regroupées en dix thématiques, la même conjugaison entre le Réel, souvent l'Imaginaire et quelquefois le Symbolique comme clés de lecture emportées par le Temps. « Faire grandir les gens », disait Paul Andreu... Un voeu collégial en guise d'ambition.

Dans la première partie, nous présentons les tendances du métier : une école française se dessine et si elle traite du grand territoire, c'est pour mieux y appliquer les préoccupations environnementales qui nous habitent depuis longtemps et qui font aujourd'hui consensus. Des projets ayant le bassin versant comme unité de lieu et ancrés dans un Réel responsable. En deuxième pa r ti e, il s'agit de montrer comment nous savons nous adapter à des situations bien particulières : répondre à un programme tout en s'inspirant du contexte pour mieux devancer les attentes, leur fixer un cadre tout en suscitant en coulisses l'Imaginaire. Chercher l'idée, celle qui dépasse le contexte lui-même et ses franges en rêves, c'est l'objet de la troisième partie. Chercher encore, trouver l'idée qui fait passer du singulier à l'universel et rejoindre ainsi le Symbolique.

Paysagiste des plus grands architectes

Grande Médaille d'Argent de l'Académie d'Architecture pour l'ensemble de son travail, Régis Guignard est le paysagiste attitré des plus grands architectes et urbanistes français (Serge Renaudie, Jean-Michel Wilmotte, Architecture Studio, Christian de Portzamparc). Poète, il crée des jardins sensibles et novateurs. Ainsi il livre des paysages durables conçus en alchimie avec l'architecture. Parmi les réalisations auxquelles il a participées : aménagement du Parc-Canal de Saint-Denis, restructuration de l'Hôpital Sainte-Anne à Paris, mutation du Fort d'Issy-les-Moulineaux (92), Ambassade de France à Berlin, jardin vertical des salons Lafayette au Palais des Congrès porte Maillot (1998), siège du journal Le Monde (2007), Hôtel Renaissance Wagram à Paris-Etoile (2008), Hôtel de Région Rhône-Alpes (2011) à Lyon, jardins des chais de Château Cheval Blanc (2011), ceux du futur Ministère de l'Agriculture à Paris, Musée de la Romanité à Nîmes...

Le premier ouvrage consacré à son travail, "Archi-Paysagiste - 30 projets", parait en septembre 2012 aux éditions PC - Philippe Chauveau.

LP

Paysagisme : une architecture de tous les temps
Paysagisme : une architecture de tous les temps
Mot clefs
Catégories
CYBER