• Accueil
  •  > 
  • Paul Virilio nous a quitté
Rejoignez Cyberarchi : 

Paul Virilio nous a quitté

© Cyberarchi 2018

 

Connu principalement pour ses écrits, ses textes et sa pensée qui ont accompagné des générations entières, Paul Virilio vient de nous quitter à l’âge de 86 ans. Une vie entière durant laquelle le grand homme, resté intègre, a inspiré écrivains, penseurs mais aussi artistes, architectes et urbanistes. 

 
 
A+
 
a-
 

Qui ne se souvient de « Bunker archéologie » ? Le premier ouvrage de Paul Virilio, sorti en 1975, fruit d’un travail de recherche minutieux sur le long de la côte atlantique qui, aussi touchant qu’intéressant, deviendra plus tard l’un des piliers des annales d’architecture et d’urbanisme ?

 

La stratégie de l’oblique, c’est la liberté

 

L’enfance de Paul Virilio à Nantes où il vit les bombardements pendant la Seconde Guerre mondiale a influencé son parcours mais aussi ses pensées. Il a gardé depuis un intérêt pour les diverses agencements de la guerre, accompagné de différents questionnements ainsi qu’une grande sollicitude concernant les territoires urbains.

A Paris, après avoir suivi une formation de maître verrier à l'École des métiers d'art, Paul Virilio collabore avec des éminents artistes comme Henri Matisse ou Georges Braque. Plus tard, en 1963, il fonde avec Claude Parent, le groupe Architecture Principe, puis publie un premier manifeste pour une architecture oblique où il s'agissait de démanteler l'unité formelle au profit d'une architecture du mouvement. « La stratégie de l'oblique, c'est la liberté. » disait Claude Parent.

Depuis les années soixante-dix, le philosophe développe une pensée critique sur la vitesse et déclare : « Il n'y a pas de mondialisation, il y a une virtualisation. Car ce qui est effectivement mondialisé par l'instantanéité, c'est le temps. » Plus tard dans les années quatre-vingt, il s'engage en faveur des sans-abri. Virillo a participé à plusieurs journaux et publications, en France et à l'étranger. Il a également reçu le Grand Prix national de la Critique d’Architecture en 1987.

 

Il a crée une immense famille

 

Professeur à l'École spéciale d'architecture (ESA) à Paris et directeur des études du Collège international de Philosophie de Paris, l’urbaniste forme plusieurs grands noms de l'architecture contemporaine française comme Jean Nouvel. Son ancien élève l’architecte Matthieu Poitevin, quand il a appris la nouvelle de sa mort, il a déclaré :

« Paul Virilio est mort, c’était mon professeur. Merci

Nous avons de la chance d’avoir eu un tel professeur.

Nous avons de la chance de pouvoir penser à lui si souvent lorsque nous sommes devant telle ou telle situation.

Nous avons de la chance d’avoir été imprégné par ce petit homme vif aux yeux si doux qui n’était pas architecte.

Je crois que ça fait partie de notre façon de faire de l’architecture. Nous sommes tous un peu autodidactes parce que notre prof n’était pas architecte.

Ça fait de nous des êtres un peu atypiques, pas trop à notre place dans ce drôle de monde ou l’imagination fait si peur et où l’intelligence inquiète. Il a fait de nous des être libres je crois et même si c’est un peu con, il a créée une immense famille ! »

Aujourd’hui, cette « immense famille » suit son chemin sans Virilio.

 

Sipane Hoh

Paul Virilio nous a quitté
Mot clefs
Catégories

Recevez la newsletter

CYBER