• Accueil
  •  > 
  • Paul Andreu : ses projets venus d'Asie
Rejoignez Cyberarchi : 

Paul Andreu : ses projets venus d'Asie

L'architecte, célèbre pour ses réalisations dans l'aéroport Charles-de-Gaulle, a présenté mi-février 2004 au Palais de Chaillot deux de ses réalisations les plus récentes effectuées en Chine : le Grand théâtre national de Pékin et le Centre des arts orientaux de Pudong dans la banlieue de Shanghai. Présentation d'une démarche.

 
 
A+
 
a-
 

«J'ai décidé de parler de ces deux théâtres car ils ont permis d'exprimer deux points de vue différents», explique Paul Andreu en préambule. Tout au long de sa prestation appuyée par une série de plans, d'esquisses et de photographies, l'architecte alterne avec les deux édifices et les comparent sous plusieurs aspects : présentation générale, accès du public, aspect extérieur et étapes du chantier.

Paul Andreu débute avec le Grand théâtre de Pékin «appelé également 'l'oeuf de Kan'», précise-t-il avec le sourire. Située tout près de la Cité interdite, la construction en forme de «voûte qui ne s'appuie sur rien, partagée entre une grande partie opaque, pure, et une verrière en son milieu», ressemble en effet à une coquille d'oeuf au beau milieu d'un lac artificiel rectangulaire. Pour y accéder, l'architecte a prévu une longue galerie en verre de 70 mètres qui passe sous le lac. Cet accès permet alors d'entrer dans le hall d'accueil décoré de verrerie, d'émail et de bois. Paul Andreu balaie au passage la critique qui consiste à dire que cette entrée ressemble à celle d'un aéroport. L'architecte, qui a travaillé en tant que directeur de l'architecture et de l'ingénierie au sein d'Aéroports de Paris et qui s'est illustré notamment sur la réalisation de plusieurs aéroports internationaux (Roissy-Charles-de-Gaulle, Bordeaux-Mérignac, Osaka, Djakarta ou Téhéran), rétorque : «c'est la même chose; il s'agit d'une question de transport».

Paul Andreu se veut également optimiste quant à son intégration dans la capitale de la République populaire de Chine. «Il est vrai que dans l'ensemble de la ville, le grand théâtre peut paraître étonnant», résume-t-il. «Toutefois, les axes sont respectés, de la Cité interdite, la courbe du dôme s'intègre au paysage et le lac vient compléter un système de lacs tout autour de la Cité. Ce n'est donc pas un OVNI qui fracasse Pékin, bien au contraire».

Concernant la partie culturelle, le projet comporte trois grandes salles : un opéra de 2.500 places, un auditorium de 2.000 places et un théâtre de 1.000 places. «S'il y avait un modèle pour la salle de l'opéra, ce serait celui de la Comédie des Champs-Elysées à Paris» explique Paul Andreu. «On retrouve un enveloppement complet des spectateurs avec une verticalité liée aux balcons. Il y a également ces formes courbes et fluides que j'affectionne, même si les acousticiens les détestent». Pour l'auditorium, l'architecte indique qu'il s'agit pour lui «d'une 'boite à chaussure', à l'acoustique similaire à celle d'une vieille salle allemande qu'il a cherché à arrondir le plus possible. «C'est une salle très blanche, pour donner l'impression d'un maximum d'espace, un peu comme si on était dans les nuages», dit-il. Enfin le théâtre se caractérise par «une importante disposition scénique, pour permettre des représentations de l'opéra de Pékin qui, dans leur jeu, ont besoin de calculer précisément leurs pas».


Le centre des arts orientaux de Pudong comporte lui aussi trois salles : un auditorium, un théâtre et une petite salle de spectacle, respectivement de 2.000, 1.100 et 400 places. Toutefois, «il a fallu expérimenter autre chose», estime Paul Andreu. Même si le bâtiment conserve ces courbes chères à l'architecte, l'édifice ressemble à une série de cylindres déformés accolés les uns aux autres. Paul Andreu continue la visite guidée avec l'aménagement intérieur : «tous les plans des salles sont composés de feuilles de murs superposées. Entre chaque feuille, l'espace correspond à une entrée dans le volume».

Pour l'architecte, «toute l'histoire moderne des théâtres va de pair avec l'espace d'accueil du public. Pour attirer les spectateurs, ces salles doivent avoir un côté attractif, sans tomber dans l'aspect d'un centre commercial. Les murs sont donc revêtus de céramiques de couleurs différentes pour distinguer chaque salle».

En ce qui concerne l'aspect extérieur du bâtiment, Paul Andreu explique qu'il a voulu construire «une façade aussi fine et immatérielle que possible». Celle-ci est couverte par un verre en feuilles de métal perforées, qui va de la transparence à l'opacité. «La perforation dans la nuit provoque un éclairage, comme une lampe qui brille», assure Paul Andreu. «La façade de verre est soutenue par des battants. J'ai envie de peupler les espaces vides avec des éléments de construction. Au départ, cet amas donne une impression de désordre mais lorsqu'on observe plus en détail, on s'aperçoit qu'il existe une logique dans la disposition des matériaux».

Avant de refermer la conférence longue de deux heures, Paul Andreu a tenu à apporter quelques commentaires sur les étapes de la construction à partir de photos prises sur le site : «Il s'agit de chantiers inoubliables car les ouvriers apportent tout et construisent directement sur place. Je me demande d'ailleurs comment est pensée l'organisation de ce système et comment les ordres sont donnés. Le chantier se remplit progressivement de la construction. Au fur et à mesure on voit apparaître les courbes, le contour des salles se dessinent». Bref à l'entendre, une expérience passionnante qu'il tenait à faire partager au public.

Ses deux projets presque terminés - le Grand théâtre national de Pékin et l'OAC de Pudong doivent rentrer en service au cours de l'année 2004 - Paul Andreu n'a pas le temps de se reposer puisqu'il a lancé de nouvelles études pour un centre d'information sur la France contemporaine à Mexico et un aéroport international à Fort Lauderdale, dans l'état de Floride aux Etats-Unis. Peut-être de futurs sujets de discussion dans une prochaine conférence ?

Pour découvrir plus en détail ces deux projets, cliquez ici visualiser l'album photo du travail de Paul Andreu.

Prochain rendez-vous des 'Entretiens de Chaillot' : conférence avec Suzana et Dimitris Antonakakis, architectes à Athènes en Grèce, Palais de Chaillot, Cinémathèque française, 18h30.

Paul Andreu : ses projets venus d'Asie
Paul Andreu : ses projets venus d'Asie
Paul Andreu : ses projets venus d'Asie
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER