Rejoignez Cyberarchi : 

Paul Andreu (1977)

© Cyberarchi 2019

Je partage le désamour de ces ensembles sans trouver forcément que c'est mieux après... Leur capacité à s'adapter avec le temps à un certain nombre de besoins différents me semble extrêmement faible...

 
 
A+
 
a-
 

L'obsession des gens pendant les trente glorieuses était de dire : "On va faire des logements comme on fait des voitures"... Or, on se débarrasse des voitures une fois amorties. En dehors de quelques rares modèles, un pour cent mille... le reste va à la casse...

Quand les gens pleurent sur les démolitions, ce n'est pas sur les barres qu'ils pleurent c'est sur eux, sur leurs souvenirs...

Conserver des bâtiments présuppose des dépenses et engendre le risque que seuls les riches aient finalement les moyens de les habiter. Et s'il se trouve que c'est vraiment trop petit, trop mal foutu pour que les riches aient envie d'y aller, cela ne sert à rien de s'acharner...

Quand on est face à une architecture fonctionnelle, la sanction est inévitable quand la fonction n'y est plus...

Si les bâtiments ne possèdent aucune grâce en dehors des normes de l'époque, démolir est certainement la solution sur le plan économique...

Est-ce vraiment bien d'habiter dans une réalisation d'Aillaud ? Je me pose sérieusement la question... Ce côté esthétisant, le fait qu'il compare les ouvertures de ses bâtiments de Nanterre au Palais d'été, ce genre de choses ne m'apparaît pas toujours juste même si c'est drôle, intéressant... Je pense que Renaudie avec ses idées plus simplistes sur les vis-à-vis, les terrasses... rendait infiniment davantage service aux gens. Tout cela me paraissait plus près de la vie de tous les jours que le fait de savoir si on voyait le paysage à travers une feuille ou une larme...

La cité radieuse de Le Corbusier : le bâtiment n'est pas comme les autres, il est plus fort, plus intéressant avec quelques restrictions : c'est petit parce que Le Corbusier était un hygiéniste doloriste un peu rabougri... Il ne méritait pas que Malraux parle le jour de sa mort ; il avait quand même son bureau à Vichy ! ... mais Ronchamp est une oeuvre de génie et ce qu'il a fait à Firminy est très bien.

Commission d'aide à la décision des maires : il ne faut pas de fonctionnaires de la mairie !

Beaucoup de démolitions sont le prix d'une attitude irresponsable dans la construction à une certaine époque... Les gens voulaient après la guerre quitter la campagne... Mais après, le rêve s'est incarné dans des endroits de mauvaise qualité, qu'on pourrait pour la plupart ficher en l'air...

Ces bâtiments volontairement sans qualité ont fait leur temps : ils sont amortis et nous sommes aussi bons qu'étaient les autres.

Lire notre article : 'Grands Prix et Grands Ensembles'.

Paul Andreu (1977)
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER