• Accueil
  •  > 
  • Parpaing en bois massif: une nouvelle solution étonnante et écologique
Rejoignez Cyberarchi : 

Parpaing en bois massif: une nouvelle solution étonnante et écologique

© Cyberarchi 2020

Basée en Corse, la société Kallisté Eco Forêt présente un nouveau matériau à la fois écologique et innovant : le parpaing en bois. Si le produit est encore en phase de test, il offre déjà des possibilités nouvelles de conception pour les architectes. Prospective.

 
 
A+
 
a-
 

Chaque semaine ou presque semble apporter son lot de nouveautés concernant l'usage du bois dans la construction. Si nombre d'inquiétudes subsistent, à bon droit, concernant l'origine du bois et l'usage intempestif de bois exotiques, Jacques Soux, responsable de la société Kallisté Eco Forêt basée en Corse, a trouvé un usage innovant pour le bois de rebut, le parpaing bois, un produit primé au concours des frères Lumière et par l'Association Nationale de Valorisation de la Recherche (ANVAR), «Dans l'esprit de beaucoup de gens, le bois à utiliser doit être d'une parfaite rectitude», explique-t-il. Visiblement, ce n'est plus le cas puisque même les chutes de sciage peuvent être récupérées.

Une idée simple, presque évidente. Pourtant profondément novatrice. «Il existe des précédents en Russie, avec des habitations faîtes de bûches empilées», explique Jacques Soux. Mais rien d'autre à sa connaissance, encore moins en France. Le produit se présente sous la forme d'un bloc de 50 centimètres de long et 20 centimètres de large et ressemble à un parpaing traditionnel. Sauf qu'il s'inscrit parfaitement dans une démarche de Haute Qualité Environnementale et offre tous les avantages du bois, matériau naturel par excellence.

«Le parpaing en bois massif offre, entre autres, de grandes résistances parasismiques et résiste au tassement du sol», précise l'entrepreneur. «C'est un matériau léger, 140 kilogrammes le mètre carré contre 400 kg pour un parpaing en béton. Il n'a pas besoin de traitement de protection particulier à l'extérieur ou à l'intérieur : le bois se patine avec le temps ou alors un vernis suffit». Sans oublier la résistance naturelle du bois au feu ou encore à l'humidité : la surface du parpaing gonfle en contact avec l'eau et crée donc une protection supplémentaire. Enfin, le parpaing bois réagit bien au vieillissement et ne craint pas les fissures comme son homologue de béton.

Son utilisation n'est pas sensée poser de problèmes notables à l'architecte dans ses divers calculs lors de la conception «puisque le parpaing reproduit les mêmes caractéristiques que les diverses autres applications du bois dans la construction», assure Jacques Soux. A cela s'ajoute le fait que le parpaing se marie bien avec d'autres matériaux, la pierre notamment, mais aussi le béton. Par exemple, un mur de parpaings peut être très bien accolé à des piliers de bétons, les deux matières sont ensuite reliées par fixation. «Il suffit juste de créer des embrasements dans le pilier, des encoches, afin d'y incruster les extrémités des parpaings», explique Jacques Soux.

Attention toutefois car, à ce jour, ces parpaings ne peuvent être utilisés que pour des logements ou des habitations ne dépassant pas un étage.

Autre souci, prévoir en amont les éventuelles réticences des services d'urbanisme de collectivités concernées. A ce niveau, les réactions des responsables administratifs peuvent être variables, même si en tout état de cause, rien n'interdit de construire en bois. Un accord cadre «Bois, Construction, Environnement», signé en 2001 entre huit ministères, l'ADEME et neuf organisations professionnelles du bâtiment et du bois, prévoit d'ailleurs une augmentation de 25% des parts de marché du secteur Bois dans le bâtiment, les faisant passer de 10 à 12,5%. «Si l'interlocuteur à la mairie n'a rien contre le bois il ne devrait pas y avoir de problème», souligne Jacques Soux. «S'il a un a priori négatif en revanche, il faudra défendre son projet».

A noter que dans le cadre de la construction proprement dite, le parpaing en bois massif se suffit à lui-même, ses caractéristiques permettent de créer des angles. Selon Jacques Soux, les professionnels habituels de la construction, à savoir les maçons, moyennant une formation encore à définir, pourront le mettre en oeuvre sans difficulté. Encore qu'ils risquent d'être étonnés, pour le moins, sachant que si les parpaings s'empilent comme ceux en béton, c'est-à-dire en quinconce, leur mode de fixation diffère puisqu'ils sont vissés entre eux, tandis que les joints sont recouverts par du mastic naturel. Cette disposition permet, selon Jacques Soux, de gagner du temps à la réalisation puisqu'«il est possible de gagner la moitié du temps à la livraison, du fait de l'absence de temps de séchage», précise-t-il.

Si Jacques Soux et sa société sont basés en Corse pour profiter du potentiel des massifs de l'île de beauté, le parpaing en bois ne se limitera pas aux essences régionales. «Il s'adapte pour tous types de bois», annonce l'entrepreneur. Celui-ci compte bien d'ailleurs le développer dans l'Hexagone, voire même à l'étranger. Une ambition qui trouve déjà un écho chez les architectes puisque quelques-uns réfléchissent d'ores et déjà à des projets qui incluent l'usage de ce nouveau matériau. Parmi les régions représentées par ces précurseurs : les Alpes, la région niçoise, les Pays de la Loire et l'Aquitaine.

Le brevet déposé et un classement par le centre technique du Bois désormais acquis, le parpaing bois de Kallisté Eco forêt devrait maintenant être commercialisé au premier semestre 2005.

Christophe Leray

Pour plus de renseignements concernant le parpaing bois, cliquez ici.


Parpaing en bois massif: une nouvelle solution étonnante et écologique
Parpaing en bois massif: une nouvelle solution étonnante et écologique
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER