• Accueil
  •  > 
  • Paroi rucheuse, à la Chaux-de-Fonds (Suisse) à la frontière entre l'urbain et le naturel
Rejoignez Cyberarchi : 

Paroi rucheuse, à la Chaux-de-Fonds (Suisse) à la frontière entre l'urbain et le naturel

© Cyberarchi 2019

Comment aménager un lieu de vie de proximité en marge de la ville, en respectant une topographie naturelle complexe, tout en cherchant à réinscrire cette zone tampon dans la logique urbaine historique de la ville ? C'est en répondant à cette question que l'équipe Vidal-Lerpinière-Dubreux-Malbet a obtenu une mention honorable.

 
 
A+
 
a-
 

La Chaux-de-Fonds faisait partie de la famille de sites intitulée : Colonisation

Une colonisation se produit quand une ou plusieurs espèces occupent un nouveau territoire. Le terme est dérivé du latin colere : "habiter, cultiver, fréquenter, pratiquer, prendre soin, garder, respecter".

Dans le cadre d'Europan 10, ce terme concerne l'évolution de sites où la question principale est : dans les extensions urbaines de la ville, comment mettre en oeuvre une nouvelle philosophie de l'occupation durable du territoire ?

Il était inscrit, parmi cinq sites, dans la sous-rubrique intitulée : Nouvelle communauté

Une communauté est un groupe organisé autour de valeurs communes et d'une cohésion sociale dans un lieu géographique partagé, généralement en unités sociales. Dans le cadre d'Europan 10, la transformation, pour un groupe de sites, consiste à créer de nouvelles communautés résidentielles. La question qui se pose est alors : à quelles conditions ces nouvelles aires peuvent-elles devenir des écoquartiers ?

Le texte de Maïra Caldoncelli Vidal, Aude Lerpinière, Grégoire Dubreux, Ludovic Malbet, architectes

L'étudiant brésilien en architecture Marcos Franchini De Oliveira a contribué à ce projet.

Contexte et thème

Ville horlogère, la Chaux-de-Fonds s'est développée selon un urbanisme particulier, ce qui fait aujourd'hui sa spécificité face aux autres villes ayant eu une évolution comparable. Sa typologie historique, superposition d'activités au rez-de-chaussée et d'habitat dans les étages supérieurs, offre un modèle de vie de proximité.

L'organisation du plan en damier particulièrement fin et allongé exprime une masse bâtie compacte et homogène. Cet effet est accentué par l'orientation parallèle à la géographie en lanière de la vallée. En contraste à cette rigueur urbaine, l'horizon de la ville est marqué par la sinuosité des montagnes. Cette frontière naturelle vient perturber les lignes continues des rues du centre ville. Sa densité se perd pour s'adapter à une topographie difficile à maîtriser.

L'enjeu du projet de la Chaux-de-Fonds est de répondre à cette nécessité d'occuper les limites de la ville pour concentrer et rapprocher la frontière entre l'urbain et le naturel, notion indispensable à la maîtrise du territoire.

Site

Le site des 'Cornes Morel' multiplie les contraintes : il se trouve en bout de parcours de la ville entre le quartier d'habitation des Esplanades au sud et la Forêt au nord. Situé sur le flanc Ouest / Nord-Ouest de la montagne, la seule desserte existante du site est la voie de chemin de fer, parallèle à la pente. Le dénivelé s'accélérant au pied de la route principale, une liaison directe en direction des espaces de loisirs comme les pistes de ski de fond ou les quartiers d'habitations isolés, est impossible.

Il s'agit donc de relier ce quartier à ses abords, ce qui permettra de resserrer le tissu urbain. L'accessibilité aisée à ce site offrant d'une part une vue élargie sur le centre ville et l'horizon et d'autre part un contact physique avec la forêt, apportera un lieu privilégié de promenade, d'habitation ou de travail, dans le respect de la prédominance naturelle.

Projet urbain

Afin de répondre à l'objectif premier de désenclavement, le site est tissé d'une trame continue : le concept original de la Chaux-de-Fonds est repris et adapté à la topographie. Le damier orthogonal se déforme sur la pente, s'accroche en diagonale pour faciliter la montée. La morphologie finale apparaît alors comme une succession de lacets doux montagneux et permet une grande variété de circulation. La diagonale la plus longue est consacrée à la liaison rapide automobile.

Ce système desservant tout le site, permet de greffer les différents points forts de ce nouveau quartier, à savoir :
>> la voie ferrée avec la nouvelle halte ;
>> la passerelle, reliant le site au centre sportif des Arêtes ;
>> l'accès automobile rapide de l'aval vers l'amont ;
>> les différents cheminements piétonniers qui permettent de rapprocher la ville de la forêt.

Le maillage ainsi créé permet d'intensifier la vie urbaine. L'implantation d'une programmation complémentaire comme le regroupement de l'habitat et du travail, à l'image de l'urbanisme traditionnel de la ville, induit la conception d'un lieu où les déplacements automobiles sont limités. L'accent est mis sur les circulations douces et les transports en commun.

L'occupation du site se fait en continu grâce à l'alternance d'activités :
>> logements avec ateliers attenants ;
>> grands espaces d'ateliers, bureaux ou laboratoires nécessitant des espaces ouverts et flexibles ;
>> petit équipement de proximité proche de la gare et de la place urbaine.

La création de poches de stationnement collectif pour les habitants, autres usagers et visiteurs, permet de camoufler les voitures et laisser place aux piétons. Les distances parcourues sont d'un maximum de 70m.

Le caractère ouvert et naturel du site est mis en valeur et apporte un atout pour une nouvelle communauté résidentielle, profitant à la fois de grands logements en maisons de ville mais aussi d'espaces extérieurs communs. Ils s'ouvrent à la fois sur la ville lointaine et sur eux-mêmes au sein d'un parc paysager.

La greffe poreuse apportée par ces zigzags se veut dans une continuité naturelle pouvant s'étendre et se prolonger. Le site n'est plus une limite mais une transition douce. La fin de la ville est marquée par l'usage entre place urbaine, parc habité et parc naturel : les circulations piétonnes deviennent des chemins forestiers. L'une des clés de la ville durable se trouve dans ce rapport à la fluidité et la possibilité d'être traversée avec aisance par les résidents comme par ceux qui viennent d'ailleurs.

Principe architectural

La morphologie architecturale de l'ensemble de logements / ateliers / équipements s'inscrit dans la continuité des lignes qui se déploient le long du terrain. Le bâti émerge du slalom de la montagne. Le rapport au terrain naturel est permanent. L'intégration des ateliers dans le sol ainsi que des logements qui viennent s'en décoller libère l'espace extérieur ouvert sur la ville. Tout le monde peut profiter de vues lointaines. La double orientation des maisons de ville ainsi que l'alternance des niveaux permet à l'inverse un rapport plus proche à la pente (à l'Est), avec des vues plus intimes et une lumière rasante.

Cette succession de même typologie en décalage permet d'avoir une certaine sinuosité de l'ensemble faisant écho à l'horizon courbe de la ville. L'accès aux logements se pratique par la cinquième façade. Elle correspond à la liaison douce entre chemin public et chemin privé.

Cette surface qui se développe dans l'épaisseur vient ancrer la vie privée entre ciel et sol. Elle se divise en quatre bandes qui structurent les différents espaces de vie de la maison : elle hiérarchise les niveaux d'intimité, apporte de la lumière zénithale et ouvre sur des jardins privés.

La prédominance d'une dualité forte sur ce site est la clé de notre réflexion. Le souci premier est de répondre à ces enjeux en préconisant l'économie de l'espace à urbaniser, l'amélioration qualitative des liaisons et des échanges sociaux au quotidien tout en respectant les facteurs essentiels que sont le caractère de la montagne, sa matière, sa vue, ses horizons.

L'équilibre entre les logements et les activités met en valeur la typologie durable de la Chaux-de-Fonds. La compacité et la proximité des usages d'une part et la flexibilité de la trame d'autre part permettent d'offrir un quartier évoluant au rythme du temps.

Consulter également nos dossiers :

>> 'Europan 10 : les Français primés sur sites à l'étranger' ;
>> 'Europan 10 : les Français primés, sur sites en France'.

Et nos album-photos :

>> 'Europan 10 : du Portugal à l'Espagne, en passant par la Suisse et la Norvège' ;
>> 'Europan 10 : de Saintes à Alès, par Triel et Seilh...'.

Paroi rucheuse, à la Chaux-de-Fonds (Suisse) à la frontière entre l'urbain et le naturel
Paroi rucheuse, à la Chaux-de-Fonds (Suisse) à la frontière entre l'urbain et le naturel
Paroi rucheuse, à la Chaux-de-Fonds (Suisse) à la frontière entre l'urbain et le naturel
Paroi rucheuse, à la Chaux-de-Fonds (Suisse) à la frontière entre l'urbain et le naturel
Paroi rucheuse, à la Chaux-de-Fonds (Suisse) à la frontière entre l'urbain et le naturel
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER