• Accueil
  •  > 
  • Nouvelle vie pour l'Hôtel Ha(a)ïtza au Pyla
Rejoignez Cyberarchi : 

Nouvelle vie pour l'Hôtel Ha(a)ïtza au Pyla

© Nicolas Anetson : Copyright 2019

 

Sophie et William Techouyeres, accompagnés par Philippe Starck, donnent une seconde vie à l’ancien hôtel Haïtza au Pyla, en puisant dans l'histoire des lieux, cosmopolite et intimement artistique.

 
 
A+
 
a-
 

Ce lieu emblématique du Bassin d'Arcachon, devient un endroit intemporel, un refuge fait de surprises étranges et fertiles. « Plus qu’une renaissance, c’est une véritable mue qui s’opère. »

Si les fondations de l’hôtel s’enracinent dans le sable de la Dune du Pyla, l’esprit des lieux s’émancipe, se dématérialise, se fait l’évocation d’une idée laissée à la libre interprétation de chacun, convoquant tour à tour le charme contemporain du Bassin, les souvenirs d’Afrique ou de galeries d’art new yorkaises.

 

Une nouvelle vie

 

Objectif de la rénovation pour le couple : redonner à cet hôtel son panache d’antan, et faire découvrir l’art de vivre et les charmes de cette région qu'ils adorent. Déjà à l’origine de la deuxième jeunesse de l’Hôtel La Co(o)rniche, ils offrent une nouvelle vie à Ha(a)ïtza, et grâce à une réhabilitation signée Philippe Starck, poursuivent leur histoire sur les bords du Bassin.

Philippe Starck a imaginé Ha(a)ïtza comme un paradoxe : « de la pesanteur du Roc, s’élèvent des mondes fantasmés issus de nos imaginaires collectifs. » Le bâtiment historique devient une porte d’entrée vers des espaces à la personnalité assumée qui se dévoilent au visiteur et par le visiteur. Dans un éclectisme élégant, Ha(a)ïtza est une série d’abstractions, d’espaces rêvés.

« Ha(a)ïtza n’est pas une nouvelle anecdote du Sud-Ouest ou du Bassin d’Arcachon. Ce n’est ni mièvre, ni charmant, mais chic et cosmopolite. Tout y est ‘artistique’. Ha(a)ïtza est l’évocation de l’idée de quelque chose, d’un lieu imaginaire qui aurait toujours existé, émancipé de toute matérialité », explique Philippe Starck.

 

Ancré dans sa région

 

Du terreau fertile offert par la région, Starck a retenu le sable de la Dune du Pyla comme l’un des éléments constitutifs du lieu. A la fois organique et minérale, solide et mouvante, la nature paradoxale du sable est à la base de la construction de l’imaginaire des lieux. « Il est la transition entre l’extérieur et l’intérieur, ancrant l’hôtel dans sa région et invitant au voyage vers des Ailleurs, des terres connues ou inconnues », précise l'architecte.

Haïtza (le roc en basque) est bien ancré dans la mémoire collective des habitants du Pyla. Construit en 1930 par l’architecte Louis Gaume, l’établissement d’architecture néo-basque est le témoin privilégié de l’âge d’or et de l’essor de la Côte d’Argent. Haïtza devient rapidement un lieu emblématique où séjournent des personnalités illustres: l’actrice Annabella, la couturière Jeanne Lanvin, les familles Rothschild, Michelin, mais aussi Charles Trenet et Yves Montand. L’hôtel devient le point de rencontre incontournable des amoureux du Bassin, l’épicentre d’un bouillonnement culturel excentrique et cosmopolite.

 

Laurent Perrin

Nouvelle vie pour l'Hôtel Ha(a)ïtza au Pyla
Nouvelle vie pour l'Hôtel Ha(a)ïtza au Pyla
Nouvelle vie pour l'Hôtel Ha(a)ïtza au Pyla
Nouvelle vie pour l'Hôtel Ha(a)ïtza au Pyla
Nouvelle vie pour l'Hôtel Ha(a)ïtza au Pyla
Nouvelle vie pour l'Hôtel Ha(a)ïtza au Pyla
Nouvelle vie pour l'Hôtel Ha(a)ïtza au Pyla
Nouvelle vie pour l'Hôtel Ha(a)ïtza au Pyla
Nouvelle vie pour l'Hôtel Ha(a)ïtza au Pyla
Nouvelle vie pour l'Hôtel Ha(a)ïtza au Pyla
Mot clefs
Catégories
CYBER