• Accueil
  •  > 
  • 'Nouvelle-Orléans +1M' ou la recherche d'une voie raisonnable de reconstruction
Rejoignez Cyberarchi : 

'Nouvelle-Orléans +1M' ou la recherche d'une voie raisonnable de reconstruction

Cécile Leroux, membre du collectif et alors ? a été invitée par le CEPRI* à venir y présenter les résultats de son enquête. En effet, conformément aux recherches antérieures de et alors ?, c'est bien parce qu'elle est architecte que ce travail de prospective est pertinent, à rebours des tendances observées de ce qui se fait actuellement en Louisiane. Explications en images.

 
 
A+
 
a-
 

...et alors ? est un collectif d'architectes (Yannick Gourvil + Thomas Jouffe + Cécile Leroux + Julien Morel) qui, depuis leur diplôme en 2005, passe des villes (Rennes, Dunkerque, Avignon, aujourd'hui la Nouvelle-Orléans) au filtre de leurs 'climat-fictions' dont les scenarii s'appuient sur les hypothèses pessimistes du GIEC pour l'horizon 2100.

C'est ainsi que Cécile Leroux est allée passer six mois à la Nouvelle-Orléans dans le cadre de leur dernier projet : 'Nouvelle-Orléans +1m' (lire à ce sujet son article 'La Nouvelle Orléans + 1m comme laboratoire de réflexions sur les réfugiés climatiques'). Six mois c'est long et c'est court, convient-elle. Long parce qu'elle a eu le temps, notamment en travaillant sur les chantiers de reconstruction, de mesurer précisément l'étendue des menaces qui pèsent sur une ville en déclin. Court car les paramètres d'un projet si vaste sont si nombreux qu'elle eu souvent "l'impression de ne pas disposer des compétences pour maîtriser tout le sujet". S'il ne fallait qu'un exemple pour illustrer sa 'frustration', la complexité des données hydrographiques d'une ville comme la Nouvelle-Orléans serait celui là.

Cela dit, elle est architecte, pas scientifique. Et c'est en tant qu'architecte qu'elle a identifié, pour en faire une critique avisée, les deux tendances aujourd'hui en cours en Louisiane pour la reconstruction : une tendance 'individualiste', en clair chacun se débrouille comme il peut ; une tendance 'total control' dans laquelle la ville court éperdue à la recherche du risque zéro. Et c'est encore en tant qu'architecte qu'elle ébauche une autre voie, possiblement 'raisonnable'.

Une dernière remarque : Contrairement au travail connu de et alors ? il y a cette fois très peu d'images spectaculaires, propres à marquer les esprits. "Je ne voulais pas d'images dramatiques car le drame a déjà eu lieu et tout le monde se souvient de ces images", explique Cécile Leroux.

Lui reste enfin de son séjour une réflexion emprunte de mélancolie. "Les Etats-Unis sont un pays riche. Ils peuvent adapter la Nouvelle-Orléans à son environnement et pourtant rien n'est fait de façon coordonnée. Qu'en sera-t-il donc pour les régions de pays pauvres soumis aux mêmes menaces ?". La crainte persiste justement que la réponse soit dans la question.

Christophe Leray

Lire également du collectif et alors ? nos articles :
>> 'RENNES +6° C' ;
>> '... et alors ? Bonne question et réponses pertinentes'.

Et consulter nos albums-photos :
>> 'Dunkerque +6°c . . . et alors ? architectes' ;
>> 'Choc thermique à Rennes (35)'.

Le travail de et alors ? est exposé du 23 octobre au 7 mars 2010 à l'Espace Fondation EDF, 6 rue Récamier, 75007 Paris

* Centre Européen de Prévention des Risques d'Inondation

Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER