• Accueil
  •  > 
  • Nouveau musée de l'Acropole d'Athènes : fin des travaux prévus pour fin 2006
Rejoignez Cyberarchi : 

Nouveau musée de l'Acropole d'Athènes : fin des travaux prévus pour fin 2006

© Cyberarchi 2019

Ouvert en 2001, le chantier relatif à la construction du nouveau musée de l'Acropole d'Athènes, devant à l'origine être opérationnel pour les JO de 2004 à Athènes, devrait selon le secrétaire d'Etat grec à la Culture Pétros Tatoulis s'achever "à la fin de 2006".

 
 
A+
 
a-
 

En novembre 2004, M. Tatoulis avait signé un nouveau contrat de construction du musée de l'Acropole. Ce projet avait été lancé à l'origine dans le cadre de l'organisation des jeux Olympiques d'Athènes de 2004 et consistait en la construction d'un bâtiment de trois niveaux, haut de 23m et d'une surface de 25.000m². Son coût : 129 millions d'euros. Le calendrier arrêté initialement n'avait pu être respecté du fait d'un nombre considérable de recours devant le Conseil d'Etat, ayant pour but de protéger les vestiges découverts sur le site. Le projet était donc loin de faire l'unanimité et ses détracteurs dénonçaient autant le projet lui-même sur le plan architectural que ses effets sur l'environnement de l'Acropole. Ainsi, s'agissant de l'architecture du projet, «des adversaires du projet ont estimé qu'il aurait fallu édifier un bâtiment avec des colonnes doriques, des frontons».

L'auteur du projet, l'architecte franco-suisse Bernard Tschumi indiquait dans nos colonnes en avril 2005 que "devant l'extraordinaire perfection du Parthénon, construire une pâle copie n'aurait eu aucun sens. (Il a) donc cherché à travailler dans une pureté presque mathématique, comme celle du Parthénon. Seuls trois matériaux sont utilisés : le béton brut, le verre et le marbre local. De manière minimaliste, avec la plus grande sobriété possible pour ne pas établir de concurrence entre le Parthénon et (eux, il a), de façon contemporaine, être aussi précis et pur qu'avait pu l'être le Parthénon il y a 2.500 ans".

Concernant les effets éventuels du projet sur l'environnement de l'Acropole, une campagne de dénonciation avait été menée par des habitants du quartier, des architectes et des intellectuels grecs et étrangers au motif qu'il était susceptible de dénaturer par son volume l'environnement de l'Acropole.

En tout état de cause, l'une des vocations du projet en tant que musée est selon la Grèce, la restitution de la frise orientale du Parthénon, qui se trouve actuellement au British Museum à Londres.

Nouveau musée de l'Acropole d'Athènes : fin des travaux prévus pour fin 2006
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER