• Accueil
  •  > 
  • « Notre rôle : maintenir l'indépendance des architectes »
Rejoignez Cyberarchi : 

« Notre rôle : maintenir l'indépendance des architectes »

© Cyberarchi 2019

Catherine Jacquot est la première femme élue à la présidence du CNOA, le Conseil national de l'Ordre des architectes. Dans un entretien exclusif à Cyberarchi.com, elle revient sur le fonctionnement de l'Ordre, ses projets en tant que présidente mais aussi son parcours depuis un premier concours au début des années 80 jusqu'à sa récente nomination en passant par son rôle d'architecte Conseil de l'État.

 
 
A+
 
a-
 

Racontez-nous votre parcours d'architecte

Je suis diplômée de l'école d'architecture de Paris-Belleville, ex-UP8, depuis 1980. Un des premiers concours auxquels j'ai participé était un projet d'urbanisme dans le Val de Marne pour l'AFTRP (Agence foncière et technique de la région parisienne). J'y ai répondu avec mon associé Liborio Cenci avec qui nous avons fondé en 1985 l'agence Cenci-Jacquot. L'urbanisme est un champ qui m'intéresse beaucoup. Au sein de cette agence nous avons réalisé des logements, privés et sociaux, mais aussi des équipements sportifs et scolaires. Notre agence est située à Ivry-sur-Seine.

Je suis par ailleurs Architecte conseil de l'État en DRAC Auvergne. Cela m'a permis de découvrir l'architecture en milieu rural. L'architecte conseil est sous la double tutelle du ministère de la Culture et du ministère du logement et de l'égalité des territoires. Il intervient dans les DDT et les DRAC. Les architectes conseils sont des praticiens. Leur rôle est de mettre en oeuvre dans les départements la politique de l'État afin de promouvoir la qualité architecturale et du cadre bâti et naturel...

Revenons sur votre évolution au sein de l'Ordre

Je suis entrée en 2004 au Conseil régional de l'Ordre Ile-de-France, avec l'association Mouvement et en 2010 au Conseil national. L'ordre des architectes est composé de conseillers régionaux, qui élisent les 24 conseillers nationaux, pour un mandat de six ans. La loi sur l'architecture du 3 janvier 1977 a refondé l'Ordre des Architectes en lui donnant délégation de service public. Les syndicats défendent la profession et l'institution défend l'intérêt public de la création et la qualité architecturale. L'architecture est un droit pour tous. La loi stipule également que le recours à l'architecte est obligatoire pour des travaux soumis à autorisation.

Ainsi le rôle de l'institution est d'assurer les missions régaliennes et la diffusion de la culture architecturale. Notre action vise à nous faire entendre des pouvoirs publics, des leaders d'opinion et du grand public pour que l'architecture serve le bien public. En ce moment l'actualité porte sur la loi Alur et l'objectif de 500.000 logements à construire. Nous sommes vigilants et participons aux consultations orchestrées par le ministère de madame Duflot. Nous voulons bien sûr que l'on construise plus, mais mieux et au bon endroit, en respectant le patrimoine bâti, en préservant les terres naturelles et agricoles, en reconstruisant la ville sur elle-même.

Nous voulons aussi faire respecter les procédures qui préservent l'indépendance des architectes notamment dans le cadre de la dévolution des marchés publics. Nous combattons les conceptions-réalisations, et les PPP, non sur le principe mais parce qu'ils ne laissent pas leur place à tous les acteurs de l'acte de construire au détriment de la transparence et de la qualité. Ces procédures sont de plus très coûteuses pour le citoyen.

Quelles sont vos missions en tant que présidente ?

Ce sont celles que je viens d'énumérer. Et puis il y a aussi des actions concrètes : nous mettrons en place un observatoire de la profession pour avoir une base de référence sur la profession et être prospectif, susciter sa nécessaire évolution vers des formes de travail plus collaboratif. Nous allons créer les universités d'été de l'architecture à la fin de l'année 2014 pour réunir des experts, des élus, des personnalités qui participeront à un grand colloque ouvert au public. Nous continuerons notre veille juridique et politique pour porter la parole des architectes auprès des pouvoirs publics pour la qualité de notre environnement bâti.

Propos recueillis par Laurent Perrin

« Notre rôle : maintenir l'indépendance des architectes »
« Notre rôle : maintenir l'indépendance des architectes »
Mot clefs
Catégories
CYBER