• Accueil
  •  > 
  • MuséoParc Alésia de Bernard Tschumi sur les vestiges de Jules César et Vercingétorix
Rejoignez Cyberarchi : 

MuséoParc Alésia de Bernard Tschumi sur les vestiges de Jules César et Vercingétorix

© Cyberarchi 2019

Un Centre d'interprétation et un Musée archéologique imaginés par Bernard Tschumi ouvriront leurs portes au public au printemps 2011. Situés à Alise-Sainte-Reine, au coeur de la Bourgogne, les constructions sont réalisées à Alésia, siège de la bataille de Jules César contre Vercingétorix.

 
 
A+
 
a-
 

«On demande à un architecte deux choses contradictoires : à la fois de s'effacer et à la fois de trouver une identité forte. Trouver cet équilibre entre l'effacement, l'humilité et l'arrogance telle est la condition de l'architecte aujourd'hui.» Bernard Tschumi

Le Conseil général de la Côte-d'Or en partenariat avec l'Union européenne, l'Etat et les collectivités locales a confié à Bernard Tschumi Architectes, la réalisation du musée et d'un centre d'interprétation du site Alésia, oppidum gaulois, siège de la Guerre des Gaules qui opposa Jules César à l'Arverne Vercingétorix, 52 av. J.-C.

Le site se caractérise par un oppidum boisé de 97 hectares où les ruines de l'ancien village des Mandubiens sont encore présentes. Une vallée en contrebas de la plateforme comprend des vestiges de circonvallations et contrevallations des troupes de César.

Deux bâtiments cylindriques

Les deux bâtiments sont tout deux cylindriques mais diffèrent en apparence par la nature de leur enveloppe extérieure. Cette forme cylindrique découle de l'interprétation des études archéologiques du site qui ont mis en évidence les thèmes de la dualité gallo-romaine et celle de l'encerclement.

Pour le Centre d'interprétation, la configuration circulaire a une double fonction : elle facilite la promenade du public et permet de créer une lieu d'observation sur le cirque des collines environnantes offrant ainsi un champ de vision à 360 degrés.

Bernard Tschumi explique l'intérêt fonctionnel d'un musée cylindrique : «La particularité d'un musée est que l'on se balade à la fois dans le temps et dans l'espace. Dans le temps, l'histoire est racontée chronologiquement, dans l'espace, on se promène dans un volume architectural et l'on doit entrer du même endroit que l'on sort. Si on fait une boucle c'est très bien.»

Le concept de la maison dans la maison

«Rien n'est unitaire, il y a toujours un dialogue qui peut se faire. » Bernard Tschumi
Le thème de prédilection pour l'architecte est celui de «la maison dans la maison» qui engendre la concept de double peau. Ce concept répond à la dualité entre deux jeux de circonstances et certains éléments communs : dualité entre différentes peaux du bâtiment et dualité du contexte environnemental avec le programme. Dans le cas d'Alésia, la dualité se trouve dans l'histoire du site, l'opposition des troupes romaines de César aux troupes gauloises de Vercingétorix.

L'intérêt de la double peau est à la fois thématique et technique : outre la protection qu'elle assure contre les intempéries, elle permet de donner une identité au bâtiment qui peut changer du tout au tout suivant le lieu où il se trouve. Dans le projet d'Alésia, les deux bâtiments se trouvent dans des endroits différents du site et sont distants de 1km. Les occupants ne sont pas les mêmes et leur enveloppe ne sont pas semblables.

Le Centre d'interprétation est un lieu destiné aux colloques et conférences sur l'histoire de cette époque. Il est situé dans la plaine, au niveau des circonvallations et contrevallations des troupes de Jules César. Sa structure principale est en béton et verre, et le bâtiment est doublé d'une seconde peau faite d'une résille en bois. Cette seconde enveloppe agit comme un filtre visuel et lumineux et bien que n'étant pas constituée de pisée (comme l'étaient les circonvallations et contrevallations romaines), elle rappelle les remparts romains.

Le Musée est un lieu d'expositions gallo-romaines. Il se trouve au niveau de l'ancien village gaulois. Engocé à l'oppidum, sa seconde peau est en pierre de Bourgogne extraites lors de son insertion dans le site. Cette enveloppe extérieure laisse pénétrer la lumière jusqu'à la galerie d'exposition. Les percements de la façade en pierre constituent un dessin visible depuis la galerie.

L'intérieur du Musée est en béton coulé sur place et préfabriqué. Le hall d'entrée (où se trouvent l'accueil, le restaurant et la librairie) est caractérisé par un escalier rampe très graduel qui mène aux espaces d'expositions. Des colonnes obliques traversent en hauteur le hall «pour empêcher toute monumentalité et pour donner un certain dynamisme». Au dernier niveau, une salle de conférence pour les congrès et colloques ont été placés ainsi qu'un jardin botanique. Les réserves du musée seront visibles depuis l'atrium. Un éclairage zénithal s'effectue depuis une coupole en coussin gonflable.

Y a t-il un lien entre Alésia et les premiers projets Tschumi?

« Le jeu avec le matériau est très important, le matériau est pris comme moyen pour donner l'identité au bâtiment plus que la forme. Pour moi, la forme est un résultat pas un point de départ. On retrouve cela dans toutes les variations des Folies de la Villette et dans le Zénith de Rouen et celui de Limoges. Regarder l'architecture n'ont pas comme la forme mais plutôt essayer de comprendre qu'est ce que c'est... l'architecture est un moyen d'exploration.» conclut Bernard Tschumi.

Le projet Alésia est en continuité avec le travail de Bernard Tschumi qui, avec cette réalisation, s'incrie de nouveau dans l'histoire de l'architecture, et dans celle de la France.


Claire Zobouyan

MuséoParc Alésia de Bernard Tschumi sur les vestiges de Jules César et Vercingétorix
MuséoParc Alésia de Bernard Tschumi sur les vestiges de Jules César et Vercingétorix
MuséoParc Alésia de Bernard Tschumi sur les vestiges de Jules César et Vercingétorix
MuséoParc Alésia de Bernard Tschumi sur les vestiges de Jules César et Vercingétorix
MuséoParc Alésia de Bernard Tschumi sur les vestiges de Jules César et Vercingétorix
MuséoParc Alésia de Bernard Tschumi sur les vestiges de Jules César et Vercingétorix
MuséoParc Alésia de Bernard Tschumi sur les vestiges de Jules César et Vercingétorix
MuséoParc Alésia de Bernard Tschumi sur les vestiges de Jules César et Vercingétorix
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  
CYBER