• Accueil
  •  > 
  • Musée à insectes : une folie d'AWP et HHF à Carrières-sous-Poissy
Rejoignez Cyberarchi : 

Musée à insectes : une folie d'AWP et HHF à Carrières-sous-Poissy

AWP-HHF - Julien Lanoo : Copyright 2017

 

Ce projet s’insère dans une action globale menée à l’échelle du territoire de l’OIN Seine Aval : Seine Park. Il prévoit la construction d’une maison du parc pour l’accueil des visiteurs, d’un restaurant et d’un observatoire panoramique, ainsi que d’une dizaine de kiosques et de folies. Ce projet est développé en collaboration avec l’agence suisse HHF.

 
 
A+
 
a-
 

Le site est exceptionnel, par son emplacement reconquis par une nature entre-deux (terre/eau, friche/ville, nature défaite/refaite), par les puissances métropolitaines qui vont s’y articuler et par les raccordements locaux que le projet va tisser avec l’existant en cours de densification. En travaillant le long des quartiers d’habitation, il s’agit de venir habiter une grande pièce urbaine digne des grands boulevards terrasses. 

Cette bande active est une figure de quai continu, un grand espace d’amarrage pour des barges, des pontons, des cabanes d’affût, des observatoires ou des terrasses en porte à faux. Les édifices à la présence furtive doivent dynamiser des flux dans la longueur de la bande active, et depuis elle vers l’eau ou la ville, ainsi qu’un système de vues dans le paysage : cadrer/décadrer. Nous voulons proposer des fenêtres pour partager ce nouveau paysage, et faire exister la ville qui l’entoure en intensifiant des éléments de programme : s’inscrire dans une stratégie urbaine.

 

Maison + barge = « maison barge » = « folie »

 

Si le parc est placé sous une symbolique fluviale, la typologie présente sur site des maisons-bateaux, barges et cabanes de pêche s’impose : modes de construction immergés dans cette nature. Nous construisons un processus d’hybridation entre ces modèles flottants et l’archétype de la maison de banlieue ; pour organiser la rencontre entre deux systèmes d’habitation existants de part et d’autre du parc. Maison + barge = « maison barge » = « folie ».  Elles viennent s’amarrer sur la bande active.

 

Au plan constructif, toutes ces architectures sont déclinées à partir du motif d’un cadre qui dit à la fois « fenêtre » et « maisons-barges ». Ces démultiplications d’un même élément doivent permettre à chaque édifice d’exister plus comme paysage (vibration) que comme forme pleine : une existence qui a sa place dans un paysage subtil. Le jeu chromatique entre bois brut grisé (bois flotté) et de couleurs intenses décolorées, ou les effets de résilles/dentelles viennent souligner cette ambiguïté artificiel/naturel particulièrement susceptible aux variations de lumière et de végétation.

 

Les différentes interventions sont posées sur des socles de béton sur lesquelles elles doivent trouver leur équilibre, comme des quilles à marée basse, sur lesquelles se dessinent des lignes de flottaison (lignes de continuité dans le paysage). Une tension délicate entre raffinement et économie de formes et matériaux, qui vient souligner par contraste la puissance de nature en reconquête du parc.

 

Programme :

Equipements publiques, pavillons et folies dont un Insect museum
Lieu : Carrières-sous-Poissy, Paris, Fr
Surface shon : 113 ha 1900 sm
Maitrise d’ouvrage : 2 Rives de Seine
Maitrise d’oeuvre : AWP (Marc Armengaud, Matthias Armengaud, Alessandra Cianchetta) + HHF (Tilo Herlach, Simon Hartmann, Simon Frommenwiler)
BET : EVP, Ginger
Livraison : 2016
Coût : 5.2m €

 

 

Insect Museum
Insect Museum
Insect Museum
Insect Museum
Insect Museum
Insect Museum
Insect Museum
Insect Museum
Insect Museum
Insect Museum
Insect Museum
Mot clefs
Catégories
CYBER