• Accueil
  •  > 
  • Morphosis lauréat de la tour «Phare» de La Défense
Rejoignez Cyberarchi : 

Morphosis lauréat de la tour «Phare» de La Défense

© Cyberarchi 2020

A l'issue d'une consultation internationale, c'est l'agence Morphosis de l'américain Thom Mayne qui a été désignée le 27 novembre dernier pour la conception d'une nouvelle tour, de 300 m de haut, à La Défense. Ce projet, selon l'auteur, s'insère dans une démarche environnementale et doit, selon Unibail le maître d'ouvrage, signer le renouveau du quartier d'affaires.

 
 
A+
 
a-
 

"L'oeuvre de Thom Mayne transporte l'architecture du XXème au XXIème siècle, avec son utilisation des technologies d'aujourd'hui, pour créer un style dynamique s'adaptant aux besoins actuels", expliquait en mars 2005 Ada Louise Huxtable, l'un des jurés du prix Pritzker que venait de recevoir Thom Mayne. Une autre juré, Karen Stein, parlait elle de sa capacité à "pousser les éléments à leur limite physique".

Le plan de renouveau de La Défense présenté en juillet dernier par Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire, et Dominique Perben, ministre des Transports, annonçait la création d'une nouvelle tour "caractérisée par son audace architecturale et son caractère innovant et pas nécessairement par sa hauteur. Première tour qui utilisera toutes les techniques du développement durable, elle doit devenir le symbole du renouveau de La Défense comme le CNIT ou la Grande Arche ont marqué d'autres étapes du site". Avec la tour 'Phare' de Morphosis, les voilà servis.

"Le projet de Thom Mayne constitue un événement architectural, un objet organique qui rend hommage aux deux bâtiments majeurs de La Défense que sont le Cnit et la Grande Arche. Il s'agit d'une tour monumentale de 300 mètres de haut, offrant près de 130.000 m² de surface utile. D'une flexibilité maximale, les espaces de bureaux seront surplombés, aux niveaux les plus élevés, par des espaces publics dont un belvédère et des espaces de restauration. Le couronnement de la Tour est composé de turbines éoliennes qui participent à l'alimentation électrique du bâtiment. C'est un des aspects de la démarche environnementale de Morphosis, qui propose également une façade double-peau assurant une ventilation naturelle permettant des consommations énergétiques particulièrement performantes", explique Unibail dans un communiqué.

L'intégration dans le site constituait l'un des objectifs majeurs de la consultation. Le projet préserve une large ouverture entre le Faubourg de l'Arche et le CNIT auquel il est directement relié. Bernard Bled, Directeur Général de l'EPAD, indique que "ce projet s'inscrit dans le cadre du Plan de renouveau de La Défense, annoncé par l'Etat en juillet dernier pour la requalification du quartier d'affaires, qui prévoit notamment de nouvelles constructions pour un total de 450.000 m2 d'ici à 2013, dont une tour emblématique par son audace architecturale".

"Notre volonté, pour ce projet hautement symbolique, a été de lui conférer une architecture résolument en rupture et d'en faire un modèle de développement durable en nous appuyant sur les toutes dernières recherches en matière de nouvelles technologies", assure pour sa part Guillaume Poitrinal, PDG d'Unibail.

Le choix de Thom Mayne va sans aucun doute susciter la polémique. De fait, les réactions indignées - "une tour molle" - abondent sur les forums spécialisés. Un peu comme fut accueillie l'Arche en fait. Mais ils sont également nombreux a souligner "l'audace", tant de l'architecte que du maître d'ouvrage. Plus embarrassant est la réaction - feutrée à ce jour mais sans conteste irritée - des autres candidats qui avaient proposé des projets beaucoup moins onéreux, comme on le leur demandait dans le cadre du concours.

Thom Mayne, prix Pritzker 2005, avait pour lui d'avoir reçu des commandes parmi les plus prestigieuses, notamment suite à l'énorme succès du Diamond Ranch High School en 1999 à Pomona (Californie). Citons ainsi l'Office Fédéral de San Francisco, un palais de justice à Eugène (Oregon) et un bâtiment pour le National Oceanic et Atmospheric Administration à Washington. Il a également gagné la compétition pour la construction du village olympique de New York. En Europe, citons le siège du constructeur automobile BMW à Munich, un ensemble de logements sociaux à Madrid, le centre culturel de Graz en Autriche. Citons enfin le Design Center de Taipei et la tour Sun à Séoul. La tour «Phare» à La Défense sera sa première réalisation en France.

Question de prestige donc. De fait, la tour Générali de Valode&Pistre, qui fera aussi 300 mètres de haut, semble elle avoir reçu beaucoup moins d'attention médiatique. Pour Unibail, cela seul vaut sans doute quelques petites centaines de millions d'euros.

Toujours est-il que ces deux tours ouvrent peut-être la voie à des tours plus hautes encore à La Défense (aussi longtemps que la hauteur ait du sens). Mais surtout, pour citer un internaute qui s'est exprimé sur le site de l'EPAD, "cette tour par sa forme et son contenu (sa vocation de phare, de monument, d'exemplarité en termes environnementaux) est un objet digne de reconnaissance".

Lire également notre article Thom Mayne, Pritzker 2005, est loin d'être un si mauvais garçon

Morphosis lauréat de la tour «Phare» de La Défense
Morphosis lauréat de la tour «Phare» de La Défense
Morphosis lauréat de la tour «Phare» de La Défense
Morphosis lauréat de la tour «Phare» de La Défense
Mot clefs
Catégories
Article précédent  
Article suivant  
< Une  

Recevez la newsletter

CYBER